La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) refuse lesdits droits uniquement à Patrice Hénin

Rédigé le 23 novembre 2014.

 

OK, je n’ai pas encore décrit en détail et publié dans mes 3 blogues ma requête complète à la CEDH. Mais cela sera fait.

J’ai moins le cœur à l’ouvrage, surtout parce que j’ai des maladies qui me fatiguent un peu : il y a toujours l’emphysème évolutif et maintenant un cancer du foie que l’on commence à traiter, avec un an de retard.

Allez savoir pourquoi ce retard. Seul mes proches et mon médecin traitant parlent de scandale.

 

En 2008 il s’agissait d’une condamnation complètement délirante, qui s’appuyait uniquement sur un rapport de police constitué de faux. Cette affaire est détaillée dans le premier chapitre de mon blogue http://patricehenin.blogspot.fr/. À tout hasard, j’avais écrit au mignon et tonitruant président de la République de l’époque (http://patricehenin.blogspot.fr/2009/05/lettre-au-chef-supreme-des-armees.html).

 

Voici ce qu’en pense la CEDH, après 3 ans de réflexion :

 

oooooOooooo

 

EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME

———————————————————

 

Monsieur Patrice Hénin

29 rue des Meuniers

75012 PARIS

 

Strasbourg, le 26 mai 2011

CEDH-LF11.OOR(CD1) AG/ALB/jsa

 

Requête n° 32405/08 Henin c. France

 

Monsieur,

 

Je porte à votre connaissance que la Cour européenne des droits de l’homme, siégeant le 19 mai 2011 en formation de juge unique (K. Jungwiert), a décidé de déclarer irrecevable votre requête introduite le 28 juin 2008 et enregistrée sous le numéro susmentionné. La Cour a en effet estimé que les conditions posées par la Convention n’ont pas été remplies.

 

Compte tenu de l’ensemble des éléments en sa possession, et dans la mesure où elle était compétente pour connaître des allégations formulées, la Cour n’a relevé aucune apparence de violation des droits et libertés garantis par la Convention ou ses Protocoles.

 

Cette décision est définitive et ne peut faire l’objet d’aucun recours devant la Cour, y compris la Grande Chambre, ou un autre organe. Vous comprendrez donc que le greffe ne sera pas en mesure de vous fournir d’autres précisions sur les délibérations du juge unique ni de répondre aux lettres que vous lui adresseriez à propos de la décision rendue dans la présente affaire. Vous ne recevrez pas d’autres documents de la Cour ayant trait à celle-ci et, conformément aux directives de la Cour, votre dossier sera détruit dans le délai d’un an à compter de la date de la décision.

 

La présente communication vous est faite en application de l’article de l’article 52 A du règlement de la Cour.

 

Veuillez agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Pour la Cour

[signature]

  1. Gillet

Référendaire

——————————————————

ADRESS : ADDRESS                                                         T | +33 (0)3 88 41 20 18

COUNCIL OF EUROPE | CONSEIL DE L’EUROPE        F | +33 (0)3 88 41 27 30

67075 STRASBOURG Cedex, France                                            www.echr.coe.int

 

2011_05_26_requeteCEDHirrecevable

oooooOooooo

 

Voilà.

Donc, après avoir soliloqué, pardon, « délibéré » tout seul, sans aide, dépourvu d’avis contraires ni d’intuition comme la curieuse absence d’avocats (nommés mais absents aux audiences), le juge K. Jungwiert ne voit « aucune apparence de violation des droits et libertés garantis par la Convention ou ses Protocoles« .

 

Moi j’en voyais 7, et pas des « apparences ».

Promis, je réalise que la publication intégrale de ma requête est indispensable au lecteur pour apprécier. Mais je suis en train de gérer, outre mes soucis médicaux, l’appel de mon 5ème procès et je dois préparer ma défense (seul) pour le 6ème procès du 20 février 2015.

Oui, je suis retraité, mais tout le monde s’aperçoit de nos jours qu’il n’y a plus de retraite autre que le repos éternel. C’est la faute aux politiques, paraît-il.

 

Je pense qu’il y a beaucoup plus de responsables.

 

 

 

Publicités
Publié dans je te ferai interner le moment venu | Tagué , , | 1 commentaire

Ouverture d’un sixième procès pour embêter Patrice Hénin

6 octobre 2014.

Ouverture d’un sixième procès pour embêter Patrice Hénin

Citation à comparaître le 20 février 2015 à 13H30 17ème chambre correctionnelle

 

J’avais enregistré puis diffusé dans mon article « Réception chez le juge Émilie Thubin SPIP Paris le 14 avril 2014 » (http://patricehenin.blogspot.fr/2014/04/reception-chez-le-juge-emilie-thubin.html ).

J’ai retiré la bande son depuis, sans intérêt.

En revanche, je maintiens l’enregistrement en caméra cachée du procès odieux, ridiculement partial, du 13 décembre 2013, celui qui me condamne à verser 360€ à l’état pour avoir été massacré par un voyou-indic des flics le 1er août 2011.

Les flics ont expliqué au voyou de dire  que je lui aurais donné une gifle et ont donc fait un rapport de « violences réciproques ».

C’est raconté ici : « De la flicaille à la racaille » (http://patricehenin.blogspot.fr/2011/08/de-la-flicaille-la-racaille.html ), une animatrice radio de chez IDFM98 l’a lu et m’a interviewé :

http://patrice.henin.free.fr/

tiens, je m’aperçois que Free a censuré l’affichage de ce lien :

 

2014_10_05_compte FTP Free forbidden

 

Alors voici l’enregistrement de l’interview :

 http://youtu.be/CkUAR8S19VU

Le parquet du TGI attaque cet article mais son objectif est de me faire peur afin que j’efface tous les enregistrements un peu trop embarrassants.

Il faut bien comprendre que si j’en suis réduit à faire ces enregistrements d’audiences, c’est parce que j’ai subi un peu trop d’audiences incroyablement folles, vraiment du foutage de gueule intégral, des tribunaux qui bafoue la justice la plus élémentaire, en toute impunité, ce que je suis bien obligé de dénoncer.

Puisqu’incroyable, je me dois, c’est ma seule arme, de prouver par tous les moyens, ce qu’il se passe :

http://patricehenin.blogspot.fr/2013/12/12eme-chambre-correctionnelle-la.html

Le lecteur jugera, lui, de l’énormité de ce jugement de la 12ème chambre correctionnelle.

Non seulement j’ai perdu la sensibilité de la joue droite à vie, 3  ou 4 coups de poings qui ont fait 3 fractures et qui deviennent 1 seul coup de poing au procès, je dois payer une amende pour une gifle que je n’ai jamais donnée !

Violences physiques avec séquelles à vie,c’est 10 ans de prison, mais le procureur s’évertue à convaincre le juge que cet unique coup de poing « … n’est certes pas justifié, mais expliqué par la gifle… qu’il n’y a pas de témoins mais qu’il est incontestable que j’ai donné cette gifle… ».

Ben voyons, puisque le voyou-indic le dit…

Les audiences sont publiques, mais il n’y a personne sur les bancs, chacun vient pour sa propre affaire et se désintéresse totalement des autres, l’omerta des médias est totale dès qu’il s’agit de moi. Alors j’enregistre, relate dans mes articles et publie, mes 59 000 lecteurs sont l’audience qui me manquait.

J’apprends que les cours d’assises vont être équipées progressivement de caméras, je suis simplement en avance sur la prise de conscience.

On aurait pu constater de visu qu’un juge en correctionnelle, à Angoulême, se masturbait en pleine audience :

http://www.agoravox.fr/actualites/actu-en-bref/article/un-juge-qui-se-masturbait-en-3107 !

Où qu’un juge volait une pendule Empire de la salle qui lui plaisait trop :

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2011/12/23/le-juge-et-la-pendule/

Le courrier d’un paisible retraité ce 20 septembre 2014 :

 

Cour d’Appel de Paris Tribunal de Grande Instance de Paris

Parquet du procureur de la République

Service : Audiencement 17ème chambre

N° parquet : 14189000879

N° téléphone : 0144327595

N° télécopie :   0144327868

 

PARQUET DE PARIS PRESCRIPTION DE COURTE DURÉE

 

Maître GROUPEMENT DES HUISSIERS

boulevard du Palais

75001 PARIS 1ER

France

 

Mandement de citation à prévenu

 

Vu l’article 550 et suivants du code de procédure pénale ;

J’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir citer à comparaître et, après régularisation de l’exploit, de me le retourner dans un délai maximum de 10 jours :

HENIN Patrice né le 4 juillet 1949 à Dakar (SENEGAL) 29 rue des Meuniers 12EME libre Prévenu

 

Pour avoir, à Paris, en tous cas sur le territoire national, le 18 avril 2014 et en tous cas depuis temps non prescrit, lors d’une audience d’une juridiction judiciaire, en l’espèce une audience chez le juge d’application des peines, employé tout appareil permettant d’enregistrer, de fixer ou de transmettre la parole et publié sur Internet à l’adresse url suivante www.http://patrice-henin-phenix.net/2014/04/19/reception-chez-le-juge-emilie-thubin-spip-le-14-avril-2014/, l’enregistrement sonore ainsi obtenu;

Faits prévus et réprimés par l’article 38 ter de la loi du 29 juillet 1881.

 

L’audience se tiendra le 20 février 2015 à 13:30pour plaider devant le tribunal correctionnel de Paris 4 boulevard du Palais 75055 PARIS 1ER – 17ème chambre correctionnelle, salle 17ème chambre.

 

Fait au Parquet, le 16 septembre 2014

Le procureur de la République

[cachet, signature]

 

oooooOoooo

2014_10_03_citation17emeChambre01

2014_10_03_citation17emeChambre022014_10_03_citation17emeChambre03

2014_10_03_citation17emeChambre04

 

 

2014_10_03_citation17emeChambre05

2014_10_03_citation17emeChambre06

2014_10_03_citation17emeChambre07

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Venez nombreux le 20 février 2015, sinon j’enregistre !

 

Vidéo | Publié le par | Tagué | Laisser un commentaire

Convocation chez les flics pour avoir fait et diffusé un enregistrement sonore

PRÉFECTURE DE POLICE                                      Paris, le 21 août 2014

DIRECTION DE LA POLICE JUDICIAIRE

Brigade de Répression de la

Délinquance contre la Personne                                  M. Patrice HENIN

122 rue du Château des Rentiers                                 29 rue des Meuniers

75013 PARIS                                                              75012 PARIS

 

 

CONVOCATION

 

À la demande du Groupe Presse de la BRDP,

 

Agissant dans le cadre des instructions écrites de Madame PHILIPPE, vice-procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Paris, référencées 14189000879 et datées du 7 juillet 2014,

 

Monsieur Patrice HENIN

 

est prié de bien vouloir se présenter le :

 

03 septembre 2014 à 10H00

 

à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne, dont les locaux sont situés à l’adresse suivante :

 

122-126 rue du Château des Rentiers 75013 PARIS

 

pour être auditionné en qualité de mis en cause, en raison de l’existence de raisons plausibles de soupçonner que vous avez commis ou tenté de commettre l’infraction d’enregistrement sonore sans autorisation le 15 avril 2014 à Paris, muni du ou des documents suivant(s) :

 

– pièce d’identité

 

Vous pouvez obtenir des conseils juridiques dans une structure d’accès au droit, telle qu’une maison de justice et du droit. Vous trouverez la liste des maisons de justice et du droit sur le site Internet

http://www.annuaires.justice.gouv.fr

 

L’officier de police judiciaire

[tampon, signature]

 

VOTRE PRÉSENCE EST IMPÉRATIVE

 

Dans l’hypothèse où la date et l’heure de cette convocation ne vous conviendraient pas, vous pouvez en obtenir la modification en téléphonant au 01 55 75 24 99 entre 09h-12h / 14h-19h

 

oooooOooooo

 

 

Bon, voici donc le sixième procès que l’on ouvre contre moi.

Ce qui est amusant, c’est que le TGI de Paris a fait des progrès : il semble bien que pour la première fois, j’aurais enfreint la loi, je serais coupable, cette fois-ci !

Je savais qu’une vidéo était interdite (droit à l’image), mais pas un enregistrement sonore, même non publié.

Je remercie donc le TGI de parfaire ma formation au code pénal, c’est l’article 226.

 

J’étais déjà venu dans ce 122-126 rue du Château des Rentiers, en 2009, je crois, pour être auditionné au sujet des propos contenus dans mon blogue. Mon cher frère, le fameux porteur de sacs marins (bourrées de Pascals) pour le compte de Martin Bouygues m’avait attaqué en diffamation.

Cela s’était terminé par un non-lieu, trop d’affirmations contre Bouygues dans mon blogue, ils avaient préféré enterrer l’affaire, par discrétion !

 

J’ai été reçu par les policiers de cette Brigade de Répression de la Délinquance contre la  Personne (BRDP pour les intimes), moi essoufflé par la marche, eux calmes avant les hostilités.

 

Assis sur ma chaise, je reste aussi sérieux qu’un pape qui aurait enfin préconisé l’emploi du préservatif. Et qui serait essoufflé.

 

Ils commencent par les questions rituelles sur mon identité »… né à Dakar, au Sénégal ?… »

– non, en Afrique Occidentale Française, le Sénégal est né 11 ans après moi.

J’ai toujours eu un peu de nostalgie sur le défunt empire français qui m’a vu naître, je ne peux m’empêcher de saisir la moindre occasion de l’exprimer.

 

Ils me demandent de reconnaître si je suis bien l’auteur du blog http://patrice-henin-phenix.net/ et du site http://patrice.henin.free.fr/

 

Je le reconnais, mais précise que le site chez Free n’est pas un blog, juste un lieu de stockage.

Le brigadier-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne me demande qui est mon directeur de publication.

 

– un directeur de la publication ? C’est un blogue personnel, je gère tout.

– mais vous publiez, vous devez avoir un directeur de la publication, c’est obligatoire.

– je n’ai pas de carte de presse, c’est un blog privé accessible au public, qui raconte mon combat contre la corruption depuis 8 ans. C’est tout !

J’étais en train de penser que s’ils me traitaient comme un journaliste, je n’étais peut-être pas en face d’une juridiction compétente

 

Vu le flou concernant l’accusation « des raisons plausibles de soupçonner… commis ou tenté de commettre…« , je choisis de faire l’ignorant, puis de nier avoir enregistré la juge Émilie Thubin et de l’avoir publié dans cet article : http://patricehenin.blogspot.fr/2014/04/reception-chez-le-juge-emilie-thubin.html.

Ils décident alors de me passer l’enregistrement et vont même chercher des enceintes. Il s’agit de celui que j’avais fait lors de la réception de la juge des libertés et peines qui m’avait convoqué au SPIP (Service de Probation et d’Insertion Pénitentiaire).

 

– Vous reconnaissais l’enregistrement ?

– oui, mais c’est peut-être elle qui l’a enregistré…

 

Agacé, mais gardant son sang-froid, Le brigadier-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne-anonyme me montre alors une copie d’écran des fichiers stockés chez Free, avec le fichier MP3 fautif.

Il me demande aussi si je suis d’accord pour une perquisition à domicile, pour examiner l’ordinateur.

– si vous aviez été un délinquant pour la drogue, je n’aurais pas eu la même attitude avec vous, je vous aurais un peu houspillé. Mais vous avez un cancer, je vous ai ménagé, ça ne tient pas debout votre histoire…

Je n’aime vraiment pas faire pitié, ce n’est pas dans le sens de mon combat : c’est la société qui est pitoyable, pas moi. Mais je ne l’ai pas dit.

La perspective d’une perquisition me fait sourire, ça, je le dis au brigadier-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne-anonyme :

– une perquisition pour saisir mon ordinateur, c’est le rêve de la police depuis 8 ans !

Je décide donc de dire la vérité :

– bon, vous avez raison, c’est bien moi qui a fait l’enregistrement à l’insu de son plein gré, je l’ai diffusé quelques semaines mais je l’ai effacé depuis.

– vous l’avez effacé après avoir reçu notre convocation.

 

L’un des brigadiers-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne ajoute :

– c’était invraisemblable votre discours.

 

– non, je l’ai effacé vers le mois de mai 2014, parce qu’il ne présente aucun intérêt dans ma série de  dénonciations de corruption. De plus, cette juge semble assez conciliante, elle ne m’est pas très utile pour déclencher un sentiment de révolte chez mes lecteurs.

– vous l’avez enregistré avec votre portable ?

– oui.

– vous n’avez pas de problèmes psychiatriques ?

– non, je ne vois pas l’intérêt de cette question, si ce n’est que cela fait 8 ans que l’on cherche à créer des prétextes pour me décrédibiliser en essayant de me mettre en psychiatrie. Déjà 3 procès après des coups montés, 2 condamnations à me faire soigner, des procès sans avocats…

L’un des brigadiers-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne :

– ça n’est pas possible !

– les procès sont décrits dans mon blogue, faut lire les preuves : jamais d’avocats.

– vous n’attaquez pas les juifs, la juiverie, les francs-maçons..?

– non.

 

Cela ressemblait un peu la recherche de me chercher des poux dans la tête, mais bon. Cela prouve simplement que l’antisémitisme est bien un prétexte pour poursuivre les braves gens. Seuls les juifs y échappent.

Cela me rappelle le jour où la maire Michèle Blumenthal, qui était désolée d’avoir été obligée de me réintégrer comme client du restaurant Emeraude , avait eu une nouvelle idée pour continuer à me persécuter. Devant des clientes juives du restaurant, elle s’était exclamée « vous êtes antisémite ! »

 

Après relecture, je signe la transcription, en demande une copie.

– non, on ne peut pas. Ah, c’est peut être nouveau, peut-être au greffe, vous demanderez.

Je dis au brigadier-de-la-répression-de-la-délinquance-contre-la-personne qui me raccompagne à l’ascenseur :

– c’est un an de prison et 45 000€ d’amende, cette affaire-là…

– non, pas de prison, les 45 000€ oui, mais pas de prison

– si, vérifiez dans Google, article 226 du code pénal.

 

Je récupère ma carte d’identité à l’accueil, je prends le métro et rentre chez moi.

Je serais convoqué chez une juge pour mise en examen, la routine, quoi…

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

A PROPOS

A PROPOS
L’activité qui épanouit, qui enrichit, qui construit;
l’argent qui corrompt, qui pourrit, qui détruit;
la planète qui nourrit, qui subit, qui périt.
Le titre « NUIT QUI BLÊMIT » est le fruit de quelques réflexions, le nom que j’ai donné aux actions que j’effectue pour ce que j’ai enduré, subis, découvert, ne puisse jamais se reproduire pour quiconque.
La nuit qui blanchit, c’est l’annonce du jour qui point. C’est inéluctable, personne, quelque soit sa puissance, ne peut s’y opposer.
Le jour est le temps d’activité, de vie, la nuit est souvent associée, je dirais par oxymore, aux jours sombres, à l’ignorance, aux heures des crimes.
L’aube qui s’annonce est symbole d’espoir, de jours nouveaux.
J’emploie le mot « blêmir » plutôt que « blanchir », ou « s’efface », parce que j’ai souvent comparé les assassins de l’humanité, les corrupteurs, corrompus, dictateurs, financiers sans foi ni lois, à des vampires.
Celui qui corrompt quelqu’un ou une entité l’entraîne dans son projet, en le compromettant. Le corrompu devient alors partie active ou passive, est happé par la noirceur et ne peut se libérer, exactement comme un humain normal mordu par un vampire devient lui-même un vampire et n’est plus lui-même.
Celui qui participe à la corruption n’appartient plus au monde vivant du commun des mortels, mais devient un vampire et appartient au monde de la nuit.
Lutter contre la corruption au niveau mondial, c’est donc renvoyer les vampires à leur cercueils et trouver les pieux pour leur crever le cœur.
Les corrompus confrontés à nos opérations contre eux deviennent blêmes de peur.
J’aurais pu les comparer à des cafards, tellement ils sont nombreux, fuyant la lumière de la vérité, de nos dénonciations.
Mais je préfère les comparer aux vampires, parce qu’ils nous sucent le sang, nos vies, en nous ruinant, mais surtout parce qu’ils mordent au lieu de fuir, souvent protégés par une impunité temporaire.
Plus ils ont peur, plus ils mordent d’autres victimes pour renforcer leurs rangs, plus ils  deviennent féroces et cruels.
Mais ce faisant, ils deviennent de plus en plus visibles, rendent la vie insoutenable.
Nous assistons aujourd’hui à des vagues de suicides dans tous les métiers, gendarmes, policiers, ministres, administrations, partout dans le monde, immolations par le feu en Tunisie, Tibet…
Mais activons les opérations NUIT QUI BLÊMIT : une révolution est impossible jusqu’à ce qu’elle devienne inéluctable.
Je pense souvent à ce film de Roman Polanski « le bal des vampires ».
Que font ces vampires, la nuit venue ? Ils sortent de leurs cercueils, se parent de leurs atours, s’habillent comme des nobles de l’ancien régime d’avant 1789, organisent des fêtes,  ne font que paraître, n’éprouvent aucun réel plaisir de la vie : ils ne vivent pas.
Patrice Hénin, résistant (1949 – 201 )
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

PROLOGUE

Patrice Hénin

29 rue des Meuniers

75012 Paris

patrice.henin@free.fr

Lisez l’article avant de cliquer sur les liens pour ne pas vous disperser.

ooooOoooo

Ceci n’est pas un blog, mais le manuscrit d’un livre en cours de rédaction qui fait déjà 850 pages, téléchargeable au format PDF sur le site de secours à l’adresse : http://patrice.henin.free.fr/PHENIx_manuscrit_04_august_2012.pdf

Il existe d’autres adresses, bien sûr, et beaucoup de gens ont téléchargé le manuscrit avec ses preuves, au cas où je serais interné, pour continuer la lutte.

Donc, rien de ce que j’ai fait n’est inutile, trop tard pour la censure.

Malheureusement, la mise à jour de ce site Free.fr, au mieux mensuelle, dépend de la qualité de ma connexion chez Free.fr, souvent perturbée.

Mon ordinateur est mis sous réseau par le gouvernement, deux amis techniciens en réseaux me l’ont confirmé en faisant des tests.

Je publierai bientôt toutes les copies écrans qui le prouvent.

On ne peut rien y faire. Que je travaille avec Windows XP, Windows7, Ubuntu, un MacBook Pro OS Lion ou un ordinateur à manivelle, tout est sous surveillance avec parfois d’amusants sabotages, des comptes « d’invités » qui se créent tous seuls, avec parfois des  « access denied » sur quelques uns de mes dossiers, le disque dur externe devenu inutilisable avec le PC, mais pas le MacBook, parfois le texte qui devient blanc sur fond blanc, souvent quand je tape des mots de passe, seul le curseur qui se déplace m’indique que « j’avance »…

Je prends des copies écran comme preuve de mes censures informatiques « à domicile » !

Une seule, à titre d’exemple, parmi tant d’autres :

Je n’utilise qu’un seul ordinateur, l’autre n’est jamais connecté en même temps.

Je suis obligé depuis quelques mois (septembre 2011) d’aller chercher mes courriels dans l’Internet, Thunderbird ne me les télécharge plus. L’assistance Free.fr se déclare impuissante.

J’ai aussi conservé les copies d’écran, les journaux de diagnostics, pour prouver ces derniers détails.

Aucune clef 3G ne veut s’installer. Sauf le domino Orange, mais il utilise la fonction WiFi, dangereux.

Cela veut dire que si vous ne voyez pas d’intérêt à ce blog, le gouvernement français et d’autres (Russie, Chine, Etats-Unis…) le prennent au sérieux et en ont peur.

Ce livre électronique contient tout ce qu’il faut pour faire tomber ce gouvernement, mettre dans l’embarras TOUS les présidentiables qui s’obstinent à ne pas me répondre, curieusement aucun candidat à la présidence ne veut en profiter pour être élu par les 99% d’électeurs anti-corruption (chiffre donné par Wall Street, Occupy Wall Street, I mean…), pourquoi ?

Il y a une première réponse : ils sont tous corrompus ou menacés et se sont adaptés au système, de gré ou de force. Cela fait au moins 40 ans que ça dure, autant déplacer une montagne. Quant à ceux qui oseraient s’attaquer au système, ils savent ce qui les attend.

La deuxième, c’est que nos leaders nationaux, partout en Europe et aux États-Unis (quel est le jeu d’Obama ?) sont maintenant contrôlés par les puissances émergentes, Chine et Russie en tête.

Ils sont capables de faire tomber le présidentiable Dominique Strauss-Kahn, de commanditer la tuerie d’Oslo pour impressionner les chefs d’états…

François Hollande vient d’être « choisi », Arnaud Montebourg est éliminé, tout va continuer sans révolution.

Sinon, après avoir vérifié toutes les preuves que nous vivons bel et bien dans un état de non droit, publiées ici, expliquez-moi donc pourquoi ces politiques, les autorités, vont jusqu’à me persécuter, maintenant physiquement (« passages à tabac » !) au lieu de m’aider à rétablir le respect des lois.

Au lieu de supprimer totalement le blog, on s’attaque à la source, je perds un temps fou.

Trois blogs ont déjà été fermés et celui-ci subit une censure discrète , il est parfois supprimé puis remis en ligne, histoire de casser son audience et de faire croire qu’il est supprimé afin que les nouveaux visiteurs ne reviennent plus. De plus, depuis mars 2011, je ne peux plus insérer les documents judiciaires et les rapports de police compromettants pour la policiers et juges. Belle collaboration ! (http://patricehenin.blogspot.com/2011/05/refus-du-serveur-blogger-dinserer-une.html)

Cette interdiction vient d’être levée, en septembre 2011, j’attends leur prochaine idée.

La seule chose qui le sauve c’est vous, le nombre grandissant de visiteurs (même deux premiers visiteurs français de Chine !), parce qu’il est maintenant mondialement trop connu (voir un exemple des 100 derniers visiteurs au 6 août 2011 :

et que le faire disparaître totalement prouverait tout simplement encore plus qu’il est vraiment le cauchemar des gouvernements impliqués (principalement français, américain, russe et chinois) et de la kyrielle de corrompus nommément dénoncés ici.

Après avoir lu cet onglet « PROLOGUE » et ses principaux liens « Destins d’Hénins » (http://patricehenin.blogspot.com/2011/09/destins-dhenins.html) il vous faut au moins lire les 25 à 30 « articles les plus lus » dans la colonne de gauche du blog.

Et vous aurez tout compris, vous ne serez plus la même personne, vous serez capable de déchiffrer tout ce que l’on vous raconte dans les médias, tout ce qui se passe dans le monde deviendra compréhensible et prévisible. Y compris la tuerie d’Oslo, par exemple.

Heureusement, il existe des solutions, je ne suis pas le seul à avoir compris. J’en suis à ma 5ème année de droit pénal et constitutionnel, 2ème année d’étude de la finance, de la création et circulation monétaire : http://patricehenin.blogspot.com/2010/09/argent-et-pouvoir.html

J’ai fait d’énormes progrès en géopolitique, écologie, et je ne referais certainement pas aujourd’hui le genre de visite que j’ai fait à l’ambassade de Chine le 7 juin 2008 !

Tout ceci grâce à des chercheurs, économistes, avocats, journalistes exilés qui font partie de mes 10000 contacts, recueillis pendant 5 ans (8600 adresses valides, les autres m’ont mis en spam).

En disséminant le manuscrit PDF un peu partout dans le monde, dans des clefs USB, dans des milliers de disques durs, en le traduisant, alors sa censure est neutralisée, l’omerta des médias, qui dure depuis 5 ans, en devient ridicule : je suis en passe de devenir l’auteur le plus censuré et « inconnu » le plus célèbre dans le monde, avec le temps (5 ans) et avec tous ces contacts disséminés dans le monde.

Vous en avez pour une heure environ mais vous ne vous ennuierez pas ! Moi j’ai bien passé 5 ans à tout subir et tout décrire, pour vous.

Il faut utiliser ce livre électronique avec sa Table des Matières ET lire, comme un feuilleton, les chapitres dont les articles sont numérotés, qui se suivent, dans l’ordre.

Ceci pour le récit des 4 procès débiles que je collectionne (chapitre « Je te ferai interner le moment venu« ), mon ancien parcours de militant benêt et crédule (« Militant en quête de parti« ), ou les commentaires sur l’actualité (chapitre « Actualités médias« ).

Il s’agit d’une aventure incroyable et totalement véridique, qui explique le fonctionnement de notre nouveau monde.

LE RÉSUMÉ EN QUELQUES PARAGRAPHES

C’est initialement l’histoire d’un escroc immobilier (Jérôme Hénin) formé dans cette école de corruption haut de gamme qu’est Bouygues Immobilier (1986 – 1993), vivant en Floride depuis 1993, devenu millionnaire et franco-américain, puis trafiquant d’armes international, qui décide d’utiliser ses puissantes relations pour faire interner son vieux frère handicapé Patrice Hénin (moi), afin de pouvoir mettre sous tutelle sa mère et capter son héritage.  Bien que le régime matrimonial fasse de ma mère la seule héritière sans droits pour les enfants.

Jérôme Hénin est mon frère cadet de 9 ans, je le connais bien !

Puis, de fil en aiguille, le déroulement de cette aventure m’a fait découvrir, « in vivo », ce que le citoyen lambda (vous), ne pouvez savoir. Il fallait se retrouver dans cette situation,  moi-même j’ai mis des années à comprendre les tenants et aboutissants de ce qui m’arrive.


Mon père, le commandant Gilbert Hénin avait rejoint le général de Gaulle en 1943, devenu para il avait fait toutes les guerres, Bretagne, Loire, Ardennes, Pays-Bas, 2 années d’Indochine (Vietnam, Laos, Cambodge), blessé à Dien Bien Phu, puis la guerre d’Algérie.
Il décède avant de toucher sa liquidation de pension d’invalide de guerre. Il était en procès contre l’état pour cela.
Madame Renée Hénin verse 3000€ à Me Louis Boré, conseiller d’Etat, pour continuer le procès.

Le Ministère de la Défense est enfin condamné en février 2010 par le Conseil d’Etat à rembourser ces 3000€ et le Trésor Public doit verser la liquidation de pension d’invalide de guerre : 19 450€.


Mais chose bien curieuse, Me Louis Boré rajoute les enfants dans la liste des « ayants-droits », le ministère de la Défense exige que madame Hénin partage les 3000€ avec ses enfants, quant au Trésor Public, il ne répond pas aux lettres de madame Hénin, lui raccroche au nez.

