Présent qui compte, pour un anniversaire

Présent qui compte, pour un anniversaire

Puisque la date nous est cachée, je pensais offrir 31 cadeaux, un par jour.

Ma banque, fort peu civile, me l’interdit.

Alors un certain « CELUI-QUI-COMPREND-TOUT-SUR-TOUS-ET-QUI-L’EXPLIQUE-A-TOUS » a suggéré ce calendrier de l’Avent.

Génial, cela couvre déjà 24 jours, reste 7 !

Bon, d’accord, c’est pour les enfants, mais convient à quelqu’un toujours jeune comme une petite fille rieuse.

Il faut jouer le jeu, comme une enfant, un chocolat par jour, OK ?

Ceux qui n’aiment pas les anniversaires les perçoivent comme un compte des années perdues puis décompte des années qui restent.

Pour  moi c’est surtout une occasion de célébrer l’existence d’une personne, d’exprimer le plaisir de la connaître, la chance de l’avoir dans mon entourage.

Au point que je trouverais plus logique d’offrir un petit présent, ne serait-ce qu’un sourire, tous les jours de l’année.

D’ailleurs un anniversaire, ce n’est qu’un jour de plus, après tout.

Quant aux années perdues du passé, elles sont contenues dans le présent, ces jours, années sont un présent permanent qui nous a modelé, formé, fait ce que nous sommes aujourd’hui.

Je ne vis donc que « présentement », avec de plus en plus d’intensité.

Et cela continue jusqu’au dernier souffle, qui fait partie de la vie.

Puis perdure dans la mémoire des autres.

Quant aux années futures du décompte, elles sont façonnées par ce que je fais maintenant, donc elles aussi contenues dans le présent.

Seul le destin peut interférer, il suffit d’y faire face.

Je vis donc bien « présentement », avec de plus en plus d’acuité, avec un cap.

Je ne prendrais jamais une décision en fonction des facéties prévues par le destin.

Cela m’empêcherait de vivre mon présent, cela empiéterait sur ma liberté, gênerait ma recherche du bonheur.

Cela reviendrait à dire au destin « je m’incline, c’est toi qui dirige, je ne suis qu’un ballot dérivant sur les vagues au fil du temps, qui sait qu’il devra couler, alors à quoi bon… »

Non.

Le présent d’abord.

Goûtons le présent de l’avant, OK ?

Voilà.

Madame Sylvie, bonS anniversaireS !

Publicités

A propos patricehenin

en retraite sans capitulation
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s