003 CNIL ou Comment Neutraliser l’Informatique Libre

Message à Betapolitique, 08 février 2008
http://www.betapolitique.fr/La-CNIL-occupee-et-officiellement-02252.html

J’ai monté un dossier à la CNIL qui n’arrête pas de « noyer le poisson », malgré le kilog de photocopies que je lui ai transmis en lettre recommandée :

Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés
8 rue Vivienne CS 30223
75083 Paris cedex 02
01 53 73 22 22
ojami@cnil.fr

De Who dares wins (qui ose gagne)

Mme Odile Jami, dossier d’ouverture N° 07017665, changé par la suite en N° 07017708, a été nommée en charge du dossier. Mes ennuis, déboires et casse-têtes :

– depuis mai 2007 (!), mon ordinateur sous Windows XP est envahi de virus, ma messagerie patrice.henin@free.fr reçoit environ 6 messages sans textes par nuit, mais avec une pièce jointe à ouvrir, format .pdf.
Expéditeurs avec noms à consonances américaines inconnus.

Il commence à m’ennuyer, mon petit frère, avec ses microbes. Qui les lui vends, les lui envoie ?

– En juillet 2007, les statistiques détaillées de mon blog m’apprenaient que les mots clefs utilisés pour trouver mon blog étaient, dans l’ordre : Patrice Hénin (normal), puis « j~e ~s~u~c~e ~m~o~n ~n~e~v~e~u » (en deuxième position !!), « ~j~’~a~i ~e~n~v~i~e ~d~e ~s~u~c~e~r ~m~o~n ~p~è~r~e » (5ème position) ! Ceci pour juin, juillet 2007.
Et je découvre dans les statistiques détaillées de mon blog une bizarrerie : des messages à caractères pornographiques (tapés avec un clavier anglais) :

Il commence à être grossier, ce petit frère, avec ses insanités. Qui peut taguer le code source de mon blog ? Comment ? De plus en plus puissant, le frérot.

– en août, les mises à jour de mes anti-virus (McAfee, Spybot, Ad-Ware SE) sont devenues impossibles, bien que je sois à jour pour le payement McAfee. L’ordinateur était systématiquement mis en réseau avec un poste inconnu.

Le BIOS de ma carte mère AsRock flashé par dieu sait qui pour configurer mon unique disque dur en mode miroir RAID. Il faut 2 disques durs pour configurer un stockage en mode RAID. Le disque dur tournait tout seul sans arrêt !

Début août 2007, impossible de surfer sur l’Internet, l’écran était envahi de fenêtres pop-ups.

J’ai fini par installer la distribution Linux Mandriva, payée 79€ chez Surcouf, sur un deuxième disque dur, acheté rue Montgallet à Paris (haut lieu de l’informatique).
Avec une nouvelle carte mère, puisque je ne pouvais pas télécharger une version BIOS flashable.

Suivant les conseils de mon fidèle ami Franck, technicien réseaux, je change la carte réseau pour avoir un nouveau numéro unique MAC.

Je me suis finalement débrouillé pour l’avoir ce précieux BIOS,merci Franck. J’ai réparé l’ancienne carte et échangé la neuve (ais-je affirmé) contre un appareil photo numérique.

Curieux destin imaginé et imposé par les conditions commerciales asiatiques en vigueur dans cette honorable rue Montgallet : un avoir de 80€ valable 3 semaines.

Ou un appareil photo qui réclame 2 nouvelles piles toutes les 3 ou 4 photos, avec une notice qui confirme qu’effectivement il n’existe pas de chargeur.

De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)

Il commence à me coûter cher, ce petit frère. Ses récentes prouesses techniques m’intriguent, tant de compétences…

– En septembre 2007, quelques jours après ma condamnation à être soigné et interné pour dangerosité (je suis en appel, je n’arrive pas à être dangereux), ma Freebox tombe en panne (plus de téléphone, TV, Internet). J’en reçois une neuve le 1er octobre, que j’installe.
Je pense que la freebox était vraiment morte de vieillesse, après deux ans de bons et loyaux services.

Rappelez-vous que j’ai installé cette Freebox tout seul, ce détail aura son importance dans la suite de ce feuilleton.