On comprend enfin pourquoi l’aîné Patrice devait auparavant être éliminé.

Beaucoup de personnes se sont demandées pourquoi un millionnaire pouvait se compromettre pour 22500€.
Si la mère signe ce document illégal, elle sera considérée comme irresponsable, mise sous tutelle renforcée (comme on veut le faire à une certaine Mme Liliane Bettencourt). Et devinez qui sera le tuteur ? Là, il s’agissait de 600 000$ plus deux appartements en France.


Si elle refuse de signer, ce qui est le cas, elle ne touche rien. Il suffit d’attendre qu’elle craque. Astucieux, non ?

Si vous aviez les puissantes relations de ce directeur général de chez Bouygues Immobilier (Jérôme Henin), en feriez-vous autant ?

Voilà ce qu’est devenue la France reconnaissante. Croix de guerre, Légion d’honneur, mais pour la veuve, plus de justice, mais on aide à la captation d’héritage. L’aïné, qui en plus raconte tout dans un blog, on s’en occupe avec force (publique).

J’ai essayé de faire bouger les militaires : http://patricehenin.blogspot.com/2010/06/priere-aux-parachutistes.html

Le plan de ce directeur général de chez Bouygues Immobilier, pour me mettre hors circuit, est de me faire interner.

Donc, il me casse la figure en 2006 et va porter plainte.
Un millionnaire franco-américain qui déboule dans ce commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 (01 44 87 50 12), ça impose le respect. Peut importe qu’il m’ait défoncé le thorax avec un vélo qui trainait dans une cour, qu’il soit indemne et tienne un discours diffamant à mon égard, au lieu de raconter des faits de violence, je deviens l’agresseur et on enterre ma plainte. Puis la justice entérine.

Je pensais que cela serait réglé en justice.

Mais la déléguée du procureur Françoise Guyot (http://patricehenin.blogspot.com/2007/06/0010-je-te-ferai-interner-le-moment.html ) a ignoré ma plainte, le 9 octobre 2006, les constats de plaies et hématomes pour plaire à ce directeur général de chez Martin Bouygues, ami du futur président Nicolas Sarkozy.

Pendant ce temps-là, je militais dans la section socialiste du XIIème à Paris et bien sûr j’évoque mes déboires avec la police puis la justice.

Nicolas Sarkozy étant ministre de l’intérieur en 2006, je pensais que mes « camarades » socialistes se précipiteraient chez tous les médias pour dévoiler cette affaire.

Je me rappelle que les médias faisaient des gorges chaudes sur le fait que Ségolène Royal aurait prit faits et causes pour des fraudeurs de la Gare du Nord 😦http://www.lemonde.fr/politique/article_interactif/2007/03/29/les-heurts-de-la-gare-du-nord-alimentent-le-debat-electoral_889138_823448.html), mais un commissariat entier qui rédige des faux en écriture publique en faveur d’un richissime promoteur immobilier, à 200 mètres de la mairie socialiste, non. C’est une « affaire familiale » !

Les socialistes ont étouffé cette affaire et Sarkozy a pu être élu !

Les responsables de mon ancienne section socialiste commencèrent à soigner ma réputation d’excentrique qui enquiquine tout le monde avec ses « histoires familiales » à ne pas tenir debout.

Il serait même agressif, ce Patrice Hénin, à force de ne pas être écouté !

Il écrit un blog ! Il raconte sa vie de militant, avec des réflexions de moins en moins dans la ligne du parti !

Dès l’élection de Sarkozy, obtenue par le silence de ces « socialistes », des courriels pleins de virus commencent à se multiplier dans ma boîte de réception.

Le blog prend une tournure plus séditieuse, critique à l’égard du PS, du PG, de la police, de la justice.

Le militant bénévole est de moins en moins benêt.

Au mois d’août, ma tour sous Windows XP est attaquée de façon incessante, par des professionnels capables de flasher le BIOS de la carte mère. J’en rachète une, je formate mes disques durs, rien n’y fait, le système d’exploitation est détruit : http://patricehenin.blogspot.com/2008/02/0002-message-pour-betapolitique.html

De ministre de l’intérieur, Sarkozy se lance dans le hacking, ce qui lui inspire des lois style hadopi, LOPPSI 1, puis 2, puis 3.

Windows XP est détruit ? Je ne peux plus dire la vérité aux lecteurs ?

Je découvre et installe le merveilleux système Ubuntu, gratuit, convivial, l’une des 600 versions (ils disent « distributions ») de Linux.

Le logiciel libre en Open Source, cela fleurait bon l’esprit mai 68, l’anticapitalisme. Avec un forum tenu par une association, Parinux (http://www.parinux.org/), pour guider mes premiers pas.

Le mépris du respect de la liberté d’expression, de la vérité de monsieur Nicolas Sarkozy étant proportionnel à sa toute puissance, il n’hésite pas à demande à Free.fr de me couper ma ligne ADSL, carrément !

Du 17 décembre au 28 février 2008, 3 visites de techniciens, la première fois étonnés, la deuxième fois amusés, la dernière fois ils rétablissent ma ligne après avoir tout inspecté, mesuré, testé, jusqu’au local technique dans mon couloir, pour finalement s’exclamer « mais c’est bien sûr ! Vous avez interverti les fils de votre Freebox ! » (boîtier neuf que j’avais installé moi-même 3 mois auparavant) :

http://patricehenin.blogspot.com/2008/08/0003-freebox-off-ok-on-dconne.html

et :

http://patricehenin.blogspot.com/2009/07/free-dans-le-box-des-accuses.html

Enfin, je reprends connaissance de l’évolution du monde aux infos TV, je peux téléphoner, et continuer mon blog diabolique.

A noter que cette coupure de téléphone a eu lieu exactement pendant toute la durée d’un séjour de ma mère aux Etats-Unis, chez sa fille du 15 décembre 2007 au 25 février 2008 !

Lors de son précédent voyage, l’hiver 2006-2007,  il m’était impossible de la joindre : répondeur, mes neveux et nièce américains qui me raccrochent au nez, qui me demandent de la laisser tranquille. Ma sœur aussi semblait avoir le même désir que mon frère : que je ne voie pas ma mère à Paris, que je ne communique pas avec elle lorsqu’elle chez sa fille en Floride.

Coupure inexpliquée de ma ligne ADSL, ordonnée par qui ? C’est une affaire familiale ? Une simple coïncidence malheureuse, voyons.

Arrive ma condamnation suite à la plainte pour coups et blessures de ce brillant directeur général, le 5 septembre 2007, en mon absence (convoqué le 7 septembre !) et sans avocats :

6 mois de prison avec sursis, assorti d’une période probatoire de 2 ans avec 3 obligations délirantes à remplir :
– obligation de prouver pendant 2 ans, tous les mois au service pénitentiaire de probation et d’insertion, que je cherche un travail alors que j’étais handicapé et déclaré inapte au travail depuis 2001 !
Lorsque j’ai commencé à être convoqué, j’étais à la retraite !!

– obligation de prouver que je cherche un logement alors que suis locataire depuis 27 ans ! Je ne sais toujours pas pourquoi.

– enfin et surtout me faire soigner, en psychiatrie, une supposée dangerosité, pas précisé. J’ai été frappé par le proche d’un proche du président, quand même, il devait bien y avoir une raison, ces gens là en ont, des projets hors du commun des mortels :

Que voulez-vous, quand on condamne sans avocats et sans voir l’accusé, on fait des bourdes !

Rien n’est parfait, surtout en matière de corruption.

J’ai donc rédigé au fur et à mesure des événements le chapitre « Je te ferai interner le moment venu« .

Cynique, mon frère m’avait d’ailleurs envoyé un courriel, déjà en juin 2004, contenant cette phrase, « Je te ferai interner le moment venu« , lorsque nous avons appris que notre père était condamné par une leucémie aiguë !


Corruption de la police, des magistrats, des avocats parfaitement démontrée.
On progresse, avec la vérification des réelles convictions des socialistes : se faire élire pour appartenir à l’élite des élus. Ensuite, tout ce beau monde se retrouve au sénat, parlement, à l’Elysée, au palais de justice, pour faire la même cuisine et se goinfrer.

ooooOoooo

Ayant des convictions, pensant qu’une section « socialiste » du XIIème à Paris n’était pas LE PS, je continuais à militer avec plus d’expérience, d’efficacité.


Ce n’étais plus des « je ne lui confierais pas ma sœur à ce Sarkozy, vous n’allez quand même pas lui confier le code nucléaire !« , mais il fallait empêcher cet Arno Klarsfeld de devenir le député de la 8ème circonscription de Paris.
La candidate Sandrine Mazetier me plaisait, par sa pugnacité. Je n’avais pas encore compris, j’y croyais encore, ou plutôt je n’arrivais pas à croire que l’esbroufe était générale dans ce parti.
Je me suis transformé en spécialiste des « boitages » (s’introduire dans les immeubles pour mettre des tracts dans les boites à lettres). J’en ai distribué des milliers.

Je remarquais que le directeur de campagne de Sandrine Mazetier me confiait des missions en solo.

Je ne réalisait pas qu’il utilisait ainsi mes talents sans trop me méler aux autres militants, à qui je ne parlais presque plus de mon « affaire familiale », de guerre lasse.


Je continue de parler de mon procès en appel prévu pour juin 2008 à cette candidate députée Sandrine Mazetier, en mai 2007. 
Sandrine me conseille une avocate « socialiste » qui me prends 600€ en liquide (« ça évite la TVA, le reste, encore 600€, avec TVA, à l’audience« ). Elle a été élue.

Mais ensuite cette avocate, Béatrice Zareczki Weinberg, me pose des lapins (http://patricehenin.blogspot.com/2007/10/0028-depart-de-la-course-aux-lapins.html) et ne viendra pas à l’audience le 2 juin 2008 (http://patricehenin.blogspot.com/2008/06/0022-un-palais-sans-dfense-alors-aux.html).

Audience bidon, absence d’avocats, ils m’ont au moins vu,  cette fois, j’ai raconté l’altercation, rien à faire, la cour d’appel confirme les 3 obligations impossibles à remplir.

J’en parle encore à mes « camarades » socialistes, candidats à la municipale 2008, aujourd’hui élus à la mairie du XIIème.

Les responsables de la section, aujourd’hui élus, (http://mairie12.paris.fr/mairie12/jsp/site/Portal.jsp?page_id=24) (http://www.sandrinemazetier.fr/) étouffent l’affaire, expliquent encore aux autres militants que « c’est une affaire familiale« .

Arrive la condamnation confirmée en appel le 2 juin 2008, absence de l’avocate Béatrice Zareczky-Weinberg, l’amie de la députée Sandrine Mazetier.

En ce jour du procès en appel, mon blog chez blogspirit.com est supprimé, ainsi que mon forum chez Xooit.com, mon album photo en ligne chez Magix !

Après la cassation, le blog recréé chez over-blog.com sera aussi supprimé en octobre 2007.

C’est alors que désespéré de trouver un écho dans les partis, les médias, privé de justice, de blog,

plein de rage, pendant la contestation internationale des JO de Pékin, le 7 juin 2008, je me débrouille pour entrer dans l’ambassade de Chine, où je suis reçu par le premier secrétaire de l’ambassade, M. Liu X W.

Bêtement, je pensais que les chinois apprécieraient et utiliseraient cette information sur cette affaire qui démontre l’état des droits de l’homme en france, propageraient la nouvelle avec plaisir.

J’ai fait la connerie du siècle !


M. Liu photocopie le rapport de police, le jugement, je lui donne les mots de passe pour accéder aux textes de mon premier blogspirit.com supprimé. J’ai bien sûr une preuve irréfutable de ma rencontre personnelle avec monsieur le 1er secrétaire d’ambassade de Chine, Liu.
Je lui parle de la corruption comme fléau aussi bien en Chine qu’en France, pour vérifier s’il était anti-corruption, il acquiesce, je lui dis « maintenant, questions droits de l’homme, vous avez de quoi répondre à Sarkozy, qui refuse d’aller aux JO de Pékin si vous ne recevez pas le Dalaï-Lama. Allez-y, téléphonez aux médias français pour leur parler des droits de l’homme en France, cassez l’omerta !« .

Ils se sont contentés de faire chanter Sarkozy, donc ils occupent l’Elysée depuis juin 2008.

Ou alors, que l’on m’explique tous ces revirements sarkozyens, après avoir d’abord annoncé qu’il n’irait pas assister à l’ouverture des JO si le gouvernement chinois n’accédait pas à la demande du Dalaï-Lama d’être reçu à Pékin, il s’est précipité à l’ouverture puis à la clôture !

Il y a ce voyage de Xavier Bertrand à Pékin pour sceller cette curieuse alliance UMP-PCC, les visas accordés en masse, par le département de l’Ile de la Réunion, sans passer par Paris, d’abord, puis la Polynésie française, l’invasion de la Guadeloupe,  les rachats systématiques de nos bar-tabacs (déjà 1/3 à Paris) par des chinois. Aujourd’hui, c’est au tour des pharmacies.

Alors que les acheteurs français subissent des tracasseries interminables, des enquêtes de moralité à n’en plus finir…

Les déclarations du ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner : « les droits de l’homme, c’est une erreur ! » Le secrétariat des Droits de l’Homme de Rama Yade réduit à un placard…

Expliquez-moi tout ceci, vous, lecteur et je renoncerais à accuser Nicolas Sarkozy de haute trahison.

En juin 2008, je n’étais pas assez lucide pour pouvoir écrire un texte comme « Péril en la demeure » :

(http://patricehenin.blogspot.com/2011/07/peril-en-la-demeure.html)

Les Droits de l’Homme sont inversement proportionnels à la quantité d’humains : trop d’humanité tue l’humanité (dans les deux sens du mot).

Maintenant j’ai compris qu’aux Droits de l’Homme, il faut mettre en place, internationalement, les Devoirs des Hommes : envers la planète, qui rétrécie (amusant : http://ht.ly/4PDHH), pendant que la démographie globale humaine explose.

Ce ne semble pas être la politique du gouvernement chinois.

Il y a un monument, style menhirs de Stonehenge, aux États-Unis, qui exprime cette idée : http://infoguerilla.fr/?p=4119

Le groupe de Bilderberg (les « riches et puissants ») étudie la question depuis 1954 (http://blog.syti.net/). Ce site a été complètement remodelé, adouci, depuis mes premières visites en 2008, rien ne pourrait arrêter cette explosion démographique. Alors, ces milliardaires de tous pays se disent qu’il vaut mieux tirer les marrons du feu avant le chaos économique mondial. Cela sent le génocide, l’un d’eux parle de détruire 95% de la population humaine.

Revenons à « mon affaire familiale« , dont la famille s’est enrichie des 1340 millions de chinois (les indo-pakistanais, eux, préfèrent leur nouvelle colonie anglaise).

S’ensuit donc l’obligation d’effectuer mes 3 peines délirantes, je suis convoqué par la juge des peines Catherine Barés en 2010.
Des convocations pour me faire « soigner », trouver un logement (on m’envoie tout de même les convocations mensuelles chez moi), un travail.

Je suis devenu retraité en août 2009, cela devient d’un ridicule insoutenable !

Je me suis amusé à me présenter dans un Pôle-Emploi pour me marrer, avec ma condamnation, on m’a conseillé de passer par l’Internet ! Pas mal trouvé !

La pauvre juge des libertés et peines Catherine Barés a refusé de dénoncer ce jugement aberrant, elle s’est contentée de me convoquer tous les mois pendant 2 ans.

Donc, refus de tous les médias, absolument tous, papier, Internet, TV, radios, par peur ou corruption, de parler de ce sac de corruptions.

Même les chinois…

Depuis 5 ans, vous vous doutez bien que je ne suis pas resté sans essayer de contacter des madame Dominique Simenot (du Canard Enchaïné), M. Tavel et Jules Joffrin de Libération, Le Monde, Le Parisien, Pierre Haski (Rue89), Mrs Edwy Plenel et François Bonnet de Médiapart.

Ces deux là ont leur siège au 8 passage Brulon 75012 Paris (01 44 68 99 08) j’ai été les voir en juin 2008 lors d’une journée porte ouverte. Ils m’ont dit « vous pouvez faire un papier dans un blog dans notre site« .

Aussitôt dit, aussitôt fait. Ce papier aurait dû passer en une de leur média, mais non, les journalistes vivent sous l’ére nabozy, n’osent plus rien dire : http://blogs.mediapart.fr/blog/Patrice%20H%C3%A9nin

Absolument écœuré, dégoûté, je quitte le Parti Socialiste et participe toujours avec un fol espoir à la création du Parti de Gauche, avec Alexis Corbière, élu adjoint à la mairie du XIIème, un vieux « camarade » et Jean-Luc Mélenchon.
Surtout parce que je ne croyais plus à l’Europe des patrons qui succédait à l’Europe de la chair à canons.


Je découvre que ce parti n’est qu’une « construction électorale » (http://patricehenin.blogspot.com/2010/06/oui-jai-passe-deux-mois-novembre-2008.html), pour reprendre leurs propres termes. Je parle bien sûr de mon « affaire familiale » à Jean-Luc Mélenchon, à 3 reprises. Je lui remets même un dossier qu’il enfouit dans sa serviette au cours d’un meeting dans un restaurant chinois à Belleville (juin 2008).
Rien à faire, la chaîne Jérôme Hénin – Bouygues – Sarkozy est intouchable.

Cette fois, au bout de 3 mois de réunions, j’avais quand même fini par comprendre ce qu’était un parti politique : une secte avec gourou, cotisations à payer, affichages nocturnes et distributions de tracts pour faire élire un club de copains qui convoitent des sièges à la mairie, Jean-Luc Mélenchon l’anti-européen un mandat d’eurodéputé (8000€/mois).

Toujours anti-Europe, maintenant plus finaud en finances (http://patricehenin.blogspot.com/2010/09/argent-et-pouvoir.html)

je rejoins le « gaulliste » Nicolas Dupont-Aignan, lui aussi anti-Europe, contre l’euro et qui me semblait sympathique, clair, loin de toute corruption.

Je commençais à avoir des compétences en finance, géopolitique, problèmes migratoires et son groupuscule me semblait le plus républicain.

J’ai assuré en tant que délégué du XIIème, après avoir versé dans les 150€ de dons, ses élections régionales dans le XIIème au nom de son groupuscule DLR, parce que je souhaitais un retour aux valeurs républicaines.

Mais c’est à ce moment, février 2010, que ma mère se trouve invitée à partager la revalorisation de la pension de son mari, au lieu d’en hériter naturellement et légalement :

Evidemment, j’en parle à Nicolas Dupont-Aignan.

Devinez quoi ? C’est ici :

J’ai donc rédigé au fur et à mesure des événements, en plus du chapitre « Je te ferai interner le moment venu » le chapitre « Militant en quête de parti« . J’avais acquis assez d’expérience et de compréhension sur la façon dont fonctionne le monde politique, j’ai rédigé les chapitres « Mots pensés » et « Médias, Actualités« .


A la corruption des polices, magistrats, avocats, s’ajoutent les preuves de corruption de tous les partis : Parti Socialiste, Parti de Gauche, Debout La République (Nicolas Dupont-Aignan), de tous les médias, associations et institutions clefs : Canard Enchaîné, Le Monde, Médiapart, Rue89, Ligue des Droits de l’Homme, Cour Européenne des Droits de l’Homme, etc. Le tout minutieusement et complètement démontré.

ooooOoooo

Pour une « histoire familiale », je suis passé, et vous aussi en lisant ce blog, d’une affaire de captation d’héritage à la description de la corruption généralisée, touchant tous les organes de l’Etat, aux rapports de force mondiaux.

Depuis, je m’obstine à recréer les blogs supprimés, d’où son titre, pour raconter les persécutions qui se poursuivent toujours, et qui empirent, de la véritable barbarie matinée de stupidité, parce que tous ces efforts pour me déclarer dangereux, irresponsable, me faire « soigner », ne font que prouver que j’ai mis le doigt sur ce que personne n’ose dire :
cette corruption généralisée, l’obéissance de Sarkozy et de son gouvernement, de l’Europe (qui va « faire appel aux sauveurs chinois ») aux puissances émergentes, les élus qui cherchent à conserver une place bien payée pendant le démantèlement de nos polices, gendarmerie, armées, justice, institutions, la fin de notre nation.

Alors, le PS, la mairie de Paris et son préfet de police Michel Gaudin, la justice, accumulent les persécutions.
Ma vie quotidienne de retraité est constamment attaquée de toutes parts :

– les dysfonctionnements informatiques, déjà signalés, la coupure de ma ligne Free;fr du 17 décembre 2007 au 28 février 2008

– en décembre 2008, pour préparer mon recours à la Cour Europénne des Droits de l’Homme, je sollicite l’aide de Violette Attal-Léfi, ancienne « camarade » de ma section socialiste, élue à la mairie, et qui a créé une association d’aide juridique « Zone de Droit ». Voici le résultat, elle me pose des lapins, alors je lui envoie une lettre recommandée qu’elle me renvoie sans l’ouvrir :

http://patricehenin.blogspot.com/2009/02/0043-zone-de-droit.html

– en juillet 2009, je mange au restaurant social Emeraude la rue de la Brèche aux Loups, le plus proche de chez moi, depuis 2006. Un voyou, qui prétendait travailler dans un labo de la police, me provoque, me crache à la figure,  vire manu militari un vieillard pour s’installer de force à ma table, la gérante du restaurant m’accuse d’être celui qui est mal éduqué :

http://patricehenin.blogspot.com/2010/05/restauration-collaborative-sauce-vichy.html

– en octobre 2009, je demande une entrevue avec madame le maire Michèle Blumenthal, ancienne « camarade ». Un autre « camarade » Guy Tabacchi, élu, avec qui je distribuais des tracts au marché de la Porte Dorée, me reçoit, cela reste sans suite.

– de février 2010 à mai 2010, un dysfonctionnement de la CAF me prive de mon allocation logement, pendant que le nouveau bailleur HLM perçoit l’intégralité de mon loyer.

Sans l’aide de ma mère et d’une cotisation de voisins, je serais à la rue, il ne me restait plus que 180€ par mois. Ma banque avait aussitôt supprimé ma carte bleue, l’aide exceptionnelle de la mairie m’a été refusée.

– en septembre 2010, la CNAV me supprime l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (l’ASPA) qui m’avait été accordée lors de ma prise de retraite. C’est un truc que l’on accorde aux handicapés qui n’ont pas pu travailler assez longtemps et se retrouvent

– en mai 2010, rebelotte au restaurant Emeraude, j’en suis expulsé sous un faux prétexte plutôt illégal, et cette fois je fais appel au médiateur de la République Jean-Paul Delavoye, qui m’envoie chez le médiateur Geoges Verges qui me reçoit (le poste a disparu depuis) :

http://patricehenin.blogspot.com/2010/08/destinataires-citoyen-delanoe-bertrand.html

Un ami écrit à la maire qui lui répond que je n’ai jamais été expulsé et que je suis le bien venu dans les restaurants Emeraude ! Muni de cette lettre, je retourne au restaurant et je suis expulsé par la police municipale, qui refuse de lire la lettre « elle n’a aucune valeur, la lettre de madame le maire !« .

Finalement, je suis de nouveau admis à condition d’être poli et correct !

– en novembre 2010, les ennuis s’aggravent au restaurant Emeraude. Un voyou tatoué jusqu’au cou, me crache à la figure, comme ça, pou rien, jette des déchets dans mon assiette et la chef du personnel rigole, m’accuse de faire des histoires, en poussant des hauts cris.

Je me retrouve de nouveau expulser pour mauvaise conduite (!) avec interdiction de manger dans le XIIème. Ça tombe bien, mon emphysème progresse, je ne peux plus monter les escaliers et prendre le métro…


– le 17 novembre, je veux porter plainte pour crachats, le policier François Hoffmann fait semblant de faire une main courante, ne m’en donne pas copie parce « que c’est enregistré dans sa bécane informatique. C’était au commissariat de Bercy XIIème.

– Lorsque enfin  les deux ans d’obligations prennent fin en mars 2011, la juge des peines s’étant contentée de me convoquer tous les mois, n’ayant trouvé personne pour soigner un violent et dangereux handicapé toujours essoufflé, le préfet de police de Paris a une brillante idée.

« Et si on arrivait à prouver qu’il est dangereux envers lui-même ? C’était un sacré fumeur de haschich, il faut lui coller un dealer tous les 50 mètres, il finira bien par craquer, et hop ! L’opinion nous sera reconnaissante vu qu’il commence à être aimé dans le coin ! Au boulot !« .

On sort de taule un type, Emmanuel Marquès-Jésus, que j’ai effectivement connu il y a 3 ans, qui me sollicite sans arrêt, dès sa sortie de prison. Aparemment, ses dealers n’avaient pas été arrêtés !

Je voyais des flics partout. Le 15 mars, il me talonne, insiste, veut me faire cadeau de son haschich, je l’envoie balader. Mais je suis arrêté, ou plutôt massacré, 5 minutes après :

http://patricehenin.blogspot.com/2011/03/nieme-proces-pour-essayer-deffacer.html

Puis encore une parodie de procès, ma brève apparition a l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de Police, qui refuse de m’interner.

Ce zélé préfet s’était pourtant levé à 3h du matin pour m’y envoyer !

Les deux autres clients qui avaient achetés une barrette ont été libérés dans la nuit.

Le psychiatre de l’IPPP ayant refusé de m’interner, je suis alorrs envoyé au dépôt, 2ème nuit blanche, puis le jugement en flagrant délit est reporté parce que l’agent dépose plainte pour rebellion et doit préparer sa défense ! On veut me faire repasser un autre examen psychiatrique.

N’oubliez pas, la lettre de cachet émise par ce directeur général de chez Bouygues n’est toujours pas exécutée ! Et mon 3ème blog fait maintenant 300 pages ! Il faut stopper tout ça.

S’ensuit un procès qui devait se dérouler en mon absence, mais le psychiatre qui devait me réexaminer (le même qu’à l’IPPP !) m’informe de la date réelle et je m’y présente. Je refuse tout avocat pour pouvoir m’exprimer sans être expulsé par les gendarmes du colonel Patrick Peyramaure lors de la première audince :

Je suis encore expulsé manu miliari et condamné derechef à me faire… soigner (sinon 8 mois de prison, cette fois). Je dois même indemniser le pauvre agent David Gatty qui a été insulté et frappé au thorax !

Il demandait 1000€, le juge a trouvé cela un peu indécent et me réclame 200€ seulement.

Rassurez-vous, les 2 autre personnes qui avaient réellemnt acheté quelque chose ont été libérées au bout de quelques heures.

Quant au dealer, le procureur aavit requis d’abord 4 ans pour récidive, puis 2 mois ferme, il est libéré et vous pouvez le trouver au café « Paris XII » au coin de la rue de le Brèche aux Loups et de Wattignies, Paris XIIème. Il y joue au tiercé.

Je suis donc en appel, je compte sur vos soutiens lors de l’appel qui aura lieu en décembre 2011 – février 2012.

Mes appréciations et dénonciations des partis politiques dérangent vraiment en campagne présidentielle, d’autant plus que j’essaye de me présenter.

Je continue de rédiger mon bouquin, cette fois en imaginant des mesures radicales contre la corruption, je commence à proposer des mesures anti-corruption radicales, à vouloir reconstruire notre République. Enfin, on ne me dit plus « bon courage » mais « quel courage !« .

Tout ceci ne plait pas à Michel Gaudin, au maire de Paris, aux différents partis, médias, associations à qui je continue d’écrire.

Alors dernièrement, du 16 juin au 22 juillet 2011, des voyous m’attendent devant ma porte, crient « le blog, le blog ! Toutes ces manigances ! Çà va péter ! Ça va péter ! » (en l’absence de témoin, bien sûr)…

Le 22 juillet, l’un d’eux veut pénétrer dans l’immeuble en même temps que moi, plutôt que de composer le code devant lui, je fais le 17, il me gifle et jette mon portable par terre.
Lorsque les flics arrivent, certains se marrent. J’ai réussi à porter plainte uniquement parce que j’ai expliqué que les gens de l’immeuble voulaient voir ma description des racailles…

Enfin, je revois mon caïd goguenard qui passe devant l’arrêt de bus où j’attendais assis, il se marre en me voyant, je lui dis « tu es recherché par la police, il paraît que ma description ne leur suffit pas, je vais te prendre en photo !« . Il me défonce le maxillaire (pas l’œil) en 3 coups de poings, voici ma photo au 1er août 2011 :

J’appelle le 17, le voyou s’en va mais téléphone à la BAC (Brigade Anti Criminelle ou Brigade d’Appui Criminelle, pour moi) et revient avec eux. L’un d’eux vient vers moi, me montre une carte de la BAC et me demande pourquoi j’ai giflé ce monsieur !

Au commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris (01 44 87 50 12) la racaille, très à l’aise avec la flicaille, porte plainte pour avoir été giflé !

Un flic me dit que mon œil, « ça date d’il y a 4 jours, je m’y connais, je suis boxeur« .

On m’annonce que 3 témoins m’ont vu gifler cette pauvre racaille (il n’y avait personne dans la rue), qu’ils vont faire un rapport sur mon comportement anormal au commissariat, on menace de me menotter si je ne reste pas dans un cagibi à l’écart en attendant…

J’imagine alors l’Opération « Nuit qui blêmit« .
Une nuit qui blêmit, c’est l’aube qui s’annonce, l’espoir qui point comme le jour, mais aussi les vampires (nos chers millionnaires) qui blêmissent et disparaissent.

J’essaye de convaincre les gendarmes, ceux-là qui m’expulsent en audience dès que parle vrai et dénonce, de ne pas confondre « devoir de réserve » avec devoir de lâcheté ou d’imbécillité !

Un magistrat qui ordonne des jugements de prévaricateur ne peut rien si la force publique se range du côté de la justice. Les gendarmes se prétendent d’ailleurs le bras armé de la justice !

Tout ceci ne pourrait être possible si les journalistes s’amusaient à parler enfin des retraités condamnés à trouver un travail ! Et pourquoi.

Mon article « De la flicaille à la racaille » a été remarqué par une animatrice de la radio IDFM98 d’Engien-les-Bains » qui m’a interviewé le 5 septembre 2011 par téléphone de 14h à 15h. L’émission d’une heure est téléchargeable sur leur site (5€) : http://www.idfm98.fr/archives.php

Si le site est indisponible, cela arrive pour une raison inexpliquée (maintenance ?), vous avez l’émission téléchargeble en MP3 ici : http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_05_09_2011.mp3

Vu le succès de cette émission, j’ai été invité à me rendre dans leur locaux pour assurer une émission « Du bon usage de la réforme des soins sans consentement par les préfets », le 20 septembre de minuit à 6h du matin (heure de grande écoute !) :

http://www.idfm98.fr/archives.php (6 heures = 30€)

Une émission qui a encore eu du succès, j’ai appris des choses qui font peur, comme le fait que le préfet ou le maire n’a pas forcément besoin d’un seul certificat médical, mais la notoriété publique peut vous dénoncer : la notoriété publique, c’est 3 personnes qui ne vous aiment pas. Soyez en bon termes avec vos voisins !

Si vous êtes au RSA, allez ici, un fichier par heure

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_0.mp3

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_1.mp3

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_2.mp3

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_3.mp3

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_4.mp3

http://patrice.henin.free.fr/DOCS/IDFM98_20_09_2011_5.mp3

Oui, vous avez remarqué que depuis le 15 décembre 2012, Free.fr empêche la navigation, et vous tombez sur « ERREUR 404, PAGE INTROUVABLE »

copie d’écran à la charge de Free.fr (Xavier Niels) qui prouve que Free considère ces émissions « sans intérêt », insignifiantes et vous épargne donc une navigation superflue :

ALORS, ALLEZ CHEZ FREE http://patrice.henin.free.fr/DOCS/

cliquez sur le morceau de « musique » que vous voulez entendre. Faites un clic droit si vous voulez télécharger ou utilisez les « options » de téléchargement de votre navigateur.

Abonnez-vous chez Free, censures idiotes garanties.

Cela fait partie des petites censures, gênes, pour ralentir la diffusion de ce qu’il ne faut pas entendre.

Messieurs-dames de Free, vous ne faites que souligner que ces émissions dérangent…

Vous vous faites une bonne publicité, et je comprends que vous obteniez vos licences mobiles.

Au moins, je vous service !

Téléchargez, cela ne pourra pas rester longtemps dans ce site !

Et si cela vous parait long, pensez à la nuit que j’ai passé, aux 5 ans de douce retraite que je passe.

OooOoooo

SOLUTION : VIème REPUBLIQUE

J’ai un peu commencé à rédiger au fur et à mesure de mes réflexions et expériences le chapitre « Mots pensés » et « Epilogue : VIème République« 

Chaque lecteur de cet article (vous êtes 10000) doit écrire ou téléphoner au commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 (01 44 87 50 12) pour leur demander d’arrêter leurs persécutions contre Patrice Hénin. Ca urge.

Soyez polis, un quart ou un tiers des policiers sont de mon côté, en ont marre de ce que le préfet leur demande de faire.

Téléphonez ou écrivez au maire de Paris : Hôtel de Ville 4 rue Lobau 75004 Paris (39 75 ) pour qu’il intervienne, faites comme si seule l’équipe municipale du XIIème était coupable.

Téléphonez ou écrivez à madame le maire du XIIème Michèle Blumenthal 130 avenue Daumesnil 75012 Paris (01 44 68 12 12).

Soyez présent en masse à mon procès en appel vers décembre 2011, pour observer le comportement des gendarmes. J’annoncerai la date dès qu’elle sera connue.

Mon compte Twitter est @Patrice_Henin Suivez-le.

Ma cause FaceBook est : http://www.facebook.com/group.php?gid=116776211692804&v=info

Inscrivez-vous.

Je ne crois pas tellement à ces réseaux sociaux, mais il faut faire feu de tous bois.

J’essaye de déposer ma candidature à la présidence de la République et à la législative pour la 8ème circonscription de Paris. Pour m’exprimer, dénoncer la fin de l’état de droit.

La justice est la clef de voûte de toute société. Hors, en ces temps incroyables, c’est la loi du plus fort, du plus fortuné, toute raison disparaît.

J’ai un suppléant, vu mon emphysème. mais il parait que je peux tenir le coup pendant 10 ans encore.

Il suffit de 3 à 6 mois pour restaurer l’état de droit, retrouver notre indépendance nucléaire et économique.

Que la police fasse la police, que les juges rendent la justice, que les médias disent les faits vrais et vérifiables, c’est là tout mon programme : l’anti-corruption.

Il ne sera pas possible de promettre la croissance et un niveau de vie exorbitant , cela ira plutôt dans le sens d’économistes tels que celui-ci :

Contactez vos élus locaux, maires, délégués régionaux, il y a 60 000 élus à contacter pour m’envoyer leurs parrainages.

Ne leur dites pas trop que mon programme est axé sur la disparition de la corruption (il y a des solutions vraiment efficaces), cela les feraient hésiter ! Expliquez-leur plutôt que ce parrainage vaut certificat de probité anti-corruption, qui les fera ré-élire !

Si je n’ai pas les 500 signatures, déposez massivement un bulletin nul marqué « Patrice Hénin ».

J’ai contacté tous les candidats, y compris Eva Joly. Ils sont tous soit corrompus, soit menacés.

Je suis laïque, très 1789, avec un faible pour la constitution de 1793, je veux fermer les portes à toute immigration massive d’où qu’elle vienne, ce qui signifie aussi une lutte contre toutes discriminations à l’encontre des français de toutes origines.

je n’admets pas l’immigration clandestine, à cause du problème crucial de démographie explosive.

Chaque état doit lutter à sa manière contre ce débordement « d’humanité » ! Sans exporter leurs excédents de population.

Je leur signale qu’après avoir étouffé la planète Terre, il leur faudra émigrer sur la Lune.

Il faut reconstituer les régiments dissous de nos armées, gendarmeries, services publics, récupérer la gestion de l’arsenal nucléaire, au cas où : Sarkozy la partage avec la nouvelle colonie pakistano-indienne, le Royaume-Uni.

Je veux sauver la francité, rassembler toutes les ethnies et classes sociales déjà sur place en pratiquant le « saupoudrage » (pas de ghettos ni de cités pour riches). Mélanger les gens pour qu’ils apprennent à vivre ensemble et se connaître me semble plus intelligent que de laisser des communautés se regrouper et se haïr.

Et surtout, je sais où est l’argent : http://patricehenin.blogspot.com/2010/09/argent-et-pouvoir.html

Je veux absolument éviter ceci :

Je suis la seule personne actuellemnt qui a toute les preuves pour faire arrêter Sarkozy et faire tomber ce gouvernement avant les élections truquées de 2012.

Ce déchaînement de persécutions dont je fais l’objet le prouve assez, non ?

Un référendum plutôt que des élections truquées d’avance et peut-être pilotées par des puissances étrangères est LA SOLUTION.

Il faut absolument éviter une guerre civile dont j’entends parler un peu partout, qui se déclenchent chez nos voisins (Grèce). Cela ne ferait que profiter aux envahisseurs, ou à l’oligarchie des vampires. Des milices armées (étrangères ?) feraient la « loi ».

Je ne suis de gauche ni de droite, je suis normal.

Ce blog est en cours de traduction aux Etats-Unis.

Quant au blog de campagne présidentielle, en attendant celui des législatives, je vais le construire ici :

http://patricehenin.blogspot.com

Patrice Hénin

(révision 30 octobre 2011)

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Crossroads

Drugs:

because I tried every drugs in that world, even exotic like peyote (!!), I discovered that truly, sincerely, undoubtedly, no question about it (35 years of experiments), that all of them brings only a deceiving approach of orgasm, kind of wellness.

Worst, no drugs lead to happiness.

You have to break the law, no choice.

There is a warning: you always hear something like « wanna get high? »

It is a question of time, also a question of « what is that world, nowadays« .

Taste and effects are fading, you need more and more.

All of them lead to nightmare and / or death.

Your parents cannot tell you, they didn’t experiment that.

This is the road to death.

Love:

Then one day, you become crazy, out of control, you know you won’t be the same anymore, you could also break the law by choice!

You just discover happiness.

There is no warning, maybe a strange glimpse.

It’s also a question of time because Mother Nature wants you to prepare yourself, your health included.

Taste of love is never fading, changing with time but only one is enough.

Your parents can tell you: eventually, they got you.

This is the road to life.

Choice is ours.

(short message to niece and nephew)

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Ne pas soigner une hépatite C virulente donne un cancer du foie

Ne pas soigner une hépatite C virulente pour obtenir une cirrhose puis un cancer, on sait faire au Val de Grâce et à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Démonstration ici.

 

+++++O+++++

 

Monsieur le procureur de la République auprès du

Tribunal de Grande Instance de Paris

4, boulevard du Palais

75055 PARIS CEDEX 01

Paris, le 26 avril 2014

 

OBJET : plainte simple pour association de malfaiteurs au sein du corps médical : refus de soigner une hépatite C virulente ce qui a permis la formation de nodules cancéreux prévisibles (souhaités ?). Ce refus a pour prétexte la même obsession de me placer en milieu psychiatrique AVANT tout traitement alors qu’aucune raison médicale sérieuse ne soutient ce prétexte.

Cette  plainte est la deuxième sur trois pour le procureur de la République. La première concerne les agissements criminels des policiers est déposée (2014-04-14 Plainte contre policiers au juge d’instruction).

 

Cette deuxième plainte est la partie concernant les fautes professionnelles commises avec intention, par des médecins, psychiatres et spécialistes du corps médical.

 

La troisième et dernière, qui sera envoyée très prochainement, concernera les dysfonctionnements institutionnels de la République : Conseil d’État, Conseil constitutionnel, Commission Nationale des Comptes de Campagne et de Financement Politiques, parlementaires, présidents de la République Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice.

 

Madame [ou] Monsieur procureur de la République,

 

J’ai l’honneur par la présente de porter plainte et d’attirer votre attention sur les faits suivants présentés par ordre chronologique :

 

26 AOÛT 2007

Psychiatrise du Dr Marie-Élisabeth MEYER-BUISAN

 

Le 26 août 2007, le Dr Marie-Élisabeth MEYER-BUISAN rédige le rapport psychiatrique demandé par la 16ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, après m’avoir reçu le 9 juillet 2007.

Je lui avais donc déjà expliqué les faits et la personnalité de mon agresseur.

Elle a quand même rédigé ce rapport en fonction de la « feuille de route » qui lui a été assignée, à savoir inventer des prétextes pour soins psychiatriques en vue du jugement du 5 septembre 2007.

Pour ce faire, elle invente des faits ou réinterprète mes propos en les noircissant : « … il a le certificat d’études primaires… » ; « … patrice Hénin décrit une vie affective instable… » ; « Patrice Hénin est anxieux, fébrile, logorrhéique… ; « il peut présenter une certaine dangerosité en particulier à l’égard de son frère« .

 

Par ce tissu d’inepties et de faux qui n’ont pas de fondements médicaux, Mme Marie-Élisabeth MEYER-BUISAN fait fi du code de déontologie médicale, du serment d’Hippocrate, violation de l’article R4127-28 : La délivrance d’un rapport tendancieux ou d’un certificat de complaisance est interdite.

 

Je porte plainte contre le Dr Marie-Élisabeth-MEYER-BUISAN pour association de malfaiteurs destinée à m’interner abusivement.

 

Pièce jointe : rapport dit psychiatrique du 9 juillet 2007 Dr Marie-Élisabeth MEYER-BUISAN

 

28 AVRIL 2010

Lettre du Dr Lionel COHEN à un confrère

 

Le Dr Lionel COHEN, remplaçant de mon médecin traitant Dr Pascal NÉBOT, me réfère à un confrère en me déclarant sujet à « alcool, dépression, toxicomanie, tabac, TS… »

 

Le sigle TS ne signifie pas tendances suicidaires mais tentative de suicide.

Je n’ai jamais fait de tentative de suicide.

 

Plus tard, ce Dr Lionel COHEN déclarera avec beaucoup d’imagination que je suis un « patient logorrhéique, passage du coq à l’âne, délire de persécution… »

La conception de l’utilisation du savoir médical et du rôle de médecin par cet individu est proprement aberrante, une honte du corps médical.

 

05 MAI 2010

Certificat Dr Lionel Cohen difficultés déplacements

 

Certificat médical attestant de mes difficultés à me déplacer et insuffisance respiratoire au moindre effort.

 

Pièce jointe : certificat médical Dr Lionel COHEN

 

30 JUIN 2010

Compte-rendu Dr Hervé TAILLIA Hospitalisation AVC

 

Dans ce compte-rendu d’hospitalisation suite à un AVC le 2 juin 2010, je remarque que le Dr Lionel COHEN a introduit des éléments médicaux erronés, inventés : « patient logorrhéique, passage du coq à l’âne« , et m’attribue une qualité amusante si l’on considère ma tranquille vie de retraité : « délire de persécution« .

 

Je porte plainte contre le Dr Lionel COHEN, remplaçant de mon médecin traitant Pascal NÉBOT, pour association de malfaiteurs, faux en écriture publique, falsification de documents médicaux.

 

12 AVRIL 2011

Certificat Dr Bertrand DAUTZENBERG escaliers impossibles à monter

 

Le Dr Bertrand DAUTZENBERG établit un certificat attestant qu’il « m’est très difficile voire impossible de monter des escaliers« .

 

Pièce jointe : certificat du Dr Bertrand DAUTZENBERG 12 avril 2011

 

15 MARS 2011

agression agent de police David GATTY et faux certificat médical Dr BECOUR

 

Je suis sollicité avec insistance par un dealer de quartier puis aussitôt l’agent David GATTY procède à mon arrestation musclée devant témoins. La gardienne de l’école du 40 rue des Meuniers 75012 Paris a été mutée avant que je ne puisse recueillir son témoignage et ceux des femmes avec qui elle discutait (4-5 personnes).

 

Le rapport de l’agent David GATTY ne m’a pas été communiqué, mais il transparaît dans les affirmations de la 23ème chambre correctionnelle du TGI de Paris : « … des policiers me saisissaient à la gorge et au menton…le procès-verbal d’interpellation est clair précis et détaillé… je portais u coup de poing au niveau du thorax… un coup de genou à la cuisse… amené au sol je portais alors deux coups de pied au niveau du ventre [à noter que à plat ventre au sol, ces coups de pieds sont impossibles à réaliser !]… le certificat médical du Dr BECOUR fait état de lésions compatibles avec les violences de la victime… »

 

L’agent David GATTY m’a agressé seul, il n’y avait pas d’autres policiers. Cet agent rompu aux arts martiaux et musculation, d’un caractère agressif et violent comme son profil Facebook le montre où il appartenait à un groupe intitulé « PAF ! » (coup !) avec pour slogan : « Ton comportement me donne envie de d’exploser la gueule… »

Il s’attaque à un homme de 62 ans handicapé respiratoire qui ne peut se défendre puisque qu’il est essoufflé au moindre effort, qui ne peut encore moins frapper.

 

Il m’a été impossible, quoique m’exprimant en qualité de mon propre avocat, à aucune audience, de lire le rapport médical de mon médecin traitant qui décrit mes plaies. Les photos que j’ai produites lors de l’audience d’appel du 17 septembre 2012 n’ont pas intéressé le tribunal.

En m’enfonçant son poing dans ma bouche, David GATTY a déchaussé une dent qui a été remplacée par une dent provisoire le 11 juillet 2011. Je n’ai pas les moyens de payer un implant devenu nécessaire,  je porte encore cette dent provisoire.

 

J’ai été conduit dans la nuit du 15 au 16 mars 2011, sur ordre du préfet de police Michel GAUDIN venu express pour cela, entre 3H00 et 5H00.

Le psychiatre Dr FORISSIER a refusé de m’interner ce 16 mars 2011 malgré les injonctions du préfet de police Michel GAUDIN.

Il m’a également affirmé que si j’avais eu affaire à un autre psychiatre, j’aurais été interné.

J’en déduis que de l’avis même d’un psychiatre, la décision d’un psychiatre ne dépend pas de l’état du « patient », mais de l’état du psychiatre.

 

Par la suite, le juge du tribunal de la 23ème chambre correctionnelle demande au Dr FORISSIER d’établir un rapport de carence pour une deuxième expertise, sans me donner de rendez-vous. Ce tribunal lui demande donc de refaire sa copie de façon plus conforme aux souhaits de l’association de malfaiteur, détruisant ainsi toute crédibilité des avis psychiatriques ordonnés par voie judiciaire à des fins de répression politique.

De tels rapports médicaux détruisent l’image du corps médical.

 

Je porte plainte contre le Dr BECOUR, le Dr FORISSIER et l’agent David GATTY pour faux en écriture publique, association de malfaiteurs, contre David GATTY pour violences avec séquelles à vie, contre l’ex-préfet Michel GAUDIN pour internement abusif, tous pour association de malfaiteurs.

Le procureur voudra bien rappeler au psychiatre FORISSIER que l’article 450-2 du code pénal permet d’échapper aux poursuites si la personne révèle avant poursuites le groupement et l’entente en permettant l’identification des participants.

Sa parfaite collaboration pour aider la justice m’incitera très certainement à retirer ma plainte contre lui.

 

Récit publié dans mon blogue :

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/03/nieme-proces-pour-essayer-deffacer.html

Jugement 23ème chambre correctionnelle :

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/08/jugement-du-12-mai-2011-23eme-chambre.html

 

Pièces jointes :

– certificat médical Dr Isabelle Retbi du 18 mars 2011

– facture dent provisoire Dr Pierre Dana 11 juillet 2011

– « grosse » du jugement 23ème chambre correctionnelle 12 mai 2011

– 7 photos de mes plaies, prises le 19 mars 2011

 

 

1er AOÛT 2011 au 6 OCTOBRE 2011

agression par Mohamed Ali MAHMOUDI, absence de soins

 

Je suis frappé violemment à la joue droite le 1er août 2011 par Mohamed Ali MAHMOUDI parce que j’allais le prendre en photo. J’avais déjà porté plainte contre lui pour une première agression et menaces, mais les policiers ne voulaient pas l’identifier, d’où la nécessité de  prendre sa photo.

 

Moins de dix minutes après l’agression, le voyou réapparaît accompagné de deux agents de la BAC en civil. Ceux-ci prétendront plus tard que c’est moi qui ai giflé le voyou ce qui a provoqué sa violente réaction.

Ces fadaises ont été entérinées en justice et m’ont valu une amende de 360 euros pour avoir soi-disant giflé ce petit monsieur, connu comme indicateur de la police.

Le service des UMJ (Dr Ophélie FERRANT) m’octroie 10 jours d’ITT et me réfère pour passer un scanner.

Après le résultat du scanneur, il m’a été difficile de convaincre le Dr Ophélie FERRANT  d’augmenter le nombre de jours d’ITT à 15. Il paraît que cela a été fait, mais je n’ai jamais pu obtenir de copie de cette modification.

 

Je passe le scanneur (3 août 2011) qui signale une « fracture maxillaires droite complexe engageant le plancher de l’orbite ; fracture rebord maxillaire antérieur et postérieur droit ; hémosinus avec épaississement muqueux ; fragment osseux orbitaire externe« .

Il ne peut donc s’agir d’un seul coup de poing comme indiqué dans le rapport des agents de la BAC.

 

Le Dr Azoulay, remplaçant de mon médecin traitant Isabelle Retbi, me reçoit et m’explique que « … c’est grave, on va vous poser une plaque pour consolider les fractures avec une sonde pour vous nourrir puisque vous pouvez à peine ouvrir la bouche, je vous réfère à un stomatologue, oto-rhino-laryngologiste et ophtalmologue« .

 

Je vais aux urgences de l’hôpital militaire de Bégin le 5 août 2011.

Le Dr Yves MECHINEAU me prescrit un antibiotique (Augmentin), le stomatologue Jean-Baptiste SEIGNEURIC  pense qu’il n’est pas utile de poser une plaque pour renforcer et positionner la fracture et cicatrisation. Ce Dr SEIGNEURIC me réfère à l’ophtalmologue Dr Inna MAY pour un examen LANCASTER prévu pour le 8 août 2011.

Cette ophtalmologue reporte sans donner de raisons autres que « personnelles » ce rendez-vous au 26 septembre 2011.

Donc aujourd’hui mes dents sont décalées, il m’est impossible d’utiliser mes incisives pour déchirer un emballage alimentaire, par exemple, ou rogner un ongle cassé, il me faut des ciseaux.

 

Je passe l’examen LANCASTER le 26 septembre 2011 mais il ne m’a pas été possible d’avoir le résultat malgré un rendez-vous pris dans le cabinet à Paris du Dr Inna MAY.

 

Je demande une contre-expertise de l’état actuel de ma mâchoire pour savoir s’il est encore possible de repositionner la dentition.

Je veux savoir pourquoi le colonel Dr Inna MAY a reporté sa consultation et l’examen LANCASTER à plus d’un mois après l’agression.

 

Un deuxième examen scanneur passé le 6 octobre 2011 montre que les fractures ne sont pas encore consolidées.

N’ayant toujours pas récupéré la sensibilité de la partie droite du visage, mon neurologue du Val de Grâce (Dr Hervé TAILLIA) établit un certificat de perte définitive de la sensibilité faciale droite.

 

Je porte plainte contre les Dr Ophélie FERRANT des UMJ, les Dr Jean-Baptiste SEIGNEURIC et Dr Inna MAY pour négligence intentionnelle de soins, rapport UMJ non transmis, ces négligences n’ayant pas permis une réparation correcte de l’état définitif de mon maxillaire droit, le retrait du fragment osseux du plancher de l’orbite et n’étant pas expliquées autrement que par une volonté de masquer ou minimiser une agression commise par un auxiliaire de la police.

Je porte plainte contre Mohamed Ali MAHMOUDI et ses commanditaires (deux agents de la BAC et ex-préfet Michel GAUDIN) pour violences physiques ayant entraîné des séquelles à vie (Article 222-9 code pénal).

 

L’appartenance à l’association de malfaiteurs est justifiée par le fait que les médecins de l’hôpital Bégin ont minimisé la gravité des séquelles de l’agression par Mohamed Ali MAHMOUDI, à l’instar des deux gents de la BAC qui ont essayé d’expliquer cette agression par une gifle imaginaire que j’aurais donné à ce Mohamed Ali MAHMOUDI.

 

Le jugement de la 12ème chambre correctionnelle est établi sur la base de 10 jours d’ITT, il semblerait que la modification n’ait pas été faite aux UMJ ou non transmise ou pas prise en compte par le tribunal. Tout comme les policiers lors du dépôt de plainte ont essayé de d’utiliser cette agression comme un motif d’internement abusif, obsession devenue nationale.

 

 

Pièces jointes :

– 4 photos prises les 1er août et 24 août 2011 du visage droit (donc pas de guérison totale au 24 août 2011)

– rapport UMJ Dr Ophélie FERRANT du 1er août 2011 (3 pages)

– ordonnance UMJ Dr JOUFFREY 1er août 2011 gouttes oculaires

– ordonnance Dr JOUFFREY 1er août 2011 pour faire réaliser TDM (scanneur) facial

– scanner sinus-maxillaire 3 août 2011

– ordonnance Dr Azoulay 3 août 2011

– ordonnance Dr MECHINEAU hôpital Bégin 5 août 2011

– ordonnance Dr MECHINEAU sur ordre du stomatologue Jean-Baptiste SEIGNEURIC pour examen LANCASTER chez Dr Inna MAY

– report LANCASTER du 8 août 2011 au 26 septembre 2011

– ordonnance Dr Guy LASRY demande examen LANCASTER et réfère stomatologue 2 septembre 2011

– ordonnance Dr Inna MAY examen LANCASTER réfère bilan ORL

– examen scanneur 6 octobre 2011 pas de consolidation fractures

– certificat Dr Hervé TAILLIA perte sensibilité à vie partie droite du visage

 

6 SEPTEMBRE 2011

rendez-vous imposé par le Dr THOMIN (prénom inconnu)

 

Je reçois une lettre du Dr THOMIN, psychiatre auprès du Centre Médico-Psychologique St-Eloi Paris XIIème qui dit : « suite à votre demande de prise en charge nous vous proposons un rendez-vous le 6 septembre 2011« .

 

Je n’ai jamais demandé de prise en charge dans ce centre, je n’en vois pas la raison et je ne connais pas ce Dr THOMIN.

 

Je porte plainte contre le Dr THOMIN,  les policiers Pascal METCHE et Laurence LABROUSSE pour association de malfaiteurs, faux en écriture publique.

 

4 OCTOBRE 2011 au 13 FÉVRIER 2013

Perte puis rétablissement ALD 100% Sécurité Sociale par Dr Pascal NÉBOT

 

Le 4 octobre 2011 mon médecin traitant Dr Pascal NÉBOT demande le renouvellement de mon ALD pour bronchite chronique, emphysème et hépatites B et C actives.

Cette demande est rejetée par le médecin conseil de la Sécurité Sociale Dr LOBRY au motif : « absence de réponse à la fiche de concertation du 19 octobre 2011« .

 

Le 8 novembre 2011 le Dr Pascal NÉBOT rédige la fiche de concertation demandée par le Dr FEYS et me demande de l’envoyer rapidement. De retour chez moi, je déchiffre avec difficultés ce document qui contient des énormités:

« 2) renouvellement de l’ALD pour trouble grave de la personnalité… trouble grave de la personnalité [répété]… avec psychose chronique rendant le suivi impossible refusé par le patient suivi à l’hôpital de St-Antoine + La Pitié… 3) BPCO mais EFR impossible à récupérer –à tabac –à cannabis…« .

Ceci en réponse (très tardive) aux questions suivantes du Dr FEYS de la Sécurité Sociale :

– quelles sont les séquelles de l’AVC ainsi que les EFR (Examen Fonctionnel Respiratoire) et ou gaz du sang.

 

J’avais réduit ma consommation de cigarettes tombée de 20 à 6-10 par jour en commençant dès 2010 à utiliser les premières cigarettes électroniques, mes derniers « joints » occasionnels  remontaient à 2007-2008, mais ce médecin traitant, qui le savait, continue d’écrire que rien n’a cessé et invente un « trouble grave de la personnalité« .

Dans son incohérence, il écrit qu’un suivi est impossible et que je le refuse, mais que je suis suivi à l’hôpital St-Antoine.

 

Une lettre du Service Médical de l’Assurance Maladie Ile de France (ELSM Pôle CPR2A – CS 70001 – 75948 Paris cedex 19), datée du 9 novembre 2011,  m’informe qu’une fiche de concertation a été envoyée à mon médecin traitant le 19 octobre 2011 et que sans réponse de sa part sa demande de renouvellement d’ALD ne pourra aboutir.

 

Devant mon refus d’envoyer cette fiche de concertation avec ces énormités, le Dr Pascal NÉBOT rédige une nouvelle demande d’ALD le 10 novembre 2011, ce qui prouve qu’il modifie allègrement ses affirmations qui n’ont donc rien à voir avec la science médicale.

 

Le 6 décembre 2011 je reçois une lettre de refus « médical » d’ALD de l’Assurance Maladie (SGDB Plaisance / BAC – CS 70001 – 75948 Paris cedex 19), signée de Valérie LAURENCE.

 

Le 20 décembre 2011, mon pneumologue Dr Bertrand Dautzenberg rédige une lettre pour le Dr Pascal NÉBOT dans lequel il précise « si la prise en charge était supprimée, cela altérerait gravement son été respiratoire et je n’ose imaginer qu’un administratif de l’Assurance Maladie prenne une telle décision, menaçant ainsi la vie du patient« .

 

Le 12 janvier 2012, le Dr Pascal NÉBOT renouvelle encore une fois sa demande d’ALD, cette fois-ci sans aucun commentaire négatif ou erroné. J’envoie ce document accompagné de la lettre du Pr Bertrand Dautzenberg avec une lettre à Valérie LAURENCE de l’Assurance Maladie pour lui signaler que les anomalies et tergiversations concernant le renouvellement de mon ALD sont à considérer comme des malversations relevant de l’association de malfaiteurs qui me persécute depuis 2006 à but d’internement psychiatrique.

 

Le 13 février 2012 l’Assurance Maladie, par lettre signée d’Agnès HAMON, m’octroie le renouvellement de l’ALD.

La suppression du tiers payant aura duré plus de deux mois.

 

Je porte plainte contre les administratifs et médecins conseils de l’Assurance Maladie Dr FEYS, Dr LOBRY, Valérie LAURENCE, contre mon ancien médecin traitant Dr Pascal NÉBOT pour association de malfaiteurs visant à m’interner abusivement, me ruiner financièrement et mise en danger de ma vie.

 

Pièces jointes :

– protocole de soins pour renouvellement ALD rédigée par le Dr Pascal NÉBOT le 4 octobre 2011

– protocole de soins pour renouvellement ALD rédigée par le Dr Pascal NÉBOT le 8 novembre 2011

– lettre de l’Assurance Maladie du 9 novembre 2011 indiquant qu’une demande de renseignements a été envoyée au Dr Pascal NÉBOT le 19 octobre 2011

– protocole de soins pour renouvellement ALD rédigée par le Dr Pascal NÉBOT le 10 novembre 2011

– lettre de l’Assurance Maladie du 6 décembre 2011 indiquant le refus médical de prise en charge pour l’ALD, signée Valérie LAURENCE

– lettre du Pr Bertrand Dautzenberg au Dr Pascal NÉBOT avec bilan médical général et qui manifeste son étonnement et le danger d’un refus d’ALD pour les soins à venir et le risque de porter atteinte à ma vie

– protocole de soins pour renouvellement ALD rédigée par le Dr Pascal NÉBOT le 12 janvier   2012

– LRAR (12 janvier 2012) de Patrice Hénin à Mme Valérie LAURENCE de l’Assurance Maladie pour accusation d’association de malfaiteurs si le renouvellement de l’ALD n’est pas effectué

– lettre du 13 février 2012 de l’Assurance Maladie, signée Agnès HAMON, indiquant le renouvellement de mon ALD

 

2010 à aujourd’hui

Refus de soigner l’hépatite C avec Interféron pour raisons pseudo-psychiatriques.

Conséquence : apparition d’un cancer.

 

VAL DE GRACE

2010 à 2013

 

J’ai fait un AVC le 2 juin 2010, qui a été soigné au Val de Grâce par l’équipe du Pr Hervé TAILLIA et qui n’a pas laissé de séquelles. À la fin de mon hospitalisation, cette équipe m’a demandé si je voulais faire surveiller et éventuellement soigner mes hépatites B et C.

J’ai accepté.

Le Dr H. BLONDON me reçoit donc le 22 juin 2010 et ordonne une échographie abdominale plus un fibrotest, génotype du virus C et un actitest.