– 7 décembre 2007.
Ma ligne FreeBox est coupée (voir « Fribox sur off, OK. Sur ON, ça déconne). Les techniciens Free sont passés le 11 décembre, ont vérifiés les prises, tout le matériel, pris des mesures dans le local technique, mais ne constatent rien de défectueux.
Je leur ai demandé de me tenir au courant sur mon portable 06 XX XX XX XX.
Je reçois donc un courriel (consulté dans un cybercafé) m’indiquant que tout était normal au niveau du nœud de raccordement au central téléphonique.

Depuis, j’ai envoyé des lettres recommandées à Free, des demandes d’assistance en ligne. Rien.
A ce jour, je suis toujours privé de FreeBox (*), TV, Internet, téléphone.

De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)
De Who dares wins (qui ose gagne)

J’ai pris une deuxième ligne chez un autre opérateur : Internet + téléphone, pas de TV, 40€ / mois pendant un an non résiliable.

De Who dares wins (qui ose gagne)

Il continue de me coûter cher, ce petit frère. Que la ligne ne soit plus, et le silence fut. Ce n’est plus un petit frère, c’est dieu le père.

Free continue de me prélever mes mensualités, ça marche très bien de ce côté, je n’ai pas à me plaindre.

Ma LiveBox est active depuis le 2 janvier, je peux me rendre chez Free pour y consulter mes messages et y répondre, avec Linux, qui ne craint pas les virus. Le système me signale même qu’un message semblant émaner de Free (« …restrictions sur votre compte Free… veuillez cliquer sur free/faq/assistance…) est « frauduleux ».

Mme Odile Jami de la CNIL est en possession de tous les documents : impression des statistiques détaillées, copies de 86 messages avec lignes sujet pornos ou blancs, incluant une pièce jointe à ne surtout pas ouvrir.
J’ai hésité à ouvrir ces messages pour les imprimer, mais elle m’a demandé de les lui transférer. Elle dispose de 86 messages, et de la copie des statistiques détaillées.
Mais la pauvre dame semble impuissante. Elle a écrit à Blogspirit. Pas de réponse.

J’ai fini par comprendre que la CNIL est un organisme qui ne protège pas du… gouvernement de mon petit frère (pas vraiment le mien). Pas mon droit à m’exprimer dans mon blog, classé « séditieux, dangereux ou à caractère pédophile… ».

Je suis bien obligé de raconter tout ce qui m’arrive, et pourquoi, dans mon blog :
http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2007/05/29/0001-je-te-ferai-interner-le-moment-venu.html (censuré depuis juin 2008, allez chez la dernière version 3 que je vais finir par appeler Phoenix : http://patricehenin.blogspot.com/2008/06/9999-lettre-de-cachet.html).

Mon frère est devenu millionnaire (en dollars) après avoir pratiqué la corruption de fonctionnaires (maire de Lyon, entre autre), pour le compte de Bouygues Immobilier (Stim Entreprise, Bâtir, etc).
C’est lui qui me racontait cela, à l’époque (1986-1993).

C’est le genre de frimeur qui ne pouvait s’empêcher de vouloir m’épater.
Mais le vrai problème est qu’il dicte aujourd’hui ses ordres à la police et aux magistrats.

Il est impossible de construire un état policé lorsque la corruption est généralisée : CNIL, procureur de la République, des flics impressionné par mon frère millionnaire qui débarque dans son commissariat, une médiatrice devenue obséquieuse devant cet ami personnel de Bouygues, donc de son ministre de l’intérieur, l’Inspection Générale des Services Judiciaires, informée mais aucune action.

Tout est bidon, ces organismes sont des pare-feus, d’ailleurs, qui s’y plaint s’y pique.
Les partis politiques gênés et embarrassés à mon égard ? Pourquoi ? Seul les fauteuils installés par ce nouvel ordre établi les intéressent ? Mon ennemi est donc si puissant ? Je commence à me poser des questions sur le retour des privilèges. Je brûlerai un cierge le 4 août.

Ce grimaceux à talonnettes (sobriquet donné par la presse russe, et qui refusent de le retirer malgré mes récriminations de citoyen français) qui nous sert de président d’opérette ne peut pas se prendre pour le président de l’Europe le 1er juillet 2008.

En attendant, j’attends que l’on porte plainte pour diffamation contre moi.
Ils préfèrent me couper ma ligne, saboter mon blog et mon ordinateur chez moi !
Patrice Hénin
Fin de message.

(*) ligne rétablie le 29 février 2008 après mise en demeure de mon assistant juridique. Sans explications techniques.


Publicités

A propos patricehenin

en retraite sans capitulation
Cet article, publié dans je te ferai interner le moment venu, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s