 

Le 17 octobre 2011, le Dr H. BLONDON pense qu’il faut d’abord traiter l’hépatite B et ordonne de nouvelles prises de sang (ALAT, ASAT + détection charge virale hépatite B) pour confirmer ses hypothèses. Il m’annonce qu’il quitte le Val de Grâce et que dois m’adresser à son successeur qui sera le Dr G. BUZAGLO-BRAUN.

 

Le 10 novembre 2011, le Dr G. BUZAGLO-BRAUN ordonne une échographie abdominale et une gastroscopie pour recherche d’HTP qui se révélera négative.

Le 10 janvier 2012, le Dr G. BUZAGLO-BRAUN ordonne de réaliser dans 3 mois un bilan hépatite ASAT, ALAT, créatinine, charges virales B et C.

 

Je découvre par mes recherches Internet un article du journal Le Point qui révèle que la guérison à 100% de l’hépatite C par de nouveaux médicaments est désormais possible.

 

Le 24 juillet 2012, le Dr G. BUZAGLO-BRAUN ordonne des bilans sanguins à effectuer tous les 3 mois et une échographie de l’abdomen. Elle prend rendez-vous pour moi chez le Dr Marion COROUGE de l’Hôpital Cochin pour le 27 août 2012, parce que ce Dr Marion COROUGE « connaît mieux les nouveaux médicaments de l’hépatite C« .

 

Le 27 août 2012, le Dr Marion COROUGE me prescrit du Viréad pour l’hépatite B. Aujourd’hui (8 juin 2014) cette hépatite est neutralisée à défaut d’être éliminée.

Ce Dr Marion COROUGE ne me parle absolument pas de nouveaux médicaments pour l’hépatite C, mais propose de l’Interféron « avec suivi psychiatrique PRÉALABLE« .

Elle refuse de laisser sa secrétaire prendre un rendez-vous avec un psychiatre de mon choix et prend rendez-vous elle-même pour une consultation avec le Dr Agop Kahvedjian de l’hôpital Cochin pour le 21 décembre 2012.

 

La consultation du Dr Agop KAHVEDJIAN le 21 décembre 2012 n’est pas une simple consultation en vue de prise d’Interféron, ce psychiatre commence à préparer un dossier à partir de questions qui ne me semblent pas en rapport avec un état potentiellement dépressif, comme « …où étiez-vous à l’âge de 3 ans…  elle a toute sa tête, votre mère ?.. ».

Il me donne rendez-vous pour le 23 janvier 2013, je décide de prévoir une caméra cachée pour mieux prouver son intention de me mettre en suivi psychiatrique avant même de savoir si l’Interféron, toujours pas prescrit, provoquera des effets dépressifs.

 

Le 23 janvier 2013, j’arrive à lui faire comprendre que l’hépatologue veut l’autorisation d’un psychiatre pour l’Interféron, et que j’accepterai un suivi psychiatrique uniquement si l’Interféron provoque un état dépressif. Agop KAHVEDJIAN me donne son accord mais déclare qu’il ne peut assurer mon suivi, comme si ce suivi était nécessaire.

Cette consultation a été filmée en caméra cachée.

 

Le 7 mars 2013, je revois le Dr BUZAGLO-BRAUN et lui confirme ma décision de suivre un suivi psychiatrique uniquement si des symptômes dépressifs apparaissent.

BUZAGLO-BRAUN  me dit qu’elle s’est renseignée auprès du service psychiatrie du Val de Grâce et que je suis déjà suivi par un certain Dr THOMIN du Centre Médico Psychiatrique du XIIème arrondissement !

Je lui réponds que non, une telle affirmation est fausse et plutôt étonnante.

Cette consultation a aussi été filmée en caméra cachée (http://patricehenin.blogspot.fr/2013/05/les-fous-du-foie-en-echec-par-camera.html).

 

Je n’ai jamais eu de contacts avec le service psychiatrique du Val de Grâce, hormis une demande de consultation qui m’a été refusée parce que ce service serait réservé aux militaires d’active.

Également mes tentatives d’alerter ce service (des années auparavant) sur la nécessité d’examiner le président de la République Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, chef des Armées  en exercice malgré ses multiples troubles du comportement et ses incohérences proférées lors de déclarations médiatisées (http://patricehenin.blogspot.fr/2009/08/commentaire-de-larticle-le-terminus-des.html).

Parallèlement, au Palais de Justice, se prépare mon procès en appel pour rébellion à agent, avec ses diverses tentatives pour me conduire devant différents psychiatres. Je ne peux m’empêcher d’établir un rapport entre ces deux tentatives toutes deux incongrues et maintenant dangereuses pour ma santé.

 

Une hépatite non soignée peut générer une cirrhose qui peut causer un cancer du foie.

En voici une démente démonstration, veuillez appliquer le mot « dément » à d’autres qu’à moi, SVP.

 

J’avais oublié d’apporter un résultat de tests sanguins au Dr BUZAGLO-BRAUN, je le lui ai expédié par courrier le 9 mars 2013.

Ne recevant aucune réponse, j’envoie une LRAR le 3 mai 2013 pour réclamer un rendez-vous et savoir quelle sont les décisions prises par le Dr BUZAGLO-BRAUN pour la continuation de mes traitements.

Je ne reçois pas de réponse ni d’accusé de réception et fait une réclamation à La Poste le 24 mai 2013.

 

BUZAGLO-BRAUN se décide alors à me répondre le 31 mai 2013. Elle maintient qu’elle « ne peut instaurer un traitement par Interféron sans suivi psychiatrique, même si le Dr Agop KAHVEDJIAN est d’accord pour que l’on débute ce traitement« .

Elle me répond enfin sur la continuation du traitement de l’hépatite B : « poursuivre le traitement par Viréad même si la charge virale est négative (elle l’était déjà avant le début du traitement)« .

Elle en rajoute une couche sur les incongruités concernant le faux suivi par le centre médico-psychiatrique : « je me suis renseignée personnellement auprès du Centre Médico-Psychologique du XIIème arrondissement et, vous n’avez effectivement aucun suivi psychiatrique dans cet établissement, il s’agissait d’une erreur de leur part. Ils ont en fait un dossier commun avec l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et avaient donc votre nom enregistré, mais pour votre suivi en pneumologie« .

 

Après avoir donc ainsi étendu les compétences de ce Centre Médico-Psychologique aux bienfaits de la science pneumologique, ceci étant valable uniquement pour ma personne très particulièrement suivie de toutes parts, elle m’apprend qu’elle se retire de ce jeu trouble en m’annonçant son absence pendant plusieurs mois et m’invite à contacter l’un de ses successeurs.

 

Cette attitude m’a incité à rédiger l’article « Échec aux fous du foie (par caméra cachée) » (http://patricehenin.blogspot.fr/2013/05/les-fous-du-foie-en-echec-par-camera.html).

 

 

PITIÉ-SALPÊTRIÈRE

2013 à 2014 :

EXTRAIT SUPPRIME

 

 

+++++O+++++

Je suis persuadé que l’absence délibérée de soins de mon hépatite C par mon refus d’être suivi préventivement en psychiatrie n’est pas médicalement justifiée.

Je porte plainte contre les Dr G. BUZAGLO-BRAUN, Dr Pascal NÉBOT, Dr Lionel COHEN, Dr Agop KAHVEDJIAN, Dr Hélène SCAPA, Dr Joseph MOUSSALI pour association de malfaiteurs, mise en danger de la vie d’autrui (article 121-3 code pénal : « Il n’y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre.
Toutefois, lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la personne d’autrui.

Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.

Dans le cas prévu par l’alinéa qui précède, les personnes physiques qui n’ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n’ont pas pris les mesures permettant de l’éviter, sont responsables pénalement s’il est établi qu’elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d’une particulière gravité qu’elles ne pouvaient ignorer« .

L’article 450-2 du code pénal prévoit en ce qui concerne l’association de malfaiteurs « Toute personne ayant participé au groupement ou à l’entente définis par l’article 450-1 est exempte de peine si elle a, avant toute poursuite, révélé le groupement ou l’entente aux autorités compétentes et permis l’identification des autres participants.

Je demande donc au procureur de la République d’informer les participants de cette association afin de les inciter à aider la justice à démanteler cette association et en connaître les commanditaires et leurs raisons.

 

Pièces jointes :

– 30 juin 2010 compte-rendu d’hospitalisation neurologie Val de Grâce

– 10 juin 2010 ordonnance pour échographie abdominale et prise de rendez-vous avec le Dr BLONDON pour le 22 juin 2010

– 22 juin 2010  ordonnance pour fibrotest

– 17 octobre 2011 lettre du Dr BLONDON aggravation hépatite B

– 19 octobre 2011 ordonnance Dr BLONDON pour prise de sang ASAT, ALAT et charge virale hépatite B

– 10 janvier 2012 ordonnance Dr G. BUZAGLO-BRAUN pour prise de sang ASAT, ALAT et charges virales hépatites B et C

– 24 juillet 2012 ordonnance Dr G. BUZAGLO-BRAUN pour prise de sang ASAT, ALAT

– 24 juillet 2012 ordonnance Dr G. BUZAGLO-BRAUN pour échographie andominale

– 27 août 2012 ordonnance Dr Marion COROUGE hôpital Cochin pourViréad (traitement hépatite B)

– 27 août 2012 feuille de rendez-vous avec le Dr Marion COROUGE pour le 15 octobre 2012

11 décembre 2012 bilan sanguin ASAT 106u/l, ALAT 134 u/l, alpha foeto-protéine 10,43 ng/mL, charge virale hépatite C 1 719 979ui/mL, absence signal charge virale hépatite B

– 23 janvier 2013 accord psychiatre Agop KAHVEDJIAN pour traitement par Interféron

– 7 mars 2013 ordonnance Dr G. BUZAGLO-BRAUN pour Viréad

– 8 mars bilan sanguin ASAT 118 U/L, ALAT 106 U/L, charge virale hépatite C 1 860 863 UI/mL, absence signal charge virale hépatite B

– 28 avril 2013 LRAR à Dr G. BUZAGLO-BRAUN pour réclamer traitement hépatite C

– 24 mai 2013 réponse réclamation postale pour non réception AR

– 31 mai 2013 réponse Dr G. BUZAGLO-BRAUN refus traitement hépatite C par Interféron si pas de suivi psychiatrique préalable

– 12 avril 2013 lettre Dr Bertrand DAUTZENBERG de référencement un nouvel hépatologue le Dr Joseph MOUSSALI à la Pitié-Salpêtrière

– mars-avril 2006 extrait étude Pr Laurent CASTERA de 33604 Pessac (pas de contre-indication psychiatrique si sévère maladie hépatique

– 4 juin 2013 bilan sanguin charge virale hépatite C 216 432 UI/mL, absence signal charge virale hépatite B

– 18 juin 2013 référencement du Dr Joseph MOUSSALI pour rendez-vous « de routine » le 27 juin 2013 avec la psychiatre Hélène SCAPA

– 18 juin 2013 prise de rendez-vous pour le 26 juillet 2013 avec le Dr Joseph MOUSSALI

– 28 juin 2013 LRAR de l’adjointe au directeur de l’hôpital Cochin Hélène GILARDI qui me demande de rendre anonyme mon article « Echec aux fous du foie » (http://patricehenin.blogspot.fr/2013/05/les-fous-du-foie-en-echec-par-camera.html) dans mon blogue  » http://patricehenin.blogspot.fr/ « .

– 9 juillet 2013 extrait fibrotest-fibroscan alpha foetoprotéine 17,7 µg/L

– 9 juillet 2013 extrait fibrotest-fibroscan « détection d’une forte réplication virale du VHC »

– 9 juillet 2013 extrait fibrotest-fibroscan « alcool : 4 à 7 fois par semaine » (FAUX : jamais une goutte d’alcool parce qu’alcoolique abstinent) et « café-thé inconnu » (FAUX : plusieurs cafés et thés par jour)

– 29 janvier 2014 compte-rendu radiologique angioscanner par le Dr Aurélie MARTIN-MAZZELLA « nodule de 35mm fortement évocateur de CHC, 2 nodules de 9,5mm également évocateurs de CHC »

– 7 mars 2014 lettre de référencement du Dr Joseph MOUSSALI  au Pr Jean-Christophe VAILLANT

– lettre de compte-rendu du Pr Jean-Christophe VAILLANT au Dr Joseph MOUSSALI : résection 2/3 foie droit envisagée

– 17 mai 2014 courriel reçu du Pr Jean-Christophe VAILLANT m’indiquant la décision prise en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

2014_06_30_LRARplainteMedicale

 

CONCLUSIONS

 

Je commence à être un expert en tentatives d’internement psychiatrique abusif, en tant que victime, s’entend.

Je ne peux donc manquer de lier ma première plainte contre les policiers avec celle-ci et la suivante, qui ne font qu’une.

 

Je demande à la ministre des affaires sociales Marisol Touraine et à l’Ordre des médecins de prendre les sanctions après enquête et de prendre les mesures  afin que de tels actes ne soient plus possible à l’encontre d’un autre citoyen jugé « gênant » pour les corrupteurs.

 

Conformément à l’article 88 du code de procédure pénale, je vous serais reconnaissant de me faire savoir le montant de la somme que je devrai consigner au greffe de votre juridiction.

Compte tenu de mes ressource faibles (970€/mois) eu égard à l’importance de l’affaire, aux multiples frais que j’ai dû payer depuis 8 ans à cause de ces multiples persécutions, condamnations montées de toutes pièces, je vous demande d’être dispensé de consigner une somme d’argent au greffe.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame ou Monsieur le juge d’instruction, mes salutations distinguées.

 

 

 

Patrice Hénin, 29 rue des Meuniers 75012 Paris

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

2014-04-14 Plainte contre policiers au juge d’instruction

 

Monsieur le procureur de la République auprès du
Tribunal de Grande Instance de Paris
4, boulevard du Palais

75055 PARIS CEDEX 01

Paris, le 15 avril 2014

 

OBJET : désignation d’un juge d’instruction en vue d’instruire ma plainte en urgence

 

Madame [ou] Monsieur le juge d’instruction,

 

J’ai l’honneur par la présente de porter plainte avec constitution de partie civile et d’attirer votre attention sur les faits suivants présentés par ordre chronologique :
23 avril 2006 :

 

Ma plainte 2006/006272 pour coups et blessures déposée le 23 avril 2006 au commissariat (Hôtel de Police) du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris vers 22H00 n’a toujours pas été traitée.
Elle n’a donc pas fait l’objet d’un classement sans suite.

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/11/0056-rapport-de-police-feuillet-0-sur.html

 

Cette plainte a été recueillie par le gardien de la paix Rachid AMAR qui a refusé de m’en donner copie et d’y apporter toutes les corrections que je voulais, puis cette plainte a été utilisée comme si elle était une déposition d’un coupable interrogé, jointe à la plainte de mon agresseur, devenu victime par la grâce de ces policiers, à mon insu.

 

Mon agresseur, monsieur Jérôme Hénin, était venu déposer plainte ce même soir une heure avant moi et avait demandé aux policiers de rédiger des faux en écriture publique afin de me faire passer pour une personne dangereuse pour autrui, en inversant les rôles d’agresseur-victime.

 

Jérôme HENIN, sûr de son impunité et de la coopération de la police du XIIème arrondissement de Paris, m’avait d’ailleurs envoyé un courriel en juin 2004 dans lequel il m’écrivait « je te ferai interner le moment venu« .

Quatre personnes ont certifié avoir lu ce courriel et se rappeler en particulier de cette phrase étonnante.

 

Ces faux en écriture font donc partie d’un coup monté à la demande de Jérôme HÉNIN,  multimillionnaire franco-américain vivant en Floride, avec préméditation, pour une raison que je n’ai pas comprise à cette époque.

J’ai pu le comprendre en lisant toutes les dépositions deux ans plus tard, après les déroulements des audiences à la 16ème chambre correctionnelle, à la 10ème chambre d’appel du TGI de Paris (2 juin 2008).

 

À noter que j’ai été jugé sans avocats dans toutes ces audiences.

Je porte donc plainte pour association de malfaiteurs (article 450-1 : constitue une association de malfaiteurs tout groupement formé ou entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d’un ou plusieurs crimes ou d’un ou plusieurs délits punis d’au moins cinq ans d’emprisonnement.

Lorsque les infractions préparées sont des crimes ou des délits punis de dix ans d’emprisonnement, la participation à une association de malfaiteurs est punie de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

Lorsque les infractions préparées sont des délits punis d’au moins cinq ans d’emprisonnement, la participation à une association de malfaiteurs est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Article 450-2 : toute personne ayant participé au groupement ou à l’entente définis par l’article 450-1 est exempte de peine si elle a, avant toute poursuite, révélé le groupement ou l’entente aux autorités compétentes et permis l’identification des autres participants.) et faux en écriture publique (Article 441-4 code pénal : le faux commis dans une écriture publique ou authentique ou dans un enregistrement ordonné par l’autorité publique est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

L’usage du faux mentionné à l’alinéa qui précède est puni des mêmes peines.

Les peines sont portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225 000 euros d’amende lorsque le faux ou l’usage de faux est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public agissant dans l’exercice de ses fonctions ou de sa mission) suivis d’effet en justice, avec préméditation,pour violation du Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale(Article R. 434-11 – Impartialité), discrimination (article 225-1 du code pénal),

contre :

 

Jean-Robert BERNARD, commandant de police,
Emmanuel PERRET, lieutenant de police,
Frédéric DUGAT, brigadier-chef de police,
Rachid HAMAR, gardien de la paix,
Arnaud MOUNIER, lieutenant de police,
Virginie CROUZY, gardien de la paix,

 

en fonction au commissariat du 80 avenue Daumesnil à Paris 75012.

 

Contre Stéphane MEZENCEV (57 bd Poniatowski 75012 Paris), fonctionnaire (de police d’après l’avocate Catherine de Froidcourt), pour association de malfaiteurs et faux témoignage produit à la demande de l’agresseur Jérôme HENIN, un mois après les faits, suivi d’effets en justice.
Jérôme HENIN, vivant en Floride, ne connaît que sa mère dans la résidence.

S’il avait noté le nom et l’adresse, numéro de téléphone, de ce « témoin » lors de son agression, pourquoi aurait-il attendu un mois au lieu de le signaler lors du dépôt de sa plainte ?

 

Aucune des dépositions et témoignage ne concordent sur le récit d’une même scène, chacun y va de son couplet.
Ces faux cherchent à dénaturer un fait indéniable : la victime est bien celle qui a fait constater ses coups et blessures aux UMJ. Ceci pour accomplir la volonté de Jérôme HENIN.

 

Le fait que j’ai d’abord été frappé sans raisons et que j’ai perdu mes lunettes lors du premier coup porté à la tête a été occulté.
Ma mère, Madame Renée HENIN, a essayé (on lui a sûrement demandé) de me rendre mes lunettes dans ce commissariat, j’ai refusé en disant que c’était au policier qui allait recueillir ma plainte de me les rendre.

Elle était dans un état de choc, en plein deuil, le premier anniversaire qu’elle passait sans son mari. La date du 23 avril n’a pas été choisie par hasard par son fils Jérôme HENIN, venu spécialement de Floride pour cette altercation préparée psychologiquement : des menaces de me frapper si je fréquentais ma mère, interdire à sa mère de me fréquenter, de m’indiquer les dates de ses nombreux voyages en France.

 

Lorsque le gardien de la paix Rachid HAMAR m’a demandé de relire (tout en refusant de corriger), j’ai insisté pour qu’il me rende mes lunettes, ce qu’il a fait en maugréant.

En revanche, j’ai réclamé à ma mère ce qu’il restait de mon parapluie noir, elle m’a dit qu’il était tellement cassé qu’elle l’avait jeté.

 

L’agresseur est celui qui est parfaitement indemne hormis une « douleur » parfaitement inventée et non constatable.

 

Pièces jointes :

– rapport de police du 23 avril 2006

– jugement de la 16ème chambre correctionnelle qui a entériné ces faux

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/09/0019-tribunal-grandement-inspir-par.html

 

 

—–O—–

30 janvier 2007
Classement sans suite d’une plainte que je n’ai jamais déposée

 

J’ai reçu un avis de classement sans suite du service S2 FRAUDES ET MOYENS DE PAIEMENT pour une plainte N° 0628470119, qui aurait été déposée en mon nom le 22 août 2006.

 

Je n’ai jamais déposée cette plainte dont  j’ignore la teneur.
J’en réclame une copie.

 

Je porte plainte contre X pour faux en écriture publique avec usurpation de mon identité (Article 226-4-1 : Le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende), peut-être avec imitation de ma signature (qui est très simple).

 

En pièce jointe, copie de ce classement sans suite.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/07/0012-de-qui-tu-causes.html

 

—–O—–

20 avril 2009

 

Le 24 mars 2009 je reçois un appel téléphonique sur mon téléphone fixe 01 43 42 19 76. C’est une voix masculine ironique qui me dit « c’est Patrice ? Tu ne reconnais pas ma voix ? Patrice, t’es mort !« .

Le numéro 01 42 62 83 58 de l’appelant s’affiche sur mon téléphone avec le nom tronqué « Veronique LEB… ».

Je ne suis pas sûr d’avoir reconnu la voix de Jérôme HÉNIN, mais l’intonation ironique lui ressemble bien.

 

J’ai déposé plainte le 20 avril 2009 à 18H10 au commissariat du quartier Picpus du 12ème arrondissement. On me remet une copie presque illisible à cause de la faible densité de l’encre.

 

Plainte N° 6292 recueillie par le gardien de la paix Ingrid KAFELIK.

 

Je reçois le 8 juillet 2009 un avis de classement sans suite, N° d’affaire 0918301907.

 

Le gardien de la paix Ingrid KAFELIK n’a pas procédé à l’identification de l’auteur du coup de fil et n’a pas identifié le nom tronqué à partir du numéro affiché.

 

Je porte plainte contre le gardien de la paix Ingrid KAFELIK et le chef de police Christophe BRECK pour complicité de menace de mort (Article 222-17 : la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende lorsqu’elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet) et d’association de malfaiteur en liaison avec les affaires précédentes et suivantes.

 

Pièce jointe :

copie de la plainte numéro illisible (trop faible densité d’encre sur l’original) du gardien de la paix Ingrid KAFELIK dans l’article correspondant de mon blogue :
http://patricehenin.blogspot.fr/2007/07/0012-de-qui-tu-causes.html

 

 

—–O—–

4 MAI 2010 au 21 MARS 2011

2ème série d’agressions au restaurant Émeraude, expulsions arbitraires, réintégration, ré-expulsion sur « demande » d’une serveuse Micheline X

 

En juillet 2009 : les premières agressions, provocations, crachats, ont été commises par Idriss KAMAL, un client qui tenait absolument à manger à ma table, qui prétendait travailler « dans un laboratoire de la police ».

Le désordre qu’il a créé m’a été imputé et a servi de prétexte pour provoquer mon expulsion, voulue par la maire Michèle BLUMENTHAL.

L’adjoint de la directrice du CSVP, Mr Michael PARIS, m’envoie une lettre dans laquelle il inverse les rôles de fauteur de troubles dans une lettre.

 

Je demande un rendez-vous à la mairie et le conseiller municipal Guy TABACCHI me reçoit le 29 octobre 2009. Ce rendez-vous est resté sans suite.

 

Un autre indicateur Jean-Marie X (avec carte d’indicateur), bras tatoués, m’envoie des crachats, me provoque à aller me battre « dehors« , sans raisons, avec les encouragements, vociférations de la serveuse en chef Micheline X, au restaurant de la Brèche aux Loups 75012 Paris.

Je ne cède pas aux provocations. Ceci en novembre 2010.

 

Le 4 mai 2010, la responsable du CSVP (Centre Social de la Ville de Paris) Christine Fouet m’expulse du restaurant en prétendant que j’aurais distribué un tract, non décrit puisqu’il n’existe pas. C’est faux et complètement arbitraire, un abus d’autorité manifeste.

 

Le 17 mai 2010 un de mes voisins, Jérôme Dufaur, ancien militant communiste de ces élus, écrit à la mairie et demande pourquoi je suis expulsé.

 

Le 16 juillet 2010 la maire Michèle Blumenthal lui répond qu’après s’être renseignée, il apparaît que je ne suis pas expulsé, et que je suis « le bienvenu dans tous les restaurants Émeraude (!!) ».

 

Le 26 juillet 2010, la responsable de la section du centre d’action sociale de la ville de Paris, Christine Fouet, me réintègre.

 

Le 26 juillet 2010, muni d’une copie de la lettre de la maire, je me rends au restaurant Émeraude mais je suis expulsé par deux policiers municipaux appelés et accompagnés par le responsable économique du service social, Thierry LEFEBVRE. Les 2 policiers se moquent de la lettre de la maire en disant qu’elle n’a aucune valeur et m’expulsent manu militari sur ordre de Thierry LEFEBVRE.

 

Le 28 juillet 2010, mon voisin Mr Jérôme Dufaur, révolté, écrit de nouveau à la maire pour lui signaler cet incident. Pas de réponse.

 

Le 24 août 2010, je fais appel par lettres à la médiatrice de la ville de Paris Claire BRISSET, au maire de Paris Bertrand DELANOË, puis au médiateur de la République Georges Vergès. Celui-ci me reçoit, reconnaît « que j’ai fait fort » en imprimant recto-verso la lettre d’expulsion de Christine FOUET avec la lettre de dénégation de madame le maire Michèle BLUMENTHAL.

 

Le 21 mars 2011, Christine Fouet m’expulse à nouveau à la demande non justifiée de la serveuse en chef Micheline X.

 

Je porte plainte pour violences (crachats, menaces de coups), discrimination, association de malfaiteurs, abus d’autorité,  contre :

– les 2 policiers municipaux du 26 juillet 2010 à 13H00

– madame Michèle bLUMENTHAL, ancienen maire PS du XIIème arrondissement de Paris
– Idriss KAMAL
, client, « auxiliaire de police »

– Jean-Marie X, client, porteur d’une carte « d’auxiliaire de police »

– Thierry Lefebvre, responsable économique du service social ville de Paris XIIème
Christine FOUET, directrice du CSVP du XIIème
Michael PARIS, adjoint CSVP du XIIème

– Micheline X, serveuse en chef du restaurant de la Brèche aux Loups 75012 Paris
–  Marie-Christine Mani responsable du restaurant Émeraude de la rue de la Brèche aux Loups aujourd’hui à la retraite (nom écrit phonétiquement, son orthographe exacte ne m’est pas connue).

Claire BRISSET, médiatrice de la ville de Paris pour soutien à l’association de malfaiteurs par refus d’intervenir
– Georges VERGES, médiateur de la République pour soutien à l’association de malfaiteurs par refus d’intervenir

 

Récits détaillés de ces expulsions réadmissions successives à ce restaurant Émeraude dans mon blogue :

http://patricehenin.blogspot.fr/2010/05/restauration-collaborative-sauce-vichy.html

 

http://patricehenin.blogspot.fr/2010/08/destinataires-citoyen-delanoe-bertrand.html

 

http://patricehenin.blogspot.fr/2010/11/le-mediateur-de-la-republique-monsieur.html

 

 

En pièces jointes :

– ma lettre du 23 juin 2009 à CSVP XIIème

– réponse du CSVP Michael PARIS intervertissant fauteur de trouble et victime
– lettre de la mairie du 7 octobre 2009 pour rendez-vous le 29 octobre 2009

– lettre du 4 mai 2010 de Christine FOUET (expulsion)

– lettre d’un voisin Jérôme DUFAUR (pourquoi une expulsion ?)

– réponse de la maire Michèle BLUMENTHAL (renseignements pris, il n’y a pas eu d’expulsion)

– lettre de Christine FOUET du 26 juillet 2010 (réadmission)

– lettre de Jérôme DUFAUR signalant à la maire Michèle BLUMENTHAL mon expulsion par Thierry LEFEBVRE accompagné de 2 policiers le jour de mon retour

– lettre de Christine FOUET du 21 mars 2011 pour ré-expulsion

 

 

 

 

25 NOVEMBRE 2010
main courante du policier François Hoffmann escamotée

 

Rendez-Vous pris à 10H00 au commissariat du 22 Rue Aubrac 75012 Paris (01 53 02 07 10) pour établir une main courante le 25 novembre 2010, pour signaler les crachats reçus au restaurant Émeraude le 17 novembre 2010, de la part de Jean-Marie X.

Ce Jean-Marie X se vante lui-même auprès des usagers d’être un auxiliaire de la police avec carte.

 

Le policier qui m’avait donné rendez-vous s’applique à taper mon récit au clavier, mais à la fin, lorsque je demande la copie de la main courante, il me dit que tout est enregistré, qu’une copie est inutile. J’ai compris qu’il était inutile d’insister.

 

Je porte plainte contre le policier François Hoffmann pour faux, refus de main courante et pour avoir rejoint ainsi l’association de malfaiteurs.

 

Je n’ai donc aucune trace de cet événement, mais l’agent Patrick Colombet était présent ce matin-là. Si les agendas de présence au poste ne sont pas cachés, si l’agent Patrick Colombet ne ment pas et confirme sa présence au commissariat ce jour-là, je vois mal comment j’aurais pu inventer ce détail.

 

—–O—–

15 juin 2011, vers 15H30

Refus de plainte pour les crachats au restaurant Émeraude par l’agent Pascal Metche

 

Le 15 mars 2011, je me rends au commissariat du 22 Rue Aubrac 75012 Paris (01 53 02 07 10), vers 16H30, pour réclamer une copie de la main courante établie le 25 novembre 2010 par le policier François Hoffmann.

On me dit que la main courante n’existe pas. Cette main courante aurait dû signaler les crachats reçus au restaurant Émeraude de la rue de la Brèche aux Loups Paris XIIème.

 

Rien n’ayant été enregistré le 25 novembre 2010, le policier François Hoffman avait tout bonnement « fait semblant » de recueillir une main courante, pour ne pas charger la mairie et ce voyou-auxiliaire de police (Jean-Marie X) qui me crachait au visage et jetait des détritus dans mon assiette.

Je demande donc au policier Pascal METCHE de faire cette fois-ci une plainte.

Il m’éjecte purement et simplement du commissariat, en hurlant « … et ne revenez pas ! »

 

Je porte plainte contre le policier Pascal METCHE, pour refus de dépôt de plainte (article 15 – 3 du code de procédure pénale : la police judiciaire est tenue de recevoir les plaintes déposées par les victimes d’infractions à la loi pénale et de les transmettre, le cas échéant, au service ou à l’unité de police judiciaire territorialement compétent.

 

Tout dépôt de plainte fait l’objet d’un procès-verbal et donne lieu à la délivrance immédiate d’un récépissé à la victime. Si elle en fait la demande, une copie du procès-verbal lui est immédiatement remise et de l’article 5 de la charte de l’accueil du public et de l’assistance des victimes).

 

 

Je porte plainte François HOFFMAN pour avoir participé à l’association de malfaiteurs par son simulacre de main-courante.

 

Je demande au procureur, juge d’instruction de rappeler aux personnes contre qui je porte plainte pour association de malfaiteurs, de l’intérêt de l’article 450-2 du code pénal, afin qu’ils échappent à toutes poursuites si leurs témoignages permettent à la justice d’établir la vérité et les raisons de ces actes.

 

Je porte plainte contre l’agent Pascal METCHE pour refus de plainte.

Pas de trace de ce refus de plainte à part le souvenir de l’hôtesse d’accueil cet après-midi du 15 mars 2011.

 

—–O—–
15 mars 2011 vers 16H00

Agression par l’agent des stupéfiants David Gatty

 

Je rentre chez moi après avoir été au commissariat essayer de porter plainte pour crachats.
Arrivé rue de Wattignies 75012, Emmanuel Jésus Marqués (que je connaissais alors sous le nom de « Manu ») me talonne pour que je lui achète un bout de haschich. Il insiste alors que l’un de ses amis affolé lui dit « il y a des keufs partout« .

Devant mon refus,  il me le propose même gratuitement « comme dépannage ! », mais je continue de refuser, parfaitement certain que c’était un piège, aussi maladroit soit-il.

 

Arrivé à 100 mètres de chez moi, devant l’école du 40 rue des Meuniers 75012, l’agent David Gatty me crie « police« , me frappe au thorax, me serre la gorge à m’étouffer, me met le poing dans la bouche, devant plusieurs femmes qui discutaient devant l’école, dont la gardienne.

Il était seul, contrairement aux dires du procureur à l’audience de la 23ème chambre correctionnelle.

La gardienne d’école n’a pu me donner un témoignage écrit lorsque je suis passé en janvier 2012, elle était paraît-il malade pour plusieurs semaines.

Par la suite, la directrice d’école m’informe fin janvier 2012 que « la gardienne et l’ancienne directrice ne sont plus là« .

 

Le témoignage aurait bien sûr permis de contredire les faits rapportés par l’agent David Gatty et son faux certificat médical du Dr BECOUR.

 

Le rapport de fouille établi par le Lt de police Céline DESVERNOIS omet la possession de deux cigarettes électroniques (donc je ne fume pratiquement plus), dont une batterie abimée par la violence des coups, le fait que ma montre est cassée (violence des coups).

 

La description de l’arrestation lors du procès rapporte des coups de pieds que j’aurais donnés à David Gatty alors que j’étais à plat ventre au sol (ce qui explique mes plaies aux genoux), vraiment peu évidents à faire.
Non seulement je n’ai pas le moindre souffle pour me débattre, encore moins pour frapper, mais il est certain, devant témoins, que je n’ai pas donné de coups mais en ai subi.

 

Rappel de la loi : Article 434-13 :

– le « témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction » est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende, ces peines étant aggravées lorsque le mensonge a été provoqué par la remise d’une récompense

 

– la subornation de témoin, c’est-à-dire le fait « d’user de promesses, offres, présents, pressions, menaces […] au cours d’une procédure en justice afin de déterminer autrui soit à faire une déposition, une déclaration ou une attestation mensongère, soit à s’abstenir de faire une [telle] déposition, déclaration ou attestation » est punie de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende

 

– la falsification d’attestation ainsi que l’usage d’attestation inexacte au cours d’une procédure judiciaire sont punis d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

 

Je rappelle que je suis un handicapé respiratoire (emphysème) incapable de faire le moindre effort sans être de suite essoufflé, alors que j’ai été étranglé, frappé à la poitrine par un homme pratiquant les arts martiaux et la musculation, d’après son profil Facebook.

 

L’agent David Gatty m’a mis le poing dans la bouche et m’a déchaussé une dent qui a été retirée et remplacée par une dent provisoire que je porte toujours, n’ayant pas les moyens de payer un implant (dentiste Pierre Dana dans mon immeuble).

 

Il y a donc violences physiques avec séquelles à vie, entrave au témoignage, faux certificat médical, faux en écriture publique.

 

Sa façon de me menotter en montant sur mon dos, alors que j’étais à plat ventre, a failli provoquer mon évanouissement. Les 10 cm d’hématome dû aux menottes ont mis 10 jours à s’estomper.

 

Cet hématome sur chair visible a été constaté lors de mon passage aux UMJ pour que je puisse porter plainte, mais ce rapport n’est jamais parvenu au commissariat, un certain OPJ nommé « Fumet » (nom phonétique, orthographe inconnu), refuse ma plainte en me disant « toi, je t’aime pas ! »

 

Un policier, écœuré par cette blessure, la prend en photo à ma demande.

 

Alors que deux véritables acheteurs de haschich (Martial MORAND et Bertrand VASSEUR) sont libérés après leur passage aux UMJ, je suis mis dans un fourgon et attends seul jusque vers 4H30 sans comprendre pourquoi.

Quelques policiers surveillant le fourgon me posent des questions d’ordre politique, par exemple « qui est actuellement le politicien le plus influent ?… Vous savez que le journaliste Edwy Plenel nous a signalé qu’il se sentait menacé ?…  »

 

Arrive le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, qui vient me voir un instant au fourgon pour me traiter de « bouffeur de hasch » puis rentre au commissariat donner l’ordre de m’envoyer à l’Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Paris (IPPP) où je termine la  nuit en contention.

Le 16 mars 2011, le Dr FORISSIER, psychiatre de cette IPPP, ne voit aucune raison de m’interner et pense qu’il s’agit à l’évidence d’un coup monté. Il ne peut me fournir que  l’aspirine de mon traitement habituel.

 

Les policiers me récupèrent alors et m’envoient au dépôt passer une deuxième nuit, en même temps que le dealeur Emmanuel Jésus Marqués.
Pendant le transport au dépôt, l’un des 2 policiers ne peut s’empêcher de parler à Emmanuel Jésus Marqués pour  vanter la qualité du haschich, exactement comme s’il en était le fournisseur.

 

J’ai fait photographier mes plaies par un ami et fait établir un certificat médical par mon médecin traitant de l’époque, la Dr Isabelle Retbi, le 20 mars 2011.

 

Je porte plainte contre l’ex-préfet de police de Paris Michel Gaudin, pour tentative d’internement abusif, faux en écriture publique, contre le Lt Céline DESVERNOIS  pour rapport de fouille incomplet, contre le Dr BECOUR pour faux certificat médical, contre David Gatty pour violences policières avec séquelle à vie (perte d’une dent), risque de porter atteinte à ma vie en étranglant un handicapé pulmonaire n’ayant plus qu’un tiers de ventilation pendant plusieurs minutes, à plusieurs reprises (article 121-3 : … lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la personne d’autrui.

Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait), d’avoir participé à l’association de malfaiteurs formée dans le temps avec ténacité, pour me nuire.

 

Le « certificat médical » du Dr BECOUR, le rapport du policier David Gatty ne m’ont jamais été communiqués, les éléments mensongers transparaissent dans le jugement du 12 mai 2011 rendu par la 23ème chambre correctionnelle du TGI de Paris.

 

Récits dans mon blogue :

arrestation, photos plaies :

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/03/nieme-proces-pour-essayer-deffacer.html

 

audiences du 28 avril 2011 et jugement du 12 mai 2011

 

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/05/jugement-du-juge-bernard-augonnet-23-1.html

 

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/08/jugement-du-12-mai-2011-23eme-chambre.html

 

témoin impossible à contacter par mutation :

 

http://patricehenin.blogspot.fr/2012/10/temoin-muet-par-mutation.html

 

 

Pièces jointes :
– rapport de fouille 15 mars 2011 non signé du Lt de police Céline DESVERNOIS
– jugement du 12 mai 2011 de la 23ème chambre correctionnelle
– facture dentiste Pierre Dana du 11 juillet 2011
– 7 photos de mes plaies
– certificat médical du Dr Isabelle Retbi attestant les plaies du 18 mars 2011

– lettre de mon avocate Catherine HENIN-CLARK au procureur pour prendre ma défense 11/09/2012

– lettre avocate HENIN-CLARK au bâtonnier pour dossier réinscription 30/09/2012

 

 

—–O—–

16 juin au 23 juillet 2011
Menaces de coups suivies d’effet par l’agression de Mohamed Ali MAHMOUDI,
Sans raison, deux jeunes personnes, un grand noir maigre à capuche et celui dont j’apprendrai le nom plus tard, Mohamed Ali MAHMOUDI, stationnent tous les après-midi et soirs, du 16 juin 2011 au 23 juillet, juste devant la porte de mon immeuble, après l’entrée de la résidence protégée par un code qu’ils semblent connaître.

Leur principale activité était de crier, uniquement quand j’étais seul à rentrer, « le blogue, le blogue, ça va péter ! ça va péter !« . La plupart du temps, le noir criait simplement « ça va péter !« . Mohamed Ali MAHMOUDI, lui, souriait parfois en essayant de prendre des airs menaçants, ou rajoutait « … on sera là tous les jours… ».

Quand je rentrais en même temps que d’autres habitants de l’immeuble, ils étaient souriants.

Le 16 juin 2011, l’appartement de mon voisin du dessous est visité, l’un faisant la courte échelle à l’autre. Monsieur Jean CAIRE porte plainte le lendemain, plainte restée sans effet, non transmise au parquet.

 

Le 22 juillet 2011, Mohamed Ali MAHMOUDI a essayé d’entrer en même temps que moi dans l’immeuble vers 19H45. Au lieu de composer le code, j’ai appelé le 17 avec mon téléphone portable.

 

Mohamed Ali MAHMOUDI se colle à moi en criant « à qui tu téléphones ?! »

Lorsque le 17 a répondu, Mohamed Ali MAHMOUDI m’arrache le téléphone des mains, le jette par terre en me portant un coup à la tête, ce qui a fait tomber mes lunettes, puis s’en va tranquillement. Un de mes voisins (Farid MONGIES) est intervenu pour composer le code à ma place pour que je me réfugie à l’intérieur.

 

Je ramasse mon portable et monte chez moi. Les policiers me rappellent et je redescends. Cette patrouille de 4 policiers me demande une description précise et me disent qu’ils vont le chercher. Je propose de les accompagner mais ils refusent.

 

Sur leur conseil, je vais porter plainte le lendemain à ce fameux commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris et rencontre le gardien de la paix Pascal METCHE qui commence par refuser (encore) de prendre ma plainte.

Je lui explique que mes voisins, excédés par ce tandem de voyous qui sont toujours devant notre porte, veulent savoir si j’ai fait une bonne description de Mohamed Ali MAHMOUDI, dont je ne connaissais pas encore le nom.

 

Il accepte alors de prendre ma plainte, mais Pascal METCHE ne reconnaît pas ce voyou qui est pourtant très connu, au moins de vue, dans le quartier, à force de parader avec sa bande. L’ordinateur de Pascal METCHE est « en panne » et ne peut afficher sa collection de mines patibulaires.

 

Je n’ai pas remarqué ce jour que la plainte ne portait pas de référence, ce qui prouve la volonté de Pascal METCHE de ne pas la traiter, ce qui est encore le cas ce jour 15 avril 2014.

Je rentre chez moi avec une copie de cette plainte.

 

Cette plainte non référencée prouve aussi que ce Mohamed Ali MAHMOUDI est protégé par la police, ce qui sera particulièrement évident pour la plainte suivante où les violences suivantes promises par Mohamed Ali MAHMOUDI le 1er août 2011 (celui-ci met ses menaces à exécution : fractures multiples au visage) sont transformées en violences réciproques.

 

Je dis au policier que je prendrais une photo de ce monsieur X lorsque je le reverrai.

Les deux jeunes personnes ne sont pas revenues devant ma porte.

 

Je porte plainte contre le gardien de la paix Pascal METCHE, le Cdt de police S. GUICHARD, pour refus de prendre ma plainte suivi d’un simulacre de plainte non référencée, jamais transmise au parquet, pour manifestement être partie de l‘association de malfaiteurs.

 

récit des actes de Mohamed Ali MAHMOUDI et de ses soutiens de la Brigade d’Appui Criminel

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/08/de-la-flicaille-la-racaille.html

 

Interview de la radio IDFM98 Radio Enghien le 5 septembre 2011 sur mes démêlés avec David GATTY et Mohamed Ali MAHMOUDI :

http://patrice.henin.free.fr/IDFM98_05_09_2011.mp3

 

Pièce jointe :

Copie de la plainte non référencée mais signée de Pascal METCHE

 

—–O—–
1er août 2011
Violences avec fractures multiples, de nouveaux faux en écriture publique des policiers du 80 avenue Daumesnil 75012 plus 2 agents de la BAC lors de ma plainte

 

J’attendais à l’arrêt de bus 87 du carrefour rue Nicolaï- rue de Wattignies Paris XIIème.

Je vois passer Mohamed Ali MAHMOUDI, qui passe devant moi en souriant de façon goguenarde. Je lui dis « tu es recherché par la police » en prenant mon appareil photo accroché à la ceinture.

Je n’ai pas le temps de le prendre, immédiatement Mohamed Ali MAHMOUDI me frappe violemment de 3-4 coups de poings sur la partie droite de mon visage, de toutes ses forces.

Il n’y avait personne dans la rue en ce 1er août 2011.

 

Après m’avoir frappé, Mohamed Ali MAHMOUDI disparaît tranquillement dans la rue Nicolaï.

 

Je me réfugie dans le restaurant turc du au 23 rue de Wattignies 75012 et appelle le 17.

Moins de dix minutes après, Mohamed Ali MAHMOUDI revient accompagné de deux personnes que j’ai d’abord cru être deux autres voyous venus me frapper.
Mais l’un reste au coin de la rue Nicolaï-Wattignies avec lui, l’autre vient au restaurant turc et me montre sa carte de police, retournée (donc sans nom ni photo visible) mais avec la breloque en métal qui semble confirmer qu’il s’agit d’un policier en civil.

Il me demande « que se passe-t-il ?« . Je lui montre mon visage maintenant tuméfié, l’œil droit fermé.

 

Mohamed Ali MAHMOUDI a donc téléphoné à ses relations policières.

La voiture du 17 arrive ensuite (un gardien de la paix, seul), l’agent de la BAC lui parle en aparté.

La voiture du 17 m’emmène au commissariat, la voiture banalisée de la BAC y va avec Mohamed Ali MAHMOUDI.

 

Au commissariat, je suis mis à l’écart dans un cagibi, on me menace de me menotter si j’en sors, puis les agents de la BAC me demandent mon appareil photo pour vérifier que je n’ai pas pris la photo, ils rédigent longuement quelque chose sans me questionner.

Je ne reçois aucuns soins à part le droit d’aller boire de l’eau au lavabo, sans gobelet.

Puis je change de bureau et les agents de police en tenue m’accueillent.

 

L’un, dédaigneux : « ça date de 4 jours, votre œil, je m’y connais, je suis boxeur« .

 

Une autre, hystérique (Laurence Labrousse)  : « … oh vous l’avez giflé… mais c’est qu’on a 3 témoins qui l’ont vu… c’est qu’on va faire un rapport sur votre comportement dans le commissariat  !…  »

 

La gardienne de la paix Laurence Labrousse, d’esprit pas très évolué, vulgaire, agressive et nerveuse, se fâche quand je suis obligé de moucher le sang de mon nez (« mais il est dégueulasse !« ).

Elle transforme ma plainte en violences réciproques.
Les deux séances de plaintes du 23 juillet  et du 1er août  2011 sont décrites en détail dans mon article :

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/08/de-la-flicaille-la-racaille.html

 

Une interview de la radio IDFM98 sur ces agressions David Gatty et Mohamed Ali MAHMOUDI :

http://patrice.henin.free.fr/IDFM98_05_09_2011.mp3

 

Aux UMJ on ne me prodigue pas de soins mais une ordonnance pour passer un scanner de la mandibule. Le médecin Ophélie FERRANT donne 10 jours d’ITT.
Je fais également constater les fractures par le Dr Azoulay, remplaçant de mon médecin (Dr Isabelle Retbile 2 août 2011, qui me dit que je vais porter une plaque pour redresser la fracture de la mâchoire pendant la consolidation.

Il me fait une ordonnance de référencement pour aller voir un stomatologue et ophtalmologue.

 

Je passe un scanner des mandibules et plancher de l’orbite les 3 août 2011 (et 9 octobre 2011), tous deux montrant les fractures non consolidées.

Je recontacte le Dr Ophélie FERRANT des UMJ, je lui envoie les scanners pour qu’elle corrige le nombre de jours d’ITT qui passe à 15.
Le commissariat refuse de me communiquer le nouveau constat des UMJ.

 

Je choisi l’hôpital Bégin pour les soins aux urgences. L’ophtalmologue reporte l’examen LANCASTER (plancher orbital) initialement prévu pour le 8 août 2011 au 29 octobre 2011, le stomatologue préfère que la mâchoire se ressoude sans redressement, sans plaque.

Aujourd’hui, je ne peux plus utiliser mes incisives, les dents étant déplacées.

 

La 12ème chambre correctionnelle a reçu cette plainte « réciproque » et me condamne à verser 360€ d’amende pour avoir donné une gifle sur les simples dires de Mohamed Ali MAHMOUDI, qui répète les accusations fausses imaginées par ces « agents de la BAC ».

 

Il était venu à l’audience du 18 décembre 2013 accompagné de 3 copains que le tribunal n’a pas utilisés comme témoins comme c’était prévu par les agents de la BAC.

Le procureur a préféré affirmer qu’il n’y avait pas de témoins et prétend de façon tout à fait incohérente que le fait d’avoir donné une gifle « était incontestable… qu’il n’y avait pas de témoins… » :

http://patricehenin.blogspot.fr/2013/12/12eme-chambre-correctionnelle-la.html

 

et la « grosse » du jugement :

http://patricehenin.blogspot.fr/2014/03/20131218-jugement-12eme-chambre.html

 

Mohamed Ali MAHMOUDI écope d’un mois de prison ferme aménagé par port d’un bracelet électronique.

Quelques jours après, il dealait devant mon immeuble. J’ai essayé de le filmer avec mon portable, il s’est enfui en criant « je vais te tuer, je connais ton étage ! »

 

J’ai fait appel de ce jugement et attends l’audience, à ce jour 15 avril 2014.

 

En plus de la possibilité pour certains habitants du quartier d’appeler la police pour me tabasser (voir plus bas le gardien d’école !), les « jeunes de cité » savent maintenant qu’ils peuvent me casser la figure et que cela me coûtera 360€ !

 

Ils peuvent aussi se faire une bonne opinion de la police et justice française, ce qui explique leur slogan  « nique la France ! »

 

Je porte plainte contre les 2 agents de la BAC, dont le parquet possède le rapport utilisé par le tribunal (donc les noms), qui ont conseillé à Mohamed Ali MAHMOUDI de porter plainte pour une gifle que je n’ai pas donnée, la gardienne de la paix Laurence Labrousse et les autres policiers présents ce 1er août 2011 de 11H au soir pour faux en écriture publique, pour incitation à la violence, complicité d’agression, abus d’autorité, d’avoir rejoint l’association de malfaiteurs destinée à me nuire.

 

Je porte plainte contre Mohamed Ali MAHMOUDI pour violences physiques avec séquelles à vie (article 222-9 code pénal : les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sont punies de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende).

 

Si Mohamed Ali MAHMOUDI reconnaît n’avoir agi que sur ordre des policiers, je retire ma plainte et la reporte sur les policiers du commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 présents ce 1er août 2011 et les 2 agents de la BAC.

 

Pièces jointes :

– Le rapport des deux agents de la BAC ne m’a pas été remis, il transparait dans le
jugement de la 12ème chambre correctionnelle du 18 décembre 2013 ci-joint
– plainte rédigée par Laurence LABROUSSE

– 4 photos visage les 1er et 24 août 2011 (toujours tuméfié le 24)

– certificat médical Dr Isabelle Retbi constatant mes fractures 3/8/2011

– constat UMJ du 1er août 2011 par Dr Ophélie FERRANT

–  scanner des sinus du 3 août 2011 (2 fractures + hémosinus)

– certificat Dr MECHINEAU de l’hôpital Bégin pour référencement ophtalmologie suite à fracture du plancher de l’orbite 5/8/2011

– référencement ORL du Dr I. MAY de l’hôpital Bégin suite épanchements sinus 26/9/2011

– scanner des sinus du 6/10/2011 fractures toujours pas consolidées

– référencement du Dr Christophe SEZE pour neurologie (14/10/2011)

– ordonnance Dr Christophe SEZE soins ORL sinus (14/10/2011)

– certificat médical Pr neurologie du Val de Grâce Hervé TAILLIA constatant l’hypoesthésie définitive 30 mai 2013

 

 

 

 

—–O—–

23 mai 2012
menace d’un gardien d’école de faire venir la police pour « qu’ils recommencent (comme le 15 mars 2011) »

 

Voici un exemple de la mentalité qui résulte des violences policières à mon égard : un gardien d’école où se tient un meeting socialiste se croit autorisé d’appeler la police pour me tabasser, parce que je distribue mes propres tracts de candidat député indépendant lors d’un meeting de la candidate PS !

 

Cela est assez effrayant sur la façon dont cet individu conçoit la démocratie.

 

Voici une conséquence directe de l’agression de l’agent David Gatty : ce gardien d’école pense qu’il suffit d’appeler la police du XIIème arrondissement pour qu’ils « recommencent à me tabasser » !

 

Cela confirme qu’il fait partie des nombreuses personnes qui savent que cette agression était bien un coup monté contre moi, ce que ce gardien d’école semble trouver normal.

 

J’en ai fait un article avec le témoignage d’un passant assez surpris, qui voulait comprendre ce que le gardien voulait dire :

http://patricehenin.blogspot.fr/2012/11/un-gardien-decole-socialistement-bien.html

 

Ajoutant à cela que les voyous de quartier ou simplement des personnes qui n’apprécient pas mes convictions politiques anti corruption (cela existe !) savent qu’ils peuvent se livrer à des violences physiques sur ma personne, puisque je suis persécuté par la police qui transforme aussitôt mes agresseurs en victimes, puis que la justice entérine…

 

Je porte plainte contre le gardien d’école Mr X, en poste à l’école du 52 rue de Wattignies 75012 Paris le 23 mai 2012, pour entrave à la démocratie, insulte aux forces de police, diffamation des forces publiques, incitation à la violence policière, menaces à mon intégrité physique, soutien à l’association de malfaiteurs.

 

Pièces jointes :

– témoignage de Mr Luc LAMY (le 25 mai 2012) sur les propos du gardien d’école du 52 rue de Wattignies 75012 Paris le 23 mai 2012 vers 21H30 (« ça t’as pas suffi ?… tu veux qu’ils recommencent ?« )

 

 

CONCLUSIONS

 

Je vous demande de faire intervenir l’IGPN pour que tous les acteurs policiers et civils de cette association de malfaiteurs qui s’agrandit au fil des années expliquent pourquoi ils s’acharnent contre moi en violant allègrement les principes les plus fondamentaux de notre République.

 

Je demande une protection de la gendarmerie par des agents réputés pour leur loyauté envers les lois de la République, afin de pouvoir me préparer à mon programme présidentiel de 2017 (l’instauration immédiate de l’éco-sociétalisme : http://www.ecosocietal.org).

 

En effet, tous les voyous des cités autour de ma résidence s’amusent du fait que s’ils me cassent la figure, ils ont la bénédiction de la police et qu’en plus je devrais payer une amende !
Si une personne décidait de m’agresser, sous l’emprise de l’alcool ou pour commettre un vol sur ma personne, une telle police locale ne bougera pas pour moi.

 

Je demande ce jour la grâce présidentielle afin d’être libéré des condamnations et obligations injustifiées en cours en ce moment au Service de Probation et d’Insertion Pénitentiaire du 12-14 rue Charles Fourier 75013 Paris pour l’affaire David GATTY, jugement du pôle 8 TGI Paris.

A noter que la Cour de cassation, au lieu de faire remarquer que mon avocate Me Catherine Henin-Clark a été ignorée par la cour d’appel, alors même que cette cour de cassation reconnaît qu’elle est bien mon avocate dans cette affaire, me condamne curieusement à verser 2 000 euros supplémentaires, comme indiqué dans cet article :
http://patricehenin.blogspot.fr/2013/07/il-faut-laisser-faire-la-justice.html

 

Cela rassurera les français sur l’intérêt que porte le président de la République sur les graves dysfonctionnements de nos institutions policières, judiciaires et médicales,  cela

empêchera quiconque de soupçonner le président de la République de soutenir cette association de malfaiteurs.

 

Qui suis-je donc, pour cumuler tant d’adversité ? Un criminel ?


Je suis celui qui peut maintenant affirmer avec toutes les preuves apportées avec zèle  par mes propres persécuteurs qu’il est maintenant incontestable que la République est morte, que ses institutions policières, judiciaires, politiques et mêmes médicales (confère plainte suivante acteurs médicaux), médiatiques sont factices, inopérantes et criminelles.

 

Conformément à l’article 88 du code de procédure pénale, je vous serais reconnaissant de me faire savoir le montant de la somme que je devrai consigner au greffe de votre juridiction.

Compte tenu de mes ressource faibles (1 000€/mois) eu égard à l’importance de l’affaire, aux multiples frais que j’ai dû payer depuis 8 ans à cause de ces multiples persécutions, condamnations montées de toutes pièces, je vous demande d’être dispensé de consigner une somme d’argent au greffe.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame ou Monsieur le juge d’instruction, mes salutations distinguées.

 

 

 

Patrice Hénin, 29 rue des Meuniers 75012 Paris

 

2014_04_15_recuLRAR_plainteJugeInstruction001

 

oooooOooooo

 

 

Comme vous pouvez vous en douter, j’ai encore d’autres raisons de me plaindre.

 

Ma douce retraite enrichie par la découverte de l’état policier de la France, avalisée par la justicerie, est maintenant  agrémentée d’un cancer du foie.

 

Ce cancer n’est pas tombé du ciel, mais survenu grâce aux soins intensifs qu’ont apportés mon médecin traitant (Dr Pascal Nébot) et mon hépatologue du Val de Grâce (Dr Buzaglo-Braun) à cette règle obsessionnelle : pas de traitement à l’Interféron si pas de suivi psychiatrique auparavant !

 

Pas de traitement de l’hépatite C signifie risque de cirrhose du foie. Si on continue à ne rien faire, arrive la complication par un cancer du foie.
Ce n’est pas grave, l’important est de se joindre à l’association de malfaiteurs pour prouver que je dois aller en psychiatrie.

Le corps médical (ceux qui ne sont pas malades), pensent différemment :

http://www.jle.com/e-docs/00/04/16/AA/article.phtml

(on lit bien à la fin du premier paragraphe « la constatation de troubles psychiatriques avant traitement ne doit pas constituer une contre-indication à la mise en route d’un traitement antiviral lorsque celui-ci est justifié par la sévérité du cas. »

 

Hé bien, c’est gagné : 3 carcinohépatocellulaires (CHC) à ce jour. La chirurgie hépatique de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière étudie mon cas en ce moment.

 

Cette obsession étatique de me psychiatriser va peut-être vous faire penser que je suis vraiment un malade mental, finalement.

 

Je termine donc une plainte complémentaire pour ce pauvre juge d’instruction, en supposant qu’il soit nommé.
La plainte « policière » se complète ainsi d’une plainte « médicale », appuyée par les documents de mon non-suivi d’hépatite C.

 

Au lecteur de juger sur pièces de l’état du service hépato-gastrologie de l’hôpital du Val de Grâce…

oooooOooooo

 

Ce jour 15 avril 2014, je me suis rendu, avec mon petit litre d’air encore ventilé (sur 3 litres), au Service de Probation et d’Insertion Pénitentiaire (SPIP), pour satisfaire aux exigences du procès de rébellion contre ce malheureux agent David Gatty (voir plus haut).

 

Vivement la retraite.

 

oooooOooooo

 

ENFIN, la justice se met en marche (arrière). Je reçois le 23 juin 2014 une lettre du doyen des juges d’instruction du TGI de Paris qui me demande de réexpédier ma plainte et toutes ses pièces jointes au procureur mais en mode « plainte simple ».

 

C’est à dire en supprimant les mots « juge d’instruction » et « constitution de partie civile ».

Pour supprimer ces mots, il faut tout photocopier et renvoyer.

Or, je n’ai pas fait 8 années d’études forcées au droit sans savoir qu’une « plainte simple » doit d’abord être déposée auprès du procureur de la République avant d’envoyer la même au doyen des juges d’instruction si pas d’action ou pas de réponse après trois mois.
SAUF EN CAS DE CRIMES, ce qui est le cas :

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F20798.xhtml#N100A6
Ces crimes étant commis par des policiers et entérinés par des tribunaux qui m’ont condamnés, je comprend le trouble de ce doyen.

Perdre 2 mois, 13 euros de lettres recommandées, une soirée à photocopier, c’est toujours ça de gagné.

2014_06_13_lettre_du_Doyen

 

 

 

J’obtempère, bien sûr :

 

 

Paris, le 27 juin 2014

 

De : Patrice HENIN

29 rue des Meuniers

75012 Paris

 

A :   Tribunal de Grande Instance de Paris

Doyen des juges d’instruction

Escalier D – 2ème étage – bureau 118

10 boulevard du Palais

75001 Paris

 

affaire suivie par : SK/FS/MRA

Référence dossier : 14/355

 

Madame Sabine KHERIS,  vice-doyen des juges d’instruction,

 

suite à votre demande en date du 13 juin 2014, veuillez trouver ci-joint copie (sans les pièces jointes y afférentes) de la plainte simple envoyée pour la deuxième fois, ce jour, au procureur de la République.

 

Lors de mon premier envoi, je pensais qu’il n’était pas nécessaire de déposer une plainte simple puisque la plupart des méfaits commis par les membres de cette association sont des crimes comme la rédaction de faux en écriture publique ayant entrainé des condamnations pénales.

 

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués.

2014_06_27_accusésReceptionTGIflics

 

 

 

Patrice Hénin

oooooOooooo

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Patrice HENIN CANDIDAT DEPUTE 2012

Patrice Hénin

29 rue des Meuniers
75012 Paris
patrice.henin@free.fr

Ce blog trop souvent supprimé, mais toujours remis en ligne, est remplacé par celui-ci, tout neuf, sorti d’usine, encore vide mais ne vous inquiétez pas, il deviendra LE site du candidat à la présidentielle de Patrice Hénin :

 

http://patricehenin.net

et en copie :

http://patricehenin.com

 

 

 

ooooOoooo

La République n’est pas abolie, elle existe déjà, son peuple vit ici, vous qui lisez ces lignes en faites partie.

Elle doit être rétablie, point.

Cela se fera avec ou sans vous, mais elle est là, prête à reprendre le pouvoir.

 

Ceux qui aiment les signes de reconnaissance peuvent déjà signaler qu’ils sont restaurateurs de la République française et ne reconnaissent plus la précédente, complètement achetée et dévoyée, en arborant le badge du drapeau de la Terre.

500px-CadleFlagEarth.svg

 

James Cadle, 1970

 

Its anthem is the wind in her trees and the waves of her seas : son hymne est celui du vent dans les arbres et des vagues de ses océans.


Pour la petite histoire, ce drapeau a été créé par l’astronome américain James Cadle du SETI qui avait proposé aux Etats-Unis de le planter sur la Lune le 21 juillet 1969,  à la place du drapeau national « Stars and Stripes » des Etats-Unis. The Wright State University Astronomy Club adopted the Flag of Earth as a symbol of worldwide unity in science in 2008.

(Le Club d’Astronomie de l’Université d’état Wright l’a adopté comme symbole de l’unité mondiale du monde scientifique en 2008).

Parce que c’était l’Humanité qui prenait pied sur notre satellite, pas seulement une nation.

 

Ceux-ci ont rétorqué qu’ils ne planteraient pas le drapeau US sur la Lune, mais sur la toute nouvelle base américaine « Eagle », Lune.

mais qu’ils feraint un petit commentaire concernant l’humanité en posant le pied (gauche) sur la Lune, le fameux « c’est un petit pas pour un homme, mais un saut de géant pour l’humanité ».

 

Ce drapeau appartient donc à tous, il a déjà essuyé une ruse hypocrite, il connaît l’homme à défaut de pouvoir le représenter.

Il est déjà connu depuis 3 ans comme l’avatar des écrits Internet par l’un de nos membres persécuté par la Vème République, ses élus de toutes couleurs, pour des raisons à la fois futiles et ignobles : faire interner un frère aîné, pour dépouiller la mère bien qu’elle soit la seule héritière de son défunt mari, sans attendre sa mort. Le mauvais frère cadet étant un homme de main du puissant Bouygues Immobilier, toute loi peut être dévoyée.

 

Cette aventure a été la révélation de l’existence réelle d’un pouvoir dont tout le monde se doute, mais dont seule cette victime peut témoigner.

 

En demandant simplement à des anciennes relations acquises chez Bouygues Immobilier de faire le nécessaire auprès des instances policières, judiciaires, médicales, municipales !

 

Le dossier est tellement accablant, les preuves à la fois évidentes et facilement compréhensibles par tout un chacun, que la corruption généralisée est démontrée dans cette unique affaire.

 

Le Conseil d’Etat, la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la Ligue des Droits de l’Homme, toutes ces entités se sont révélées factices, des machines à ramasser des dons, cotisations, mais parfaitement inutiles.

 

Le fait que des centaines de fonctionnaires, de tous grades, des juges, des avocats, des fonctionnaires de mairie, la totalité des députés et sénateurs ne se soient pas révoltés immédiatement devant une telle ignominie est une véritable révélation sur la décomposition avancée de ce que nous croyions être une République, un pays des Droits de l’Homme.

 

Alors nous en tirons ici toutes les conclusions, la nécessité de restaurer une République française débarrassée de la corruption, du pillage, de ces intérêts si particuliers.

 

Il est absolument impossible de construire une société saine et viable en pleine corruption.

 

Patrice Hénin

http://patricehenin.blogspot.com

http://patrice.henin.free.fr

29 rue des Meuniers 75012 Paris France

 

PS : merci de demander à vos élus locaux de m’envoyer par la poste leur parrainage pour ma candidature à l’élection présidentielle de 2012. Je n’ai pas les moyens de lancer une campagne auprès des 60 000 élus concernés (maires, délégués régionaux, élus conseils…).

Alertez vos médias locaux !Aucun candidat, je les ai tous contactés, n’a accepté de m’aider dans cette trop grave et trop précise affaire de corruption. AUCUN.

 

J’ai serai également candidat député pour la 8ème circonscription de Paris juin 2012.

Expliquez à vos élus que ce parrainage leur vaudra un certificat de probité anti-corruption.

 

Je ne suis ni de gauche, ni de droite, ni excentrique, ni rouge de colère, ni vert de peur, je suis normal.

 

patrice.henin@free.fr

patrice.henin@gmail.com

 

Le mandataire du compte de campagnes et le suppléant député seront bientôt prêts et leurs coordonnées, ainsi que le numéro du compte bancaire seront bientôt indiqués dans ce blog.

 

ooooOoooo

 

 

Le site officiel de l’opération de restauration de la République, appelée « opération NUIT QUI BLÊMIT » est transféré du site http://vi-republique.blogspot.com/ à celui-ci.

 

C’est donc ici que la Constitution définitive sera rédigée, le plus proche possible de l’actuelle, fortement inspirée de celle de 1793, qui a été adoptée, votée, jamais abrogée, mais suspendue dans son application par le régime de la Terreur.

 

La salle de discussion, d’inscription est un GoogleGroup, il faut demander une invitation à l’un des membres pour y participer : patrice.henin@free.fr

 

Ou se rendre dans le groupe :

 

http://groups.google.com/group/VI-republique?hl=fr

 

l’adresse courriel pour envoyer des messages à ce groupe est :

VI-republique@googlegroups.com

 

oooooOooooo

 

CANDIDAT DÉPUTÉ DANS LA 8ème CIRCONSCRIPTION de PARIS

élection des 10 et 17 juin 2012

 

Mes petits soucis internationaux :

 

Alors que nous sommes à la croisée des chemins pour l’avenir de l’humanité, Matthew Stein, chercheur au MIT, a déterminé les 6 dangers majeurs qui peuvent mettre fin à notre civilisation…

1. Le changement climatique et le risque d’emballement du réchauffement à cause des effets en chaine. A partir d’un certain seuil, qui est celui auquel nous commençons à nous trouver, l’augmentation des températures provoque le dégel du sol des toundras, en permanence gelé jusqu’ici. Les grandes quantités de méthane emprisonné dans ce sol est alors libéré dans l’atmosphère, or le méthane a un effet de serre 10 fois plus puissant que celui du CO2. De même le réchauffement des océans risque de provoquer la fonte des hydrates de méthane présents au fond des océans.

2. La fin du pétrole Notre économie et tout notre mode de vie moderne ont été possibles « grâce » au pétrole, présent dans la plupart des objets que nous consommons et sur lequel sont basés presque tous nos moyens de transport. Le pétrole est aussi présent indirectement dans ce que nous mangeons. Il compose la plupart des engrais agricoles, des embalages, et il est aussi le carburant indispensable aux machines agricoles et au transport vers les lieux de distribution. C’est le pétrole qui a permis de multiplier par 5 les rendements agricoles depuis le milieu du 20è siècle. Sans le pétrole, il sera impossible de nourrir les 7 et bientôt 10 milliards d’habitants de la planète.

3. L’effondrement de la vie dans les océans. Dans 11 des 15 plus grandes zones de pêche au monde, les ressources sont en voie d’épuisement. Plus grave encore: du fait de la pollution et de l’acidification des océans, le plancton est en train de disparaître, or il est à la base de la chaine alimentaire pour toute la vie marine.

4. La déforestation. Plus de 50% des forêts dans le monde ont déjà disparu, et sous la « pression économique », la déforestation s’accélère. Celle-ci est par ailleurs responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre. Les forêts sont également indispensables à l’équilibre climatique et à la préservation des ressources en eau.

5. La crise alimentaire mondiale. Pour la première fois depuis que la révolution agricole a commencé, la production de nourriture est en baisse chaque année alors que la population continue d’augmenter. Cette baisse est baisse est causée par l’extension des zones urbanisées au détriment des surfaces cultivées, et à la baisse des rendements agricoles du fait d’une utilisation excessive des pesticides et des engrais chimiques qui ont stérilisé les sols, éliminant les nombreux micro-organismes qu’ils abritaient et qui sont indispensables à la croissance des plantes. Les agriculteurs compensons la baisse des rendements en utilisant toujours plus d’engrais, mais cette fuite en avant ne pourra pas durer éternellement, d’autant plus que le pétrole va se raréfier.

6. La surpopulation. Nous sommes actuellement aussi nombreux que tous les humains qui nous ont précédé sur Terre depuis que l’humanité existe.
Jusqu’en l’an 1000, la population mondiale était d’environ 500 millions d’habitants. Au début du 19è siècle, elle a atteint un milliard. En 1930 elle atteignait 2 milliards. Aujourd’hui, moins d’un siècle plus tard, nous sommes 7 milliards.
La surpopulation amplifie la pollution et la destruction de l’environnement, elle accélère également l’épuisement des ressources non renouvelables et de celles dont le renouvellement est plus lent que le rythme auquel nous les consommons.

 

Mes projets pour la 8ème circonscrition de Paris (en gros les 3/4 du XIIème, moins le secteur de la Gare de Lyon, plus le sud du XXème) :

 

 

Je ne suis ni de gauche, ni de droite, je suis normal.Ni excentrique, ni rouge de colère, ni vert de peur.

J’ai écrit ce slogan en novembre 2011 pour ma campagne présidentielle ignoré des médias, même de Wikipédia France, sur ordres des autorités bienveillantes et surveillantes.

 

Je l’ai utilisé comme signature de tous mes courriels, envoyés aux maires, députés, sénateurs, mais aussi des amis (j’en ai de plus en plus). Il semblerait que le président qui se veut « normal » m’ait piqué l’idée de ce slogan.

 

Mais je ne suis pas si normal que ça, puisque j’ose me confronter à la corruption généralisée (ça fait mal : http://patricehenin.blogspot.fr/p/prologue.html).

 

J’ai découvert le salaire d’un député : 

 

Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Dont 5 246,81 € net par mois non imposables.

Indemnité représentative de frais de mandat : 6 412 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d’habillement…)

Avantages : 9 138 € mis à disposition pour rémunérer ses collaborateurs, accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d’un abonnement internet.

 

Comme je perçois 969€ de retraite (très exactement le seuil de pauvreté, avec 600€ de charges incompressibles), plus une retraite américaine de $75 / mois, sans autre aide que l’Allocation Logement de 188€), je n’utiliserai que les frais de mandat, pas les 7 100,15€ de salaire.

 

Tout le reste, je le redistribue aux électeurs de ma circonscription.

Je ne suis pas un saint, l’Abbé Pierre redonnait l’intégralité de ses indemnités à sa Fondation pour les sans logis. Pour la petite histoire, un soir, en rentrant chez lui, il demande à sa brave bonne :

– que mange-t-on de bon ce soir ?

– monsieur l’abbé, vous ne vous rappelez pas que vous avez donné nos derniers sous hier ? Je n’ai même pas pu faire les courses, nous n’avons rien à manger !

– …. eh bien, je sors mendier…

 

Comme tout parlementaire, j’embauche (CDD 5 ans, salaire évolutif) un assistant(e) parlementaire pour s’occuper des affaires… parlementaires, mais aussi un(e) secrétaire pour tenir la permanence qui sera ouverte dans la circonscription. Les 2 fonctions étant interchangeables à tour de rôle.

 

Cette permanence mettra en place une commission ouverte à tous les électeurs de la 8ème circonscription, pour sélectionner les projets que je pourrais financer avec cette manne parlementaire.

 

Après tout, il s’agit d’argent public, il doit retourner au peuple

 

A l’Assemblée, mon action sera prioritairement la lutte contre la corruption.

La priorité des priorités, parce qu’il est parfaitement inutile de promulguer des lois si elles sont détournées, dévoyées par des systèmes corrompus.

 

Je serai le candidat qui dérange, je m’attends à recevoir pas mal de coups ! Mais ceux qui ont lu mon blog savent que je commence à avoir l’habitude.

 

TÉLÉCHARGEZ CE BULLETIN DE VOTE POUR LES 10 et 17 JUIN 2012 (148 X 105 mm) :

2012_05_10_bulletin_vote_PH001

 

 

Bonne République

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Retraite sans capitulation

CETTE PLAINTE EST EN COURS DE RÉDACTION, elle n’est donc pas encore déposée au TGI de Paris. Mais les parties concernant des policiers a fait l’objet d’une plainte séparée, déposée le 14 avril 2014. Une autre plainte séparée concernant les psychiatres et médecins obsédés par leur volonté de m’interner abusivement est également déjà déposée, le 20 juin 2014.

(il manque les années 2011 à 2014)

Il s’agit de la plainte récapitulative des 3 précédentes Lorsqu’elle sera complète, elle sera envoyée aux destinataires indiqués + d’autres confidentiels.

Je suis obligé de la publier sans attendre qu’elle soit terminée parce qu’elle récapitule toutes mes petites misères de joyeux retraité au pays des droits de l’homme riche versus pays de droits qui restent aux hommes pauvres (financièrement parlant).

Paris, le 22 février 2014

PLAINTE AVEC CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE

À :

Monsieur  le procureur de la République du TGI de Paris

4, boulevard du Palais

75055 PARIS CEDEX 01

Sous couvert de:

Monsieur le président de la République

Palais de l’Élysée

55, rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

Tous les faits décrits ci-après sont attestés par de nombreuses preuves et témoignages, la plupart des documents sont publiés dans mon livre électronique « PHENIx, blog qui renaît toujours de ses censures » (http://patricehenin.blogspot.com).

JUIN 2004
Lettre de cachet.

Monsieur Jérôme Hénin m’envoie un courriel de son adresse jerome@henin-co.com à mon ancienne adresse patrice.henin@noos.fr, dans lequel il m’écrit « je te ferai interner le moment venu » (c’est-à-dire après le décès de notre père).

Pourquoi vouloir me faire interner et comment ?

Aujourd’hui, les événements ont démontré que :

– pour Jérôme Hénin, il s’agissait de capter l’héritage de sa mère en l’envoyant en curatelle renforcée. Pour cela il fallait d’abord  neutraliser le frère aîné, moi, en me faisant interner en psychiatrie.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/06/0001-je-te-ferai-interner-le-moment.html

– pour les autorités françaises et américaines, ainsi que Bouygues Immobilier et Free.fr, de m’empêcher de divulguer ce que je sais et que je publie. Bouygues Immobilier est une véritable école de formation à la corruption, avec son réseau de membres qui s’étend jusqu’au monde des trafiquants d’armes internationaux.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/06/0003-je-suis-embauch-par-bouygues.html

Par exemple, ce genre de faits :

– Jérôme Hénin s’est toujours vanté de n’avoir jamais payé d’impôts en France, grâce à un excellent conseiller fiscal du service juridique de Bouygues Immobilier. Il a néanmoins été obligé de résider 6 mois à Genève.

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/12/2008-je-nadmettrai-jamais-que-lon.html

– Il a commencé sa carrière chez Bouygues Immobilier comme simple porteur de valises (à destination du maire de Lyon Michel Noir, pour n’en citer qu’un seul), puis il a été introduit dans le monde très fructueux du trafic d’armes international, lors d’un voyage au Yémen.

Ceci m’a été révélé par lui-même et confirmé par des français émigrés en Floride, comme mon ancien patron de restaurant Francis K., dont les dernières coordonnées américaines puis à son retour en France sont ici :

Une enquête par juge d’instruction est nécessaire pour vérifier que ce que j’affirme est vrai.

On remarque que la 1ère entreprise « virtuelle » de Francis K. a d’abord été domiciliée dans les bureaux de Jérôme Hénin au 933 Lee Road, Orlando, Floride 32810.

Puis figure l’adresse de son restaurant où j’ai travaillé de 1997 à 1998, 1575 Maguire Road, Ocoee, Floride.

C’est dans ce restaurant que M. Francis K. m’a dit un jour que mon frère était non seulement un escroc immobilier mais aussi un trafiquant d’armes international intouchable parce que les autorités françaises et américaines et d’autres gouvernements sont impliqués. Il m’a présenté un ancien adjudant-chef (Jean-Michel Clopet) embauché par Jérôme Hénin et qui revenait de Sarajevo, en 1997.

– En 1993, jugé trop bavard, Bouygues Immobilier l’avait licencié économique et prié d’aller se faire oublier en Floride, puisqu’il avait épousé une américaine, Teresa R. en 1985.

Il a alors escroqué pendant une décennie des investisseurs français.

S’il n’a jamais contribué au Trésor Public, il a néanmoins touché 3 années de chômage de directeur général de chez Bouygues Immobilier alors qu’il était à la tête de deux entreprises d’investissements immobiliers en Floride : Premier, Inc. et International Properties Investments (I.P.I.).

Il réside actuellement à :

Jerome L. Henin

950 Palmer Avenue

Winter Park, FL 32789

Etats-Unis

Je ne porte pas plainte contre mon frère cadet, un psychopathe (Un psychopathe est une personne insensible, manipulatrice et n’éprouvant aucun remords : http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-ca-fait-peur-imaginer-autrui-souffrir-plait-psychopathes-49350/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20131004-%5BACTU-Ca-fait-peur-:-imaginer-autrui-souffrir-plait-aux-psychopathes%5D), mais contre tous ceux qui ont exécuté son projet, en détournant leurs fonctions publiques pour se mettre à son service, afin de me faire interner et ainsi d’éliminer un témoin qui en sait trop sur la façon de devenir millionnaire.

C’est au ministère public de faire son devoir de lutte contre la corruption, pas moi.

Jérôme Hénin n’a fait que profiter d’un système de corruption généralisé.

Il m’a d’ailleurs surtout aidé à découvrir le fonctionnement réel de notre société, cadeau inestimable que je me dois de partager.

 

 

Je porte plainte pour association de malfaiteurs (article 450-1 et 450-2 du code pénal) contre les personnes nommées ci-après en gras :

Contre le directeur des ressources humaines de Bouygues Immobilier qui a embauché Jérôme Hénin à compter du 1er octobre 1986 et Martin Bouygues président directeur général du groupe Bouygues pour avoir profité de la faiblesse psychologique de mon frère Jérôme Hénin, psychopathe sans scrupules ni morale uniquement obsédé par l’argent et prêt à tout.

Il a été utilisé pour des faits graves de corruption.

SEPTEMBRE 2005
Captation d’héritage, recel successoral.

– le notaire Jean-Pierre Brulon, 25 Rue du Général Foy 75008 PARIS

Le commandant Gilbert Hénin décède le 17 septembre 2005 (c’est « le moment venu« ).

Madame Renée Hénin hérite, sans droits pour les enfants, de :

– un appartement situé à Orlando, Floride, estimé en 2005 à $325 000

– 2 terrains constructibles contigus estimés $5 000 chacun en 2005, $1900 en 2012.

– un compte bancaire chez Bank of America sur lequel a été déposé le produit de la vente de leur  résidence habituelle ($175 000), leur villa habitée chaque hiver sise à Deltona, Floride

– le contenu de cette villa, biens mobiliers, outillages, œuvres d’arts africains (défenses d’éléphant sculptées en ivoire, légalement achetés lors de leur séjours en Afrique, bijoux, piano, meubles, le tout stocké depuis 2005 chez Jérôme Hénin à Winter Park, Floride.

 

Ce notaire n’a pas fait l’inventaire des biens mobiliers, immobiliers et compte bancaire américains (en Floride) légués par mon père à ma mère, sans droits pour les enfants, dans le cadre de leur régime matrimonial.

Pourquoi ce notaire, vieil ami de Jérôme Hénin, a-t-il ignoré malgré mes appels, courriers, ces biens américains ?

Madame Hénin a réussi à vendre son appartement du centre-ville d’Orlando $150 000 (en 2009) au lieu des  $325 000 valeur 2005. Malgré sa méconnaissance de l’anglais, malgré tous les efforts de son fils américain Jérôme Hénin, pour s’y opposer sur place.

Mais les manœuvres de Jérôme Hénin, ses mauvais conseils ont donc fait perdre à sa mère  $175 000  + (2 X $3 100) = $181 200 soit 134 000€.

Au cas où elle décèderait avant moi, tous les biens localisés en Floride seraient ignorés en cas d’héritage. Elle n’a pas établi de testament américain pour ses 3 enfants, 2 aux États-Unis et moi en France.

Ma mère est revenue vivre définitivement à Paris.

Par ailleurs, le commandant Gilbert Hénin, de son vivant, avait perdu ses procès contre le Ministère de la Défense concernant le calcul de sa revalorisation de pension d’invalide de guerre (blessé à Dien Bien Phu puis mutilé à Madagascar).

Madame Renée Hénin a versé 3 000€ au docteur en droit Louis Boré pour porter l’affaire devant le Conseil d’État.

Succès : le tribunal des pensions des armées a enfin condamné (en 2010) le ministère de la défense à rembourser cette somme de 3 000€, le trésor public a été condamné à recalculer la pension (15 500€) et à la verser aux ayants-droits de feu le commandant Gilbert Hénin.

Pourquoi LES ayant-droitS ?

 

Pourquoi Me Louis Boré a-t-il pris l’initiative de rajouter illégalement la liste des enfants de madame Renée Hénin comme des ayants-droits alors qu’elle est la seule héritière de son mari et qu’il le sait ?

23 AVRIL 2006
Premiers faux en écriture publique du commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris

Le 23 avril 2006 est le premier anniversaire de ma mère (77 ans) sans son mari.

Je vais chez elle avec un gâteau au 57 bd Poniatowski 75012 Paris.

Je rencontre mon frère Jérôme Hénin dans sa cour.

Dès qu’il me voit il me frappe violemment sans raisons.

Puis il se rend immédiatement au commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris pour porter plainte pour coups et blessures, alors qu’il est l’agresseur, indemne.

Il explique aux policiers qu’il est multimillionnaire, franco-américain, habitant à Winter Park en Floride, promoteur immobilier formé chez Bouygues Immobilier.

Il explique qu’il m’a frappé parce que je suis dangereux et il demande aux policiers de faire en sorte que je sois déclaré comme étant l’agresseur, donc dangereux, afin que je sois interné « pour protéger » sa mère que je serais censé menacer de mort « pour hériter de tout« .

J’apprends que Jérôme Hénin est au commissariat pour porter plainte. J’y suis donc allé porter plainte à mon tour le soir même, fait constater mes plaies et blessures le lendemain 24 avril 2006 aux UMJ parce que le policier, très menaçant, avait refusé de me donner copie de ma plainte.

Ma plainte N° 2006/006272 du 23 avril 2006 de l’UPQ PICPUS ne m’a pas été remise et a été jointe comme simple déposition à celle de mon frère.

À ce jour, j’exige de savoir pourquoi ma plainte n’a toujours pas été traitée ?

Je porte plainte pour faux en écriture publique et association de malfaiteurs contre les policiers :

Commandant de police Jean-Robert Bernard
lieutenant de police Emmanuel Perret
brigadier-chef Frédéric Dugat
gardien de la paix Rachid Amar
lieutenant de police Arnaud Mounier
gardienne de la paix Virginie Crouzy

le Dr Aurengo UMJ 1 place du Parvis Notre-Dame 75181 Hôtel-Dieu Paris cedex 04

Stephane Mezencev fonctionnaire (gardien de la paix), faux témoignage

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/11/0056-rapport-de-police-feuillet-0-sur.html

9 OCTOBRE 2006

La déléguée auprès du procureur de la République Françoise Guyot, Maison de justice et du droit 15/17 rue du Buisson Saint-Louis 75010 Paris (01 53 38 62 81) convoque les 2 parties.

Jérôme Hénin prend l’avion pour venir de Floride la rencontrer le mercredi précédent la médiation.

Lors de la médiation, elle ignore le constat des UMJ, me lit le faux témoignage sans m’en donner copie, me déclare qu’elle fera « un rapport très, très, sévère au procureur« , explique à Jérôme Hénin « ce qu’elle va faire » : me faire subir une expertise psychiatrique pour me faire interner.

Elle connaît des psychiatres pour ce faire.

Je demande copie de son rapport au procureur pour publication et prise en compte dans mon accusation de corruption.

Jérôme Hénin était accompagné lors de cette « médiation » de Me Charles Nataf, 2 rue St Lazare 78000 Versailles (01 39 50 27 23), du barreau de Versailles.

Charles Nataf, vieil ami de Jérôme Hénin, avec qui ils faisaient des affaires, devenu avocat, est coupable d’avoir violé l’article 1er des principes fondamentaux de la déontologie des avocats : « Lorsqu’il a des raisons de suspecter qu’une opération juridique aurait pour objet ou pour résultat la commission d’une infraction, l’avocat doit immédiatement s’efforcer d’en dissuader son client. A défaut d’y parvenir, il doit se retirer du dossier » article 183 du décret du 27 novembre 1991.

Je porte plainte contre Me Charles Nataf et Françoise Guyot pour association de malfaiteurs au service du projet de Jérôme Hénin, à savoir me faire interner.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/06/0010-je-te-ferai-interner-le-moment.html

13 NOVEMBRE 2006
Premier refus arbitraire d’aide juridictionnelle

N° BAJ 2006/037796

Section-division : 1-8

date demande 16/10/2006

Je reçois une décision du bureau d’aide juridictionnelle qui est déclarée irrecevable, rejetée parce que je suis prévenu et que je n’ai pas demandé d’avocat commis d’office.

Or, je suis la victime, c’est à l’ordre des avocats de nommer un avocat commis d’office.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/06/0011-je-te-ferai-interner-le-moment.html

30 JANVIER 2006
Fausse plainte déposée en mon nom par des policiers.

N° d’Affaire 0628470119 au parquet du procureur de la République.

Je reçois un avis de classement sans suite pour une plainte auprès du service S2 FRAUDES ET MOYENS DE PAIEMENT. Signé sans indication du nom du procureur de la République.

Je n’ai jamais déposé de plainte auprès de ce service.

Je demande une enquête pour savoir qui a déposé cette plainte en utilisant mon identité.

Je dépose plainte pour faux et usages de faux en écriture publique et usurpation d’identité contre X.

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/07/0012-de-qui-tu-causes.html

JUILLET 2006 à MAI 2007

Campagne présidentielle au sein de la section PS de PARIS XIIème.

 

 

Je m’inscris à la section du Parti Socialiste du XIIème arrondissement de Paris. Les responsables socialistes étouffent l’affaire. Les élus et candidats de la section, expliquent aux militants qui seraient trop curieux que « c’est une affaire familiale, personnelle » !

J’ai proposé aux élus de la mairie de Paris XIIème, de Paris Hôtel de Ville, les candidats aux municipales et candidate députée Sandrine Mazetier d’opposer l’affaire des fraudeurs de la Gare du Nord (http://www.lemonde.fr/politique/article_interactif/2007/03/29/les-heurts-de-la-gare-du-nord-alimentent-le-debat-electoral_889138_823448.html) à celle des faux en écriture publique des policiers aux ordres du ministre de l’intérieur Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, dont les policiers du XIIème n’ignoraient pas les liens entre leur ministre et Martin Bouygues, dont Sarközy de Nagy-Bocsa avait fait le parrain de son fils Louis Sarközy de Nagy-Bocsa.

Mais tout a été fait dans la section pour étouffer cette affaire, l’ignorer.

Si ce fait avait été porté à la connaissance des français, leur vote n’aurait pas été en faveur d’un ministre criminel corrompu et candidat à la présidence de la République.

Ces élus et candidats ont menti de surcroît au peuple français, ont commis une fraude électorale inédite. Ils ont prouvé que tous ne cherchaient qu’à décrocher une place d’élu, et prouvé aussi que les ploutocrates sont leurs véritables décideurs.

Je porte plainte pour association de malfaiteurs décidée à me faire taire contre :

Michèle  Blumenthal, maire réélue, Conseillère de Paris

Alexis  Corbière, Premier Adjoint à la Maire, Conseiller de Paris. Conseiller d’arrondissement.

Violette Attal-Léfi, Adjointe à la Maire. Conseillère d’arrondissement. Celle-ci m’a également refusé l’accès à son association « Zone de Droit » lorsque j’ai demandé son aide pour préparer ma requête à la CEDH.

Catherine BARATTI-ELBAZ , Adjointe à la Maire, Conseillère d’arrondissement

Nicolas BONNET, Adjoint à la Maire, Conseiller d’arrondissement. Pourtant chargé de la prévention, de la tranquillité publique, celui-ci a ignoré ma lettre lui signalant les nombreuses plaintes ignorées ou refusées par la police du XIIème, mes « passages à tabac » de la part des policiers ou de voyous indicateurs de cette police.

Richard BOUIGUE, Adjoint à la Maire

Pénélope KOMITÈS, Adjoint à la Maire

Lunise MARQUIS, Adjointe à la Maire

Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire

François PELLEGRI, Adjoint à la Maire

Fadila TAÏEB, Adjointe à la Maire

Vanessa THOMAS, Adjointe à la Maire

Laurent TOUZET, Adjoint à la Maire

Sandrine CHARNOZ, Conseillère de Paris. Conseillère d’arrondissement

Raphaël GRECK, Conseiller d’arrondissement

Jean-Pierre GUIS, Conseiller d’arrondissement

Évelyne HONORÉ, Conseillère d’arrondissement

Jean-Louis MISSIKA, Conseiller de Paris.

Christophe NAJDOVSKI, Conseiller de Paris

Nadine REMY, Conseillère d’arrondissement

Christian SAUTTER, Conseiller de Paris. Adjoint au Maire de Paris

Guy TABACCHI, Conseiller d’arrondissement délégué auprès de la Maire du 12e

ce monsieur m’a reçu à la mairie sans tenir compte de mes informations sur la police et les persécutions des services sociaux de la mairie (restaurant Emeraude de la rue de la Brèche aux Loups)

Karen TAÏEB, Conseillère de Paris. Conseillère d’arrondissement

Gérard  TEMPION, Conseiller d’arrondissement

Catherine VIEU-CHARIER, Conseillère de Paris

Valérie MONTANDON (UMP), Conseillère de Paris. Conseillère d’arrondissement

Les élus de l’opposition ont reçu ma lettre recommandée à Christine Lagarde qui était conseillère d’arrondissement en plus de ministre des finances :

http://patricehenin.blogspot.fr/2011/04/operation-nuit-qui-blemit.html

Gérard REY, Conseiller de Paris. Conseiller d’arrondissement.

Exemple de socialiste militant pendant 30 ans, mais qui va chez l’UMP parce que le PS ne lui renouvelle pas son mandat de conseiller. C’est notre Éric Besson local.

Corinne ATLAN-TAPIERO, Conseillère d’arrondissement

Christian ALBENQUE, Conseiller d’arrondissement

Isabelle TAVAUX, Conseillère d’arrondissement

Valérie  MONTANDON, Conseillère de Paris. Conseillère d’arrondissement

 

la responsable de section PS Monique Leblanc et le responsable de la fédération PS de Paris le député-maire (du XIème arrdt de Paris) Patrick Bloche ont été parfaitement informés de mes déboires judiciaires et les ont ignorés, rejoignant ainsi l’association de malfaiteurs.

MARS 2007

candidat conseil de Paris Jean-Louis Missika

Ce monsieur n’appartient pas à un parti, il est vice-président de la maison mère de Free.fr, Illiad. Lorsque pendant la campagne municipale je lui ai parlé de ma coupure inexpliquée d’Internet, téléphone et TV par Free, il m’a répondu en souriant « qu’effectivement, ce n’était pas normal » ! Il est l’exemple même que les entreprises s’offrent des élus ignorés des militants, qui passent inaperçus lors des élections.

Je porte plainte contre Jean-Louis Missika pour complicité de coupure volontaire de ma ligne freebox, pour association de malfaiteurs.

17 AVRIL 2007

Inspection Générale des Services Judiciaires

J’alerte l’inspecteur général des services judiciaires Christian Raysseguier du refus de ma plainte contre Jérôme Hénin et de l’existence d’une plainte que je n’ai jamais déposée, classée sans suite.

Je porte plainte contre cet inspecteur Christian Raysseguier pour association de malfaiteurs destinée à me faire abusivement interner.

23 MAI 2007

Audience 16ème chambre/2 correctionnelle reportée

Me Augustin Kemadjou nommé commis d’office me donne rendez-vous le jour de l’ascension 17 mai 2007, puis, lorsque je l’appelle pour le lui faire remarquer, il me donne un 2ème rendez-vous dans son cabinet le 18 mai 2007. Le bureau est fermé lorsque je m’y présente.

Il ne se présente pas à l’audience du 23 mai 2007.

Le 18 mai, ma mère me propose de prendre son avocat Me Philippe Miro, qui accepte de venir à l’audience pour demander son renvoi puis étudier le dossier. Il produit un certificat médical excusant mon absence.

La juge demande une expertise psychiatrique et renvoie le procès au 7 septembre 2007, note que Me Philippe Miro devient mon défenseur.

La partie adverse savait que le procès serait reporté puisqu’elle ne s’est même pas présentée ni fait représentée.

Après une discussion avec Me Philippe Miro, qui ne me corrige pas sur la date du 7 septembre (en fait le jugement aura lieu le 5 septembre 2007, sans convocation), je le salue et n’aurait jamais de nouvelles de lui. Il ne se présentera pas à l’audience du 5 ni du 7 septembre 2007.

Je porte plainte contre Me Philippe Miro, Me Augustin Kemadjou, Me Charles Nataf, la présidente de la 16ème chambre/2 Mme Anne-Marie BEAUGUION  pour association de malfaiteurs destinée à me faire interner abusivement.

4 JUIN 2007

La psychiatre Marie-Elisabeth Meyer-Buisan me convoque pour une expertise le 15/06/2007.

Je ne m’y rends pas, trop occupé à exécuter des missions pour la campagne législative de Sandrine Mazetier.

15 JUIN 2007

La psychiatre Marie-Elisabeth Meyer-Buisan me convoque à nouveau pour une expertise le 6/7/2007

Je m’y rends, réponds aux questions mais tiens à parler de mon frère, demande à ce qu’il subisse aussi une expertise.

J’étais persuadé à l’issue de l’expertise que j’avais réussi à expliquer à cette psychiatre tous les aspects de l’affaire, la carrière de mon frère comme escroc et trafiquant d’armes, ses raisons pour me faire interner.

Lorsque j’ai lu son rapport 2 ans plus tard, après le jugement en appel le 2 juin 2008, je découvre un tissu de pseudo-arguments qui me déclarent dangereux, « en particulier envers mon frère« .

Je porte plainte contre le Dr Marie-Elisabeth Meyer-Buisan pour association de malfaiteurs destinée à me faire abusivement interner.

5 SEPTEMBRE 2007

Jugement 16ème chambre/2

Le tribunal me condamne sans ma présence provoquée par l’erreur volontaire de date, sans avocat, sur la foi des mensonges et incohérences du rapport policier et du rapport très orienté et partial, en faveur du millionnaire floridien proche de Martin Bouygues.

Le fait que Me Philippe Miro ne se soit pas présenté ni à l’audience du 5, ni du 7 septembre, sans m’informer est à questionner.

Je porte plainte contre la présidente Mme Anne-Marie Beauguion, la vice-procureur Véronique Degermann et la greffière Charlotte Galant pour association de malfaiteurs destinée à me faire abusivement interner.

Je n’ai toujours pas accès aux documents de la plainte de mon frère Jérôme Hénin contre moi, ni au rapport d’expertise que je crois favorable.

7 SEPTEMBRE 2007

Pas de procès, la date indiquée était volontairement fausse

Le 10 septembre 2007, la greffière me dit que j’ai été jugé en mon absence le 5 septembre 2007.

Je fais appel.

25 JUIN 2007

Sandrine Mazetier me propose son amie avocate Béatrice Zareczky Weinberg

Elle continue de m’utiliser comme militant jusqu’à son élection, son directeur de campagne Richard Bouigue, aujourd’hui élu à la mairie du XIIème arrondissement de Paris, me confie des missions de « boitage » en solitaire. J’ai compris un peu tard qu’il ne voulait pas que je parle trop aux autres militants.

Je porte plainte contre Sandrine Mazetier, Richard Bouigue et Me Béatrice Zarecsky-Weinberg pour complicité d’escroquerie et forfaiture, association de malfaiteurs.

20 OCTOBRE 2007

Réunion Désirs d’Avenir au local section PS du XIIème arrdt. Paris

 

 

Cette réunion animée par le sénateur David Assouline, Mme la maire du IVème de Paris Dominique Bertinotti, pour décider du choix (non démocratique) des futurs responsables de désirs d’Avenir, le mouvement politique de Ségolène Royal.

Gérard rey a voulu me faire sortir et menacé d’appeler la force publique. David Assouline m’a demandé de partir, je raconte cette réunion dans l’article http://patricehenin.blogspot.fr/2007/10/0005-la-dmocratie-participative-en.html .

Je porte plainte contre Gérard Rey, maintenant inscrit à l’UMP pour rester conseiller à la mairie du XIIème, la maire Dominique Bertinotti et David Assouline que j’ai rencontrés tous les deux lors de plusieurs meetings de Désirs d’Avenir pour complicité de corruption, de faux en écriture publique et donc association de malfaiteurs.

JUIN 2008 à FEVRIER 2009

Quitte le P.S. pour militer avec Alexis Corbière et Jean-Luc Mélenchon pour créer le Parti de Gauche

Je quitte enfin le PS avant son congrès de Reims et suit Alexis Corbière, élu conseiller de Paris de ma section du PS du XIIème.

Je rencontre 4 fois Jean-Luc Mélenchon et lui confie des documents.

Il ignore totalement ma dénonciation de corruption Jérôme Hénin-Bouygues Immobillier-polices-tribunaux.

Je quitte le parti de gauche que Mélenchon et Alexis Corbière veulent créer un « Front de Gauche » qu’ils appellent eux-mêmes une « construction électorale ».

Je porte plainte contre Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon pour ne pas avoir profité de leur apparition dans les médias et donner mon affaire en exemple de corruption, avec fermetures arbitraires de mes blogs.

26 OCTOBRE 2007

1er rendez-vous pour verser 600€ à Me Béatrice Zareczky Weinberg

À partir du versement d’un acompte en liquide hors TVA de 600€, Me Béatrice Zareczky-Weinberg me pose des lapins et ne s’occupe pas de l’affaire, alors qu’elle disposait de 8 mois avant l’appel.

Je porte plainte contre la députée Sandrine Mazetier et Me Béatrice Zareczky-Weinberg pour association de malfaiteurs destinée à me faire abusivement interner.

11 DÉCEMBRE 2007 au 28 FÉVRIER 2008

Free.fr me coupe ma ligne « triple-play », les techniciens se déplacent 3 fois, la première fois le 11 décembre 2007, puis le 16 février 2008, enfin le 28 février 2008 où finalement les techniciens m’accusent « d’avoir interverti les fils de branchement de mon boitier FreeBox » !

http://patricehenin.blogspot.fr/2009/07/free-dans-le-box-des-accuses.html

Je porte plainte contre X, les 3 techniciens de Free.fr assistance, qui ont fait semblant d’intervenir les 11 décembre 2007, 14 janvier 2008 et 28 février 2008 aonsi que contre Xavier Niels.

JUILLET 2007 à NOVEMBRE 2008

Attaques sur mon système informatique à domicile : de mai à juillet 2007, réception de messages sans textes mais avec pièces jointes avec virus au format PDF.

En août 2007, destruction à distance de mon système d’exploitation Windows XP.

J’installe alors le système d’exploitation Ubuntu qui me permet de continuer à « bloguer » et décrire mes aventures avec un blog hébergé chez blogspirit.com

 

 

Le 9 juillet 2007, je m’aperçois que les statistiques de mon blog chez blogspirit.com contiennent des informations à caractère pédophiles :

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/08/0003-freebox-off-ok-on-dconne.html

et :

http://patricehenin.blogspot.fr/2007/11/0001-comment-prouver-quun-blog-est.html

et :

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/11/0052-serait-il-interdit-dinterdire.html

et :

http://patricehenin.blogspot.fr/2008/02/0002-message-pour-betapolitique.html

Le 3 juin 2008, tous mes sites Internet sont fermés : blogspirit.com, xooit.com puis over-blog.com en mars 2009.

Je porte plainte pour association de malfaiteurs avec complicité de crimes commis par les personnes déjà nommées précédemment comme faisant partie de cette association qui cherche à me faire interner pour me faire taire et m’empêcher de divulguer dans l’Internet tous les faits cités dans cette plainte :

M. Xavier Niels de Free.fr, Philippe Pinault de blogspirit.com,

3 rue Danton – 92240 Malakoff – France +33 (0)9 70 19 90 00

la société xooit.com France,

XOOIT SARL

2, Rue de Tournon

75006 Paris

France

RCS Paris 513 363 226

 

la société over-blog.com France,

OverBlog SAS

1 Avenue Jean Rieux

31500 Toulouse

Téléphone de contact : +33 1 70 94 54 04

SIRET 480 170 240 00034

TVA FR10480170240

pour avoir violé les articles de la constitution, en particulier les articles fondamentaux des droits de l’homme (article XI de 1789) et l’Article 121-7 pour complicité.

2 JUIN 2008
Quelques jours avant l’audience en appel prévue pour le 2 juin 2008, cette avocate Béatrice Zareczky-Weinberg me donne rendez-vous dans de nouveaux locaux pour essayer de me faire payer les 600€ plus TVA. Je lui demande de rédiger ses conclusions d’abord, ce qu’elle refuse.

Le jour de l’audience, 30 minutes avant l’audience, elle m’appelle sur mon portable pour m’annoncer qu’elle ne viendra pas à l’audience « … vu ce que vous m’avez dit…  »

J’accepte d’être jugé sans avocat parce que je croyais encore à l’existence d’une justice impartiale et libre en 2008.

Il me paraissait évident que Jérôme Hénin était l’agresseur, que le déroulement du procès était irrégulier (fausse date de procès, pas d’avocats).

Je porte plainte pour association de malfaiteurs ayant pour but de me faire interner, contre la présidente de la 10ème chambre d’appel section A, Mme Morat, les conseillers Mr Franchi, Mme Schoonwater, le greffier Mr Fenogli, l’avocat général du ministère public Mme Vichnievsky, Me Catherine de Froidcourt avocate de la partie adverse qui a fait constater les révélations et accusations contenues dans mon blog.

Je porte plainte contre l’huissier Me Pascal Robert qui a considéré que ces accusations étaient des preuves de diffamation, alors qu’il a pris connaissance des faits.

Je rappelle que malgré mes explications, la lecture de mon blog, ces personnages ont confirmé les condamnations à 3 obligations délirantes, en plus des 6 mois de prison avec sursis :

– obligation de trouver un travail, alors que je suis déclaré inapte au travail par la COTOREP depuis avril 2001

– obligation de trouver un logement fixe, alors que je loue mon studio depuis mars 1981

– obligation de suivre un traitement psychiatrique avec hospitalisation forcée si nécessaire, ce qui est exactement l’ordre donné par Jérôme Hénin aux autorités de notre pays des droits de l’homme.

Sans commentaires.

SEPTEMBRE 2008 au 2 DÉCEMBRE 2008

Association « Zone de droit » créée par la conseillère du XIIème arrondissement Violette Attal-Léfi

Cette Conseillère de Paris du PS refuse de m’aider à préparer ma requête à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, alors que son assoiation « Zone de droit » est une aide juridique gratuite créée pour cela.

Elle annule les rendez-vous pris par son amie avocate, me retourne ma lettre recommandée sans l’ouvrir, et demande à son amie avocate Me Isabelle de Taddeo.

Je rédige l’article « Zone de droit » dans mon blog chez over-blog.com, en y publiant le contenu de la lettre retournée non ouverte. Me Isabelle de Taddeo demande à over-blog.com France de faire retirer son nom dans cet article, ce que je fais.

Cette avocate a donc pris connaissance du contenu de  la lettre retournée.

Je porte plainte contre Isabelle de Taddeo et Violette Attal-Léfi pour discrimination et association de malfaiteurs.

3 JUIN 2008 au 3 FÉVRIER 2009

Cassation rejetée

La demande d’aide juridictionnelle a provoqué de plusieurs demandes aberrantes et réitérées de justificatifs, le 27 juin 2008, le 4 août 2008 et finalement rejet de l’aide juridictionnelle à laquelle j’ai droit, mais rejetée parce qu’il n’existe « aucun moyen sérieux » de cassation.

Ceci pour gagner du temps contre les délais de remise de pourvoi.

J’ai donc rédigé un pourvoi sans aide juridique.

 

C’est-à-dire que la décision de rejet du pourvoi précède l’obtention d’un avocat qui aurait rédigé le pourvoi, ce qui est une forfaiture.

En sont responsables le secrétaire du bureau d’aide juridictionnelle B. Mach, le président J. Beyer, le greffier L. Houdin, le magistrat délégué B. Le Corroller, le greffier en chef D. Giton contre qui je porte plainte pour association de malfaiteurs.

29 AVRIL 2008 à 19 MAI 2008

Huissier Me Mayeul ROBERT constate l’existence du blog patricehenin.blogspirit.com

Sur demande de mon frère Jérôme Hénin, Me Mayeul ROBERT, 16 rue Vignon 75009 Paris, fait un constat orienté pour transformer mes révélations sur la carrière de Jérôme Hénin en diffamation, au lieu de prévenir les autorités.

Il attaque la société blogspirit.com France qui héberge mes articles.

Me Catherine de Froidcourt porte plainte au nom de Jérôme Hénin ET Catherine Henin-Clark, ma sœur devenue américaine et qui vit aussi en Floride.

Or, ma sœur n’a jamais demandé à cette avocate de porter plainte contre moi.

Actuellement, elle veut se réinscrire au barreau de Paris depuis septembre 2011, sa réinscription est bloquée parce qu’aucun avocat ne veut ou ne peut accepter la domiciliation de son courrier juridique, très certainement par pression du bâtonnier.

Je porte plainte contre Me Mayeul ROBERT et Pascal ROBERT pour association de malfaiteurs, complicité des crimes commis par Jérôme Hénin lors de sa carrière chez Bouygues Immobilier.

7 JUIN 2008

Visite à l’ambassade de la république Populaire de Chine

Je rends visite au 1er secrétaire de l’ambassade Chine, lui pose des questions sur la coruption en Chine et lui explique, en lui montrant le rapport de police du 23 avril 2006, la condamnation en appel du 2 juin 2008 et la fermeture de mon blog http://patricehenin.blogspirit.com. Je lui propose d’expliquer aux médias français que les droits de l’homme laissent à désirer en France lorsque la collusion Nicolas Sarközy – Martin Bouygues est étouffée par la police, la justice, les partis politiques comme le PS et les principaux médias que j’ai contacté.

Il me demande s’il peut conserver le rapport et le jugement. Comme il s’agissait des originaux, je lui promet de lui envoyer toutes les copies par courrier ainsi que les clefs d’accès au blog encore accessibles par mot de passe. Je lui demande et obtient une preuve de ma visite à l’ambassade, qu’il me fournit.

Curieusement, il me dit lorsque le quitte « nous sommes un cinquième de l’humanité ».

Nicolas Sarkôzy de Nagy-Bocsa avait tonitrué en ponctuant ses paroles de tics d’épaules qu’il ne se rendrait pas aux J.O. de Pékin si le gouvernement chinois n’accédais pas à la demande du Dalaï-Lama d’être reçu à Pékin.

Il a été finalement le premier président de la République française à se rendre à la cérémonie d’ouverture de ces jeux olympiques. Le secrétariat d’état des droits de l’homme a été dissous en quelques mois.

Le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner prétend en décembre 2008 que « les droits de l’homme, c’est une erreur ! » (http://www.liberation.fr/monde/2008/12/10/kouchner-le-secretariat-d-etat-aux-droits-de-l-homme-une-erreur_295192 )

Xavier Bertrand se rend à Pékin le 22 octobre 2009 pour signer une alliance historique entre le parti UMP et le PCC chinois ! (http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-10-27/un-accord-entre-l-ump-et-le-pc-chinois-met-en-colere-les-deputes/917/0/389521 )

L’association de malfaiteurs formée pour me nuire et cacher les opérations de corruption dont j’ai eu connaissance concernent Martin Bouygues, dont Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa se vante d’être un ami proche, au point de l’avoir choisi comme parrain de son fils Louis Sarközy.

Je l’ai bien expliqué à monsieur Liu, 1er secrétaire de l’ambassade chinoise.

Je porte plainte contre Bernard Kouchner, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa pour haute trahison, en rapport avec l’association de malfaiteurs destinée à me nuire.

7 MAI 2008 au 30 AVRIL 2010

1er Procès en diffamation

Me Catherine Froidcourt me remet lors de l’audience en appel du 2 juin 2008 cette nouvelle plainte en diffamation de Jérôme Hénin, initialement adressée à l’avocate Béatrice Zareczky Weinberg, qui en a donc connaissance, en tant qu’avocate « socialiste ».

La juge d’instruction Nadine Berthelemy-Dupuy me convoque pour le 15 mai 2009 au TGI de paris pour mise en examen, N° de parquet 08128230119 N° d’instruction 2266/08/84.

Elle essaie de monter un piège de non-comparution, lorsque j’arrive à l’heure, le gendarme de faction en face de son bureau porte 79 m’ordonne d’attendre une heure à un endroit très éloigné.

Je refuse d’attendre plus de 10 minutes, le gendarme s’énerve :

– vous voulez jouer au con ?

– l’heure du rendez-vous est passée, prévenez-la

C’est publié dans l’article http://patricehenin.blogspot.fr/2009/05/0065-de-palais-en-quai-en-mai-fri-15.html

La greffière sort et me dit que je n’ai pas renvoyé la demande d’avocat. Je lui réponds que je l’ai renvoyée en LRAR.

Peu de temps après, un avocat de passage est « embauché » et me dit que je vais être reçu.

Lors de son interrogation, la juge d’instruction se contente de répéter la plainte, les mots incriminés. L’avocat Me Colin MAURICE ne pipe mot.

Le 30 juin 2010, l’affaire donne un non-lieu par prescription du délai.

Je porte plainte contre la juge d’instruction Nadine Berthelemy-Dupuy, sa greffière X et le gendarme de faction ce 15 mai 2009 à 15H devant la porte du juge pour tentative d’organisation d’une fausse non-comparution, association de malfaiteurs.

21 JUIN 2008

Journée porte ouverte chez Médiapart – François Bonnet

Je rencontre François Bonnet et lui donne quelques documents sur mes aventures policières, judiciaires, fermeture de mon blog, visite à l’ambassade de Chine, la carrière de mon frère et ses liens avec Bouygues Immobilier.

Aucune réaction médiatique, l’affaire est étouffée.

Je porte plainte contre François Bonnet et Médiapart pour complicité de corruption et association de malfaiteurs destinée à me nuire.

28 JUIN 2008

Henri Emmanuelli – Benoît Hamon

Lors d’un meeting à l’amphi Richelieu de La Sorbonne, aidé d’un militant de ma section Emmnuel Loko, je rencontre Henri Emmanuelli, Benoit Hamon et leur donne des documents sur mes aventures policières, judiciaires, fermeture de mon blog, visite à l’ambassade de Chine, la carrière de mon frère et ses liens avec Bouygues Immobilier.

Je porte plainte contre Henri Emmanueli et Benoît Hamon pour complicité de corruption en étouffant mes persécutions et association de malfaiteurs.

7 JUILLET 2008

Diner avec Mélenchon + 300 militants gauche du PS

Au restaurant chinois 46 rue de Belleville 75011 Paris, Jean-Luc Mélenchon organise une rencontre-diner avec 300 militants des différentes motions du PS. Je lui remets des documents sur mes aventures policières, judiciaires, fermeture de mon blog, visite à l’ambassade de Chine, la carrière de mon frère et ses liens avec Bouygues Immobilier. Il les enfouie dans sa sacoche. Pas de nouvelles.

J’ai assisté à un meeting de Mélenchon (20 septembre 2008) avec Alexis Corbière, élu PS de la mairie du XIIème, dissident qui participera à la création du Parti de Gauche et que je décide de suivre. Après avoir parlé à Mélenchon de la fermeture de mon blog, il me dit qu’il me verra à la fin du meeting mais alors que j’attends que Mélenchon finisse de dédicacer ses livres je suis expulsé manu militari par le service d’ordre « parce que le meeting est terminé », sous les yeux de Mélenchon.

J’ai milité pour la création du Parti de Gauche avec les caciques comme Danièle Simonnet, Alexis Corbière dans la section PG du XIIème arrondissement

Je porte plainte contre Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon, Danielle Simmonet pour complicité de corruption en étouffant mes persécutions et association de malfaiteurs.

24 MARS 2009 et 20 AVRIL 2009

Menace de mort plainte contre X

Le 24 mars à 23H05, la veille de ma convocation pour remise de plainte en diffamation de mon frère Jérôme Hénin, rédigée par Me Catherine de Froidcourt, je reçois un coup de fil

– Patrice ?

-oui

– tu ne reconnais pas ma voix ?

– euh, non

– Patrice, t’es mort

– non, je suis en train de téléphoner

– Patrice t’es mort

Le combiné affiche le nom tronqué Véronique LEB.. (cela pourrait être LEBorgne, LEBrun, etc.)

Le 20 avril 2009, je dépose plainte pour menace de mort.

La gardienne de la paix Ingrid Kafelik recueille ma plainte dans une ambiance d’intimidation, cherche à me dissuader de déposer cette plainte.

On ne me dit pas si une Véronique LEB… possède bien ce numéro 01 42 62 83 58 et si elle est impliquée, la plainte sera classée sans suite, l’auteur n’étant pas identifié.

Je porte plainte contre la gardienne Ingrid Kafelik pour non-exécution des recherches, pourtant évidentes.

Je porte plainte à nouveau contre X pour menace de mort avec demande d’identification et questionnement de cette personne avec ce numéro.

23 JUIN 2009 au 30 JUIN 2009

Agressions au restaurant Émeraude rue Brèche aux Loups

Idriss Kamal, Michael Paris, Micheline X, Marie-Christine Mani

Je subis, ainsi que les autres convives de ma table, comme M. Jean Anicet (74 ans, cardiaque), des agressions verbales à la table que j’occupe depuis 2003, des crachats de la part de M. Idriss Kamal qui se prétend employé dans un laboratoire de police.

Le personnel d’abord choqué se met ensuite, vraiment curieusement, par m’accuser, les jours et agressions suivantes, d’être le « provocateur » !

J’écris au Centre Social de la Ville de Paris du XIIème, Mme Christine Fouet, pour m’en plaindre et faire cesser ces étonnantes agressions.

M. Michael Paris me répond que c’est de ma faute !

Je porte plainte contre Michael Paris, Idriss Kamal, Micheline X (serveuse en chef), Marie-Christine Mani (responsable du restaurant, nom écrit de façon phonétique) pour faits ou complicité de violences physiques (crachats), association de malfaiteurs ayant pour but de me nuire et me faire taire sur les exactions des élus du PS qui ont ignorés mes convictions anti-corruption.

http://patricehenin.blogspot.fr/2010/05/restauration-collaborative-sauce-vichy.html

17 JUILLET 2009

Prélèvement ADN agent Jennifer Gougoueff

Puisque condamné, je suis convoqué le 17 juillet 2009 à la direction de la police judiciaire antenne Villette 1 avenue de la porte de la Villette 75019 Paris par l’agent de police judiciaire

Jennifer Gougoueff.

N’étant pas coupable, je demande l’effacement de mon profil génétique.

J’ai découvert à cette occasion, par des recherches Internet, que ce fichage ADN est une manne pour les laboratoires privés, vu le nombre de fichages qui ne peuvent être réalisés par les laboratoires de l’état.

Ce fichage est une extorsion de fonds publics à grande échelle, environ 70€ par sujet.

4 AOÛT 2009 au 29 OCTOBRE 2009

Rendez-Vous Guy Tabacchi mairie XIIème

La mairie me reçoit le jeudi 29 octobre 2009, j’expose mes griefs contre le restaurant de la Brèche aux Loups, rappelle mes dénonciations de militant et réclame à nouveau qu’une enquête soit menée au sujet du commissariat du 80 avenue Daumesnil 75012 Paris.

Mr Guy Tabacchi sourit en notant son rapport qui restera lettre morte, ne sera pas pris en compte par la maire Michèle Blumenthal.

Je porte plainte contre Guy Tabacchi et Michèle Blumenthal pour association de malfaiteurs, complicité des crimes et délits commis par le personnel du restaurant Émeraude de la Brèche aux Loups et le personnel du CSVP.

12 NOVEMBRE 2009

Frais de justice 278€

Je reçois une mise en demeure de payer 278€ de frais de justice.

Je demande le remboursement de cette somme, qui en attendant peut être utilisée comme caution de la consignation pour cette plainte.

FÉVRIER 2010 à MAI 2010
Suppression de l’Allocation Logement résolue après 4 mois de non-paiement et les conséquences bancaires, avance de 4 mois de trésorerie au bailleur Sageco-Efidis.

La CAF arrête le paiement de mon Allocation Logement de février à mai 2010 inclus, sans  tenir compte de mes réclamations mensuelles à leur guichets du 101 rue Nationale 75013 Paris (adresse postale : Caf de Paris, BP 336, 75625 Paris cedex 13).

Chaque mois, on me dit que cela doit être régularisé le mois suivant.

J’écris à la ministre des affaires sociales Roselyne Bachelot qui attend que cela soit régularisé fin mai 2010 pour me répondre.

Mon compte est devenu débiteur en mars 2010, le directeur de mon agence bancaire M. Jean Daadi  me facture des frais d’impayés puis retire ma « carte bleue » de crédit et son découvert autorisé de 500e par mois.

Je n’ai pu rester dans mon studio en payant les loyers que grâce à l’aide financière de ma mère Renée Hénin.

Le responsable de mon agence LCL M. Jean Daadi m’a restitué ma carte bancaire après avoir compris que je n’étais pas responsable de ma situation débitrice, mais bien la CAF.

La mairie a bien sûr refusé une aide exceptionnelle pour que je puise me maintenir dans le studio que je loue depuis le 20 mars 1981.

Quant au bailleur HLM Sagéco-Efidis, qui a racheté l’immeuble à Icade le 1er janvier 2010, il se retrouve avec une avance de trésorerie de 1180,44€, pendant que j’étais sur le point d’être incapable de payer mes loyers et factures.

Il s’est contenté de déduire cette avance de trésorerie sur mes futurs loyers.

Je réclame le calcul des intérêts et leur remboursement.

Je porte plainte pour association de malfaiteurs contre les employés et responsables de la CAF et du bailleur HLM Sagéco-Efidis:

M. N. Rousseau, responsable de centre CAF, qui m signale que Icade ne connaît pas mon adresse (?!)

– M. Franck Charvet, responsable territorial Sagéco-Efidis

– Mme Sophie Hermann, Sagéco-Efidis

– l’ancienne ministre Roselyne Bachelot
– Mme Sandra Fanon
, technicien-conseil de la CAF qui me réclame la quittance de moyer de juillet 2009 (?!)

– M. Fredéric Marinacce, directeur des politiques familiales et sociales de la CAF

– Mme Nadège Le Duin Bigot, qui me réclame le montant du loyer + charges le 18 juin 2010 alors que les versements sont censés être repris comme indiqué par la ministre Roselyne Bachelot.

4 MAI 2010 au 21 MARS 2011

2ème série d’agressions au restaurant Émeraude, expulsion arbitraire, réintégration, expulsion

Un indicateur Jean-Marie X (avec carte d’indicateur), bras tatoués, organise des scènes de crachats, provocations à me battre « dehors », avec les encouragements, vociférations de la serveuse en chef Micheline X, au restaurant de la Brèche aux Loups 75012 Paris.

Je ne cède pas aux provocations.

Le 4 mai 2010, la responsable Christine Fouet m’expulse du restaurant en prétendant que j’aurais distribué un tract non décrit. C’est faux et complètement arbitraire.

Le 17 mai 2010 un de mes voisins, Jérôme Dufaur, ancien militant communiste de ces élus, écrit à la mairie et demande pourquoi je suis expulsé.

Le 16 juillet 2010 la maire Michèle Blumenthal lui répond qu’après s’être renseignée, il apparaît que je ne suis pas expulsé.

Le 26 juillet 2010, la responsable de la section du centre d’action sociale de la ville de Paris, Christine Fouet, me réintègre.

Le 26 juillet 2010, muni d’une copie de la lettre de la maire, je me rends au restaurant Émeraude mais je suis expulsé par deux policiers municipaux appelés et accompagnés par le responsable économique du service social, Thierry Lefèbvre. Les 2 policiers se moquent de la lettre de la maire et m’expulsent manu militari.

Le 28 juillet 2010, Mr Jérôme Dufaur, révolté, écrit de nouveau à la maire pour lui signaler cet incident.

Le 24 août 2010, je fais appel par lettres à la médiatrice de la ville de Paris Claire Brisset, le maire de Paris Bertrand Delanoë

Le 21 mars 2011, Christine Fouet m’expulse à nouveau parce que je refuse d’être servi par la serveuse en chef que je soupçonne de cracher dans mes assiettes, pratique que j’ai découvert en travaillant en restauration. On m’avait signalé ce fait à son sujet.

Je porte plainte pour violences (crachats), discrimination, association de malfaiteurs, abus d’autorité,  contre :

– les 2 policiers municipaux du 26 juillet 2010 à 13H00

– Jean-Marie X

– Thierry Lefèbvre, responsable économique du service social

– Micheline X, serveuse en chef

– Claire Brisset, médiatrice de la ville de Paris

17 MAI 2010 au 20 JANVIER 2011

Convocation et exécution des 3 obligations au SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) 12-14 rue Charles Fourier 75648 Paris cedex 13.

Je suis convoqué par la Juge des Libertés et des Peines Catherine Barès pour exécuter mes 3 obligations. J’explique à cette juge que le procès est inique, sans avocats, que seul mon frère est coupable, qu’elle se rend coupable d’agir dans les intérêts de criminels œuvrant au Palais de Justice de Paris.

Elle se contente de me convoquer tous les mois pendant 2 ans, une fois par mois, se rendant ainsi complice des crimes précédents.

Elle confie mon suivi à l’assistante sociale Laurence Peyrat du SPIP.

Je suis convoqué et me rends avec difficultés (essoufflements lors de la marche, escaliers du métro) les 28 mai 2009, 10 août 2009, 16 septembre 2009, 20 octobre 2009, 9 décembre 2009, 12 janvier 2010, 11 février 2010, 19 avril 2010.

Lassé de cette comédie exténuante, je décide de ne plus me rendre à ces convocations. Madame Laurence Peyrat a parfaitement compris mon affaire mais ne peut rien faire.

Je lui demande à rencontrer à nouveau la juge Catherine Barés.

La juge Catherine Barés me convoque à nouveau le 17 mai 2010. Elle transmet la convocation  à la police le 14 juin 2010.

Conscient de mes difficultés à me déplacer, le brigadier-chef Patrick Colombet se rend chez moi pour m’apporter la convocation, qui est pour le 23 juin 2010.

Ce 23 juin 2010, elle finit par rédiger sans me censurer le rapport suivant :

« Le 23 juin 2010 à Paris, nous Catherine Barés, vice-présidente chargée de l’application des peines au Tribunal de Grande Instance de Paris,

vu les articles 132-44 à 132-51 du code pénal, attestons avoir reçu ce jour Patrice Hénin.

Condamné le 2 juin 2008 par la cour d’appel de Paris à la peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve pendnat 2 ans pour des faits de violence avec arme ou menace d’une arme sans incapacité le 23/4/2006 :

Patrice Hénin :

J’ai fait l’objet d’une condamnation injuste, ignoble, indicible. J’en parle dans mon blog. Tout est expliqué sur Internet. Je n’ai jamais eu d’avocat. Je réside toujours à la même adresse. La convocation pour le 17 mai 2010 ne me concerne pas, votre système judiciaire est complètement pourri. Je n’ai pas à répondre à une condamnation prononcée sans avocat. Je n’ai pas besoin de soins, je ne veux pas en entendre parler. Je raconte vos salades dans mon blog. Mon frère arive à faire suspendre le blog mais il est rétabli aussitôt. Il veut me faire interner pour faire sa captation d’héritage. Je continuerai mon combat jusqu’à mon dernier souffle. J’ai besoin de soins en pneumologie et neurologie. La condamnation a été prononcée en mon absence. La psychiatre est une criminelle qui doit être internée au plus tôt. Il y sept violations des droits de l’homme à mon encontre. A la relecture, je préfère remplacer le mot « salades » par « persécutions ».

Lecture faite, l’intéressé signe avec nous.

Les convocations par Laurence Peyrat reprennent, les 26 mai 2010, 24 juin 2010, 20 juillet 2010, 22 septembre 2010, 8 octobre 2010, 17 décembre 2010, dernière convocation le 20 janvier 2011.

Je porte plainte contre Me Catherine Barés pour association de malfaiteurs, malgré son manque d’empressement à me faire interner, ce qui m’a permis de poursuivre mon combat, mais seul.

Je rappelle au juge d’instruction que l’article 450-2 du code pénal permet d’éviter des poursuites, d’obtenir des informations sur la constitution de cette association. Savoir pourquoi elle n’a pu intervenir me sera très utile lorsque mon mouvement aura pris le pouvoir.

27 MAI 2009

Lettre au président de la République Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa

Je résume au président de la république l’affaire du procès de la 16ème chambre correctionnelle et de la 10ème chambre d’appel, ma visite à l’ambassade la République Populaire de Chine et je l’accuse de corruption, l’inclus dans l’association de malfaiteurs formée pour me faire taire en m’internant en psychiatrie.

Le citoyen Nicolas Sarközy se plait à rappeler qu’il est très lié à Martin Bouygues qu’il a choisi pour être le parrain de son fils Louis.

Cette lettre est restée sans réponse, ainsi qu’une deuxième, la même, mais envoyée cette fois-ci en LRAR.

Ces deux lettres sont restées sans réponses et donc sans effets pour ma réhabilitation, aucune enquête sur l’état de la justice et de la police pour mon cas.

J’accuse Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa de corruption, haute trahison et manquement à ses devoirs les plus élémentaires en tant que président d’une République démocratique censée appliquer l’état de droit.

9 FÉVRIER 2010 à NOVEMBRE 2011

Me Louis Boré, Cl Gilles Castel, pension d’invalide de guerre piégée

Le 9 février 2010, le colonel Gilles Castel du Secrétariat Général de l’Administration du ministère de la Défense écrit à la veuve de feu le commandant Gilbert Hénin pour lui annoncer que la SGA est condamnée à rembourser les 3 000€ de frais d’avocat aux ayants droits du Cdt Gilbert Hénin.

Ces 3 000€ avaient été versés au docteur en droit Me Louis Boré par la veuve Renée Hénin pour porter l’affaire en conseil d’état.

Pourquoi LES ayants droits ?

Ce colonel et sa secrétaire lui demandent, ainsi qu’aux 3 enfants considérés à tort comme des ayants droits, de signer un porte-fort.

Mme Renée Hénin est seule ayant droit de la succession de Mr Gilbert Hénin, ce qui est confirmé par la chambre des notaires de Paris.

Si elle avait signé un tel document, elle aurait signé son irresponsabilité, puisqu’elle est seule ayant droit.

Je le signale par téléphone au colonel Gilles Castel, il me raccroche au nez dès qu’il comprend que je refuse de signer la partie du porte-fort qui me concerne, document qui autoriserait ma mère à toucher cette somme alors qu’elle lui revient de plein droit.

Il me renvoie sans l’ouvrir ma lettre recommandée, ce qui prouve son refus d’admettre l’erreur, qui est donc bien un piège.

Lorsque j’en parle à Me Louis Boré, il me dit que c’est Mme Renée Hénin qui lui a indiqué les autres ayants droits. Elle m’a confirmé que Me Louis Boré lui avait demandé les adresses de ses enfants, sans préciser pourquoi faire.

Il a donc lui aussi tenté de la faire passer pour une irresponsable, lui qui a rajouté la liste des enfants pour monter ce piège.

Puis, le harcèlement a changé de refrain. Lorsque ma mère réclamait les paiements, ces merveilleux personnages à épaulettes ou robes noires lui affirmaient qu’il s’agissait d’une erreur administrative sans conséquences, que le paiement était bloqué parce que je refusais de signer mon autorisation de porte-fort.

Quant au notaire Jean-Pierre Brulon, il prétend qu’il n’est pas concerné, que tout est de ma faute.

Il est à noter que le colonel ne m’a jamais envoyé le document porte-fort me concernant.

Le cours de mes activités politiques m’a conduit au poste de délégué de la 8ème circonscription de Paris pour représenter le mouvement politique de Nicolas Dupont-Aignan (2010).

J’ai informé ce politicien député-maire « gaulliste » de cette affaire de refus de paiement d’une pension due à la veuve d’un parachutiste formé aux Forces les Françaises Libres, qui avait rejoint le général de gaulle en juin 1943.

Au cours de réunion et par courriels, interventions dans un site Internet « Le café de la République », MM. Jean-Paul Bigot m’a exclu de ce site pour avoir évoqué mon affaire et son rejet par Nicolas Dupont-Aignan, participant ainsi à l’omerta, étant ainsi complice actif.

Le député-maire Nicolas Dupont-Aignan a confié ma demande d’intervention à sa secrétaire parlementaire Catherine Dakad qui n’a finalement pas reconnu la validité du dossier.

J’ai envoyé des lettres recommandées au ministre Hervé Morin,

Je porte plainte pour association de malfaiteurs à but de captation d’héritage contre :

– le notaire Jean-Pierre Brulon

Me Louis Boré

le colonel Gilles Castel

sa secrétaire Mme Chambaud

– l’ancien ministre Hervé Morin

M. Laurent Teisseire du ministère de la Défense (informé par LRAR).

M. Jean-Paul Bigot de DLR

Mme Catherine Dakad de DLR

Nicolas Dupont-Aignan

9 NOVEMBRE 2010

Rendez-Vous pris avec le médiateur de la République Georges Vergés

Après avoir successivement consulté, par visites, courrier ou téléphone les personnes suivantes : Mr Cédric Lecomte-Swetchine (3 bd de Sébastopol 75001 Paris 01 55 34 95 95), madame Sonia Kelaifia permanence juridique de la mairie de Paris XIIème (qui n’a pu m’aider faute de moyens), madame Christine Petit également de cette même aide mais qui refuse de me recevoir après avoir entendu parler de mes dossiers, madame Françoise Houël médiateur de la République du 50 avenue Daumesnil 75012 Paris (01 49 28 41 44), qui se déclare incompétente, madame Claire Brisset médiatrice de la ville de Paris 32 quai des Célestins 75196 Paris RP, enfin monsieur Jean-Paul Delevoye qui après plusieurs visites me répond qu’après étude de ma demande il demande à son délégué Georges Vergés de me recevoir le 9 novembre 2010 dans le bureau de Sylvie Lekain 6 rue Bardinet 75014.

9 novembre 2010 :

Je soumets à Mr Georges Vergés pendant une heure tous les éléments concernant la condamnation pour violences physiques du 23 avril 2006, la personnalité et « métier » de Mr Jérôme Hénin, le refus de payer une pension d’invalide de guerre à ma mère tant qu’elle ne signe pas un curieux porte-fort, les agressions au restaurant Émeraude de la rue de la Brèche aux Loups, la suspension pendant 4 mois de mon allocation logement et ses conséquences désastreuses financières.

Il me promet d’obtenir le déblocage des 3 000€ de frais d’avocat payés par ma mère et téléphone aussitôt à Mme Chambaud, la secrétaire du Cl Gilles Castel qui lui répond. Monsieur Georges Vergés m’annonce que ma mère recevra son argent dans les 24 heures.

Quant aux problèmes du restaurant Emeraude, il rit beaucoup en se tortillant sur sa chaise en comparant la lettre d’éviction de Christine Fouet et celle de la maire Michèle Blumenthal qui nie cette éviction : « vous avez fait fort en les mettant en recto-verso ! »

Finalement, rien n’est fait et ne sera réglé, les persécutions peuvent continuer, aucune demande de médiations n’est envoyée ni à la mairie ni au ministère de la défense.

Je porte plainte contre monsieur Georges Vergés pour association de malfaiteurs.

25 NOVEMBRE 2010

main courante du policier François Hoffmann

Rendez-Vous pris à 10H00 au commissariat du 22 Rue Aubrac 75012 Paris (01 53 02 07 10) pour établir une main courante le 25 novembre 2010, pour signaler les crachats reçus au restaurant Émeraude le 17 novembre 2010, de la part de Jérémie X Ce Jérémie X se vante lui-même auprès des usagers d’être un auxiliaire de la police avec carte.

Le policier qui m’avait donné rendez-vous s’applique à taper mon récit au clavier, mais à la fin, lorsque je demande la copie de la main courante, il me dit que tout est enregistré, qu’une copie est inutile. J’ai compris qu’il était inutile d’insister.

Je porte plainte contre le policier François Hoffmann pour faux et pour avoir rejoint ainsi l’association de malfaiteurs.

4 MAI 2011
LRAR au Dr Lionel Cohen

J’écris le 4 mai 2011 au Dr Lionel Cohen, le remplaçant de mon médecin traitant (Dr Pascal Nébot) pour qu’il vienne donner des éléments lors de l’audience du 12 mai 2011 de le 23ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, chambre qui veut absolument trouver un moyen de me faire arbitrairement interner en psychiatrie .

En effet, je me suis aperçu qu’en juin 2010, il avait indiqué de façon frauduleuse et diffamatoire dans mes antécédents médicaux que j’étais « logorrhéique, passage du coq à l’âne, délire de persécution, TS (= tentative de suicide) », toutes choses inventées mais maintenant incluse à vie dans mes antécédents médicaux.

Par ailleurs, le docteur Pascal Nébot a écrit à la caisse nationale à l’occasion d’un renouvellement de mon ALD (allocation longue durée à 100% de remboursement) de la sécurité sociale que j’étais « atteint de trouble grave de la personnalité  avec psychose chronique rendant le suivi, refusé par le patient,  impossible. BPCO mais EFR (Examen Respiratoire Fonctionnel) impossible à récupérer à cause tabac + cannabis ».

Je connaissais les dénis de justice, pas encore les dénis de médecine. Le Dr Lionel Cohen reprends les mots de la psychiatre Marie-Élisabeth Meyer-Buisan (logorrhéique, coq à l’âne…).

Le résultat est double : justifier un internement psychiatrique et suppression du tiers payant pour m’appauvrir, un autre outil pour me détruire.

La Sécurité sociale annule donc les remboursements à 100% dès le 8 décembre 2011. Ceux-ci seront rétablis grâce à une lettre d’une sommité en pneumologie, le professeur Bertrand Dautzenberg qui n’hésite pas à affirmer que cette situation de non remboursement de mes couteux soins ne mette ma vie en péril.

2 DÉCEMBRE 2011 à aujourd’hui

La CAF me réclame un trop perçu de 4 570,44€ indu

Je suis reçu le 9 novembre 2011 à 13H53 par M. A. Tourdes pour faire le point sur ma situation, connaître le montant de mon Allocation logement pour 201, savoir pourquoi je touchais un partiel d’une Allocation Adulte Handicapé en 2011.

Il m’explique pourquoi l’AAH partielle est justifiée par le fait que le montant est calculé sur mes revenus de 2009, année où je n’ai été mis à la retraite qu’en août 2009.

Il me donne le nouveau montant à prévoir pour l’Allocation logement, 181,38€ au lieu des 295€ de 2011. Il m’affirme qu’il n’y a pas de trop-perçu à craindre.

Les calculs se sont révélés justes et je reçois le 10 janvier 2012 une demande de notification et d’attestations de paiement de mes retraites complémentaires Arcco (salarié), Agirc (cadre) et Ircantec (fonctionnaire) de la part de Mme Constance Manianga-Myra de la CAF.

M. Philippe Jean-Toussaint m’envoie le 29 janvier 2012 le calcul du nouveau montant de l’Allocation logement : 181,38€.

Mais le 9 février 2012 la CAF me réclame 4 570,44€ et déduit 133,30€ de mon Allocation logement, soit une Allocation logement réduite à 48,08€ versée à Efidis SA HLM.

Je demande des explications et l’annulation de ce remboursement de trop-perçu.

Je reçois une remise de dette (1 211,17€) le 5 novembre 2012, le remboursement n’est pas diminué mensuellement mais se termine plus tôt, en septembre 2014 tout de même.

Affaire suivie par Mme Karen Wachter de la CAF AC- RECOUVR – AMIABLE.

Mon budget mensuel est devenu intenable, contraire aux affirmations initiales de M. A. Tourdes le 9 décembre 2011.

Je porte plainte pour association de malfaiteurs formée pour me nuire contre :

– M. A. Tourdes CAF

Mme Constance Manianga-Myra CAF

M. Philippe Jean-Toussaint CAF

Mme Karen Wachter CAF

La raison de cette plainte est justifiée par les renseignements contradictoires, le fait qu’il s’agit d’un deuxième dysfonctionnement qui m’aurait ruiné financièrement sans l’intervention d’un tiers, l’absence d’explications, le fait que l’on me réclame des justificatifs inutiles ou trop anciens pour être fournis.

Le juge appréciera s’il y une volonté de me ruiner et de me faire perdre mon logement, ou demandera une explication chiffrée avec règlements à l’appui pour justifier d’un tel « trop-perçu ».

15 MARS 2011 au 5 JUIN 2013

Refus de plainte par le policier Pascal Metche

Le 15 mars 2011, je me rends au commissariat du 22 Rue Aubrac 75012 Paris (01 53 02 07 10) pour réclamer une copie de la main courante établie le 25 novembre 2010 par le policier François Hoffmann.

Cette main courante signalait les crachats reçus au restaurant Émeraude de la rue de la Brèche aux Loups Paris XIIème.

Rien n’ayant été enregistré le 25 novembre 2010, le policier François Hoffman avait tout bonnement « fait semblant » de recueillir une main courante, pour ne pas charger la mairie et ce voyou-auxiliaire de police (Jean-Marie X) qui me crachait au visage et jetait des détritus dans mon assiette.

Je demande donc au policier Pascal Metche de refaire une plainte.

Il m’éjecte purement et simplement du commissariat, en hurlant « … et ne revenez pas ! »

Je porte plainte contre les policiers Pascal Metche, François Hoffman pour refus de dépôt de plainte.

Je porte plainte contre Jean-Marie X  pour crachats, provocations au restaurant Émeraude le 17 novembre 2010.

15 MARS 2011 au 5 JUIN 2013

agression par l’agent des stups David Gatty, fausse accusation d’achat de cannabis et rébellion à agent

Ce 15 mars 2011, de retour chez moi, je rencontre Manu (Emmanuel Jésus Marques) qui me propose de lui acheter une barrette de haschich. Ce n’était pas la première fois qu’il m’accostait pour que je lui achète quelque chose, les flics toujours dans les parages et souvent en voitures non banalisées visibles.

Je refuse encore.

Mais à moins de 150 mètres de chez moi, quelques minutes plus tard, un homme en civil surgit derrière moi, me dit « police ! » et m’agresse aussitôt en me frappant au thorax, en m’étranglant, dès que je me mets à crier « alertez la gardienne du 29 !« .

Les photos et détails de cette agression qui est bien l’œuvre d’un flic sont dans le récit « Saint-Patrice » (17 mars : http://patricehenin.blogspot.fr/2011/03/nieme-proces-pour-essayer-deffacer.html ).

Le récit a fait également l’objet d’une interview par la radio IDFM98 d’Enghien-les-Bains : http://patrice.henin.free.fr/IDFM98_05_09_2011.mp3 )

La gardienne de l’école du 40 rue des Meuniers Paris XIIème discutait avec d’autres femmes (3 ou 4) et lui crie d’arrêter, devant la violence qui se poursuit même jeté à terre.

J’essayais de crier « alertez ma gardienne, au 29 ! », mais l’agent David Gatty m’étranglait.

Puis plusieurs voitures de police sont arrivées, le menottage a scandalisé quelques agents au commissariat, dont l’un a accepté de prendre une photo du poignet lors de la prise d’empreintes digitales.

Le lieutenant de police Céline Desvernois fait un rapport de fouille sans me le montrer ni faire  signer dans lequel manque la mention cigarette électronique avec sa batterie de secours abimée par l’agression, peut-être parce que cela ne colle pas avec l’image d’un fumeur de haschich, mentionne la montre sans noter que celle-ci est cassée.

Le dealer « Manu » avait été gentiment arrêté, ainsi que deux de ses clients qui ont été relâchés dans la nuit après avoir été aux Urgences Médico-Judiciaires à l’Hôtel Dieu pour prise d’urine.

Lors de mon passage aux UMJ, un médecin a lui aussi été scandalisé par les marques de menottes et a fait un rapport pour que je puisse porter plainte à un OPJ (officier de police judiciaire).

Le médecin ne semble pas avoir mentionné la dent déchaussée que j’ai dû faire remplacer le 11 juillet 2011, je n’ai jamais pu lire ce rapport.

De retour au commissariat, refus d’un officier de police judiciaire qui me dit « toi, je ne t’aime pas ! »

Je lui ai demandé son nom qu’il m’a donné sans hésiter, phonétiquement « Fumet ».

Les 2 autres acheteurs de haschich ont été libérés, moi j’ai été placé seul dans un fourgon à attendre pendant des heures.

Finalement, vers 3h du matin, le préfet de police de Paris en personne est venu me voir dans le fourgon, une minute, le temps de me traiter de « bouffeur de haschich » puis de disparaître dans le commissariat.

Le fourgon me conduit à l’Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police de Paris.

J’y arrive vers 4h du matin, les infirmiers-geôliers m’attachent les bras et je termine une nuit blanche sous contention dans une cellule « d’infirmerie ». J’entends des cris des autres cellules, je commence à ressentir le manque de médicaments, fortes crampes dans les jambes, suffocations.

16 MARS 2011
Le Dr Forissier refuse de m’interner.

Dans l’après-midi du 16 mars 2011 je passe devant le psychiatre Dr Forissier qui me demande tout de suite si j’ai l’intention de dire qu’il s’agit d’un coup monté s’il ne m’interne pas. Je lui réponds de prendre sa décision en fonction non pas de ma réponse mais de son avis médical et de son degré d’indépendance. Il me répond qu’il ne m’interne pas « en fonction de ma personnalité ». Il me fait remarquer que si j’étais passé devant un autre médecin, j’aurais été interné. Je lui dis qu’alors le diagnostic psychiatrique dépend de l’état du psychiatre et non pas de celui du « patient ».

Je suis récupéré par la police qui me ramène au commissariat. Sous prétexte de rébellion à agent je suis conduit en fourgon avec Manuel Jésus Marquès vers le soir du 16 mars 2011 au dépôt du Palais de justice.

Dans le fourgon un policier vante la qualité du haschich de Manu comme s’il en était le fournisseur. Je passe une deuxième nuit blanche au dépôt.

17 MARS 2011
Audience de la 23ème chambre correctionnelle du TGI Paris

L’audience est reportée pour que l’agent David Gatty « puisse préparer sa défense ».

Le dealer « Manu » reste en préventive et risque 4 ans de prison pour récidive.

Je suis relâché en possession d’un extrait de casier concernant un autre détenu, je n’avais pas encore récupéré mes lunettes pour vérifier.

Je téléphone le lendemain, on me dit de le renvoyer par la poste et j’apprends que je suis convoqué, verbalement, pour le 28 avril 2011.

Je suis astreint à un contrôle judiciaire et dois pointer au TGI toutes les semaines avec 2 étages d’escaliers épuisants à gravir pour un handicapé essoufflé au bout de quelques marches.

13 AVRIL 2011

LRAR au psychiatre Frantz Prosper

Je reçois le 13 avril une lettre du Dr psychiatre Frantz Prosper du centre médico-psychologique 53 rue Saint Laurent 77400 Lagny-sur-Marne qui m’indique avoir reçu une ordonnance datée du 17 mai 2011 du tribunal correctionnel de Paris pour m’examiner.

Je lui réponds par LRAR datée du 21 avril 2011 que je ne me rendrai pas à cette convocation, lui signale que cette ordonnance est illégale, que je n’ai pas été informé lors de l’audience que je devais être examiné, que j’ai déjà été examiné par le Dr Forissier qui n’a pas vu de raisons de m’interner.

Je lui précise que je considère comme un acte de barbarie l’idée du président de ce tribunal de me faire prendre de longs et exténuants transports en trains pour aller à Lagny, alors que je ne peux déjà plus prendre le métro à Paris à cause des escaliers.

Une factrice sonne à ma porte le 23 avril 2011 mais refuse de me montrer la LRAR tant que je n’ai pas signé la réception à domicile. De guerre lasse, je finis par signer et elle me remet la LRAR que j’avais envoyé au psychiatre F. Prosper.

La factrice était donc parfaitement consciente d’avoir interverti destinataire et expéditeur.

Le suivi Internet de cette lettre indique que cette lettre n’a jamais quitté le bureau ou je l’avais déposée pour envoi.

Je porte plainte contre le bureau de La Poste du 11 rue de Wattignies 75012 Paris  pour association de malfaiteurs destinée à me nuire, décision arbitraire.

Je porte plainte contre le président de la 23ème chambre correctionnelle de Paris Serge Guittard pour association de malfaiteurs destinée à me nuire, pour décision arbitraire judiciaire accompagnée de volonté de torture.

21 AVRIL 2011

LRAR à Christine Lagarde

Après avoir pris connaissance du fait que Christine Lagarde a un « petit ami » spécialisé dans l’évasion fiscale en lisant cet article http://www.bakchich.info/france/2010/10/21/les-petites-affaires-de-monsieur-lagarde-58863 et celui-ci http://blog.lefigaro.fr/peopolitique/2010/07/le-plaisir-interieur-brut-de-christine-lagarde.html je décide de lui écrire en tant que conseillère municipale de mon arrondissement (XIIème à Paris) et ministre de l’économie et des finances

Pour qu’elle m’indique les réglements, lois, qui permettent à un directeur général de Bouygues Immobilier de ne pas payer d’impôts comme ce fut le cas pour mon frère.

Pas de réponse hormis l’accusé de réception.

Je porte plainte contre Christine Lagarde pour corruption, association de malfaiteurs.

21 AVRIL 2011

LRAR au ministre de l’intérieur Claude Guéant

J’invite ce ministre par LRAR à venir constater les prouesses de ses policiers et la complaisance de la justice. Pas de réponse.

Je porte plainte contre l’ex ministre de l’intérieur Claude Guéant pour association de malfaiteurs destinée à me nuire et violation de l’article 12 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.« , non-respect de l’article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration« .

22 AVRIL 2011

LRAR au ministre de la justice Michel Mercier et Procureur général François Falletti

J’invite ces deux personnes à venir assister à mon audience le 28 avril 2011.

Pas de réponses.

Je porte plainte contre l’ex ministre de la justice Michel Mercier et le procureur général près la Cour d’appel de Paris François Falletti pour corruption, abus d’autorité, manquements à leurs devoirs envers la république et association de malfaiteurs.

23 AVRIL 2011

LRAR à Laurent Tesseire du ministère de la défense

Le colonel Gilles Castel et sa secrétaire Mme Chambaud m’ont déjà renvoyé une LRAR sans l’ouvrir et raccroché au nez lors de mes appels téléphoniques.

Je demande donc à ce contact du ministère de la défense, Mr Laurent Teisseire, de transmettre mes informations au ministre de la défense Gérard Longuet afin qu’il débloque la somme de 3 000€ ainsi que la liquidation de la pension d’invalide de guerre à la veuve du Cdt Gilbert Hénin.

Je n’ai pas eu de réponse mais ces sommes ont finalement été versées en novembre 2011, avec 18 mois de retard et apès plusieurs mois de harcèlement téléphoniques pour que MADAME Ren2e Hénin signe un porte-fort injustifié. Le remboursement sans explications et sans signature de ce porte-fort, maintenant oublié, prouve bien que madame Renée Hénin ne devait pas signer de porte-fort pour les encaisser.

Je porte plainte contre le colonel Gilles Castel et Mme Chambaud, l’ancien ministre de la défense en activité pendant le harcèlement téléphonique Hervé Morin pour tentative d’abus de faiblesse et association de malfaiteurs destinée à voler madame Renée Hénin en la plaçant en curatelle pour signature d’un porte-fort injustifié sans aller en justice.

23 AVRIL 2011

LRAR à Bertrand Delanoë maire de Paris

Je rappelle au maire de Paris mes accusations concernant la section PS du XIIème arrondissement, ses élus de l’équipe municipale du XIIème, les députés Sandrine Mazetier et  Patrick Bloche, l’escroquerie de l’avocate Batrice Zareczki-Weinberg conseillée par Sandrine Mazetier et lui demande d’intervenir.

Sans réponse, je porte plainte contre Bertrand Delanoë pour complicité de corruption et donc association de malfaiteurs formée pour me nuire.

24 AVRIL 2011
LRAR à Marine Le Pen

J’écris en LRAR (numéro 1P 001 208 0036 8) à Marine Le Pen, candidate Front National pour l’inviter à découvrir l’état de la justice française et je l’invite à venir assister à l’audience du 28 avril 2011 à la 23ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, après avoir pris connaissance des précédents procès délirants déjà subis.

D’après le suivi Internet la lettre arrive au bureau de Nanterre où se trouve le quartier général du Front National, n’est pas distribuée et reste au bureau sans m’être retournée au bout de 15 jours comme le prévoit le code postal. Pas d’accusé réception en retour.

J’avais déjà depuis longtemps contacté le Front National, par courriels, coups de fil, écrit à Jean-Marie Le Pen en lui précisant que mon père l’avait rencontré en Algérie.

Jamais de réponse, je considère Marine Le Pen, son père, leur parti, comme des complices actifs de la corruption en refusant d’intervenir.

Je porte plainte contre La Poste, Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen pour association de malfaiteurs formée pour me nuire et couvrir les faits de corruption que je dénonce.

26 AVRIL 2011

LRAR au premier ministre François Fillon

J’invite le premier ministre à venir assister à la mascarade de procès, à l’état de la police et justice en France et d’en tirer les conclusions.

Je porte plainte contre l’ex premier ministre François Fillon pour association de malfaiteurs destinée à me nuire et violation de l’article 12 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.« , non-respect de l’article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration« .

28 AVRIL 2011

audience 23ème chambre correctionnelle encore reportée au 12 mai.

4 AOÛT 2011

LRAR (numéro 1P 001 162 2899 2) au journal Le Figaro

LRAR (numéro 1P 001 162 2899 2) au journal Le Figaro pour demander l’insertion d’une annonce pour faire connaître ma candidature à l’élection présidentielle 2012.

La lettre n’a jamais quitté le bureau expéditeur du 11 rue de Wattignies 75012 Paris (mon bureau de poste habituel) et j’ai reçu un avis pour retirer cette lettre comme si j’étais le destinataire.

Je porte plainte contre le bureau de La Poste du 11 rue de Wattignies Paris XIIème pour association de malfaiteurs destinée à me nuire.

A suivre….

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire