023 La République d’abord

Je reviens du meeting Eurosites du 24 janvier 2010 Debout La République, rassemblement républicain de Nicolas Dupont-Aignan.
On ne peut jamais trouver un parti qui vous convienne totalement. Un parti fait sur vos mesures, cela n’existe pas. À moins de devenir un fanatique aveugle et décérébré.
Je ne suis pas entièrement d’accord avec la critique du tramway. C’est un peu une barrière, c’est vrai, et dispendieuse.
Une de mes relations a calculé qu’elle perdait 2 clients par jour (2 interventions en moins), à cause du temps perdu à le traverser. Mais il a éliminé ces bus puants, accueilli 60% de voyageurs en plus par rapport aux PC (dixit la mairie, il est vrai, alors disons 30% !)
Quant au 3ème aéroport, il faut réduire les besoins en transports de personnel : pour le tourisme, quelques inévitables déplacements de personnes. Je ne vois pas d’avions électriques dans le ciel avant longtemps. Donc pas d’aéroport, mais s’il s’avère nécessaire, alors au loin, chez les lapins ébahis.
J’adhère à tout le reste, et j’aime beaucoup ce nom de liste « Votez pour vous « ! Parce qu’il est vrai.
Je me réfère toujours à mes 9 verbes, pour savoir ce que je dois penser et faire en politique :
L’argent qui corrompt, qui pourrit, qui détruit.
L’activité qui épanouit, qui enrichit, qui construit.
La planète qui nourrit, qui subit, qui périt.
Mais aujourd’hui, après 29 mois de gesticulations, d’incompétence ou de sarkozysme, comme vous voulez, les murs porteurs de la République sont sur le point de s’effondrer.
Les libertés sont bafouées, les médias achetés, soumis.
les Palais de justice sont occupés par des tribunaux qui rétribuent.
Les lettre de cachet ont de nouveau cours, après 220 ans de suspension.
Nous avons régressé au temps de l’ancien régime, lorsque Jean de la Fontaine écrivait « selon que vous soyez puissant ou misérables, la cour vous rendra blanc ou noir« .
Restaurons la révolution.
Les inégalités deviennent de véritables outrages aux mœurs. Des bonus, double salaires, ces empilements de plus en plus de richesse sur de moins en moins de têtes.
En-dessous, des chômeurs qui regardent avec envie ceux qui s’échinent à faire des heures supplémentaires.
En haut, les vampires, en bas, les sucés. Ne me parlez plus de ce leurre gauche versus droite, j’ai compris !
Oui, il est maintenant possible de tourner en rond pendant des heures dans un SAMU, sans trouver de place en salle appelée cyniquement « d’urgence ».
La fraternité est remplacée par le communautarisme, la haine de l’autre s’installe. On tue au lieu de licencier, par suicides programmés en haut lieu.
Un vent de révolte souffle dans ce pays, alors ils vous parlent d’éoliennes, tellement le divorce est consommé entre peuple et élus, entre raison et actions.
Ce qui caractérise une République, c’est :
1) la séparation des pouvoirs
2) la passation des mandats
3) l’existence de services publics.
Ce qui caractérise la République française, c’est l’ajout de la laïcité.
(Jean-Marie Kintzler, philosophe)
Aujourd’hui, séparation des pouvoirs et services publics sont en ruine. Quant à la « circulation » des mandats, on se les refile entre membres de la Caste, ou Mafias, grâce au leurre gauche-droite.
Au fait, quelle est l’identité politique de M. Eric Besson ? Là, il y a débat !
Montesquieu a ignoré le 4ème pouvoir, les médias, dont le silence, la désinformation, l’intoxication, le choix du futile, de l’émotionnel, noie l’information, et peut tuer.
Tous refusent de parler du seul pouvoir qui absorbe tous les autres : l’argent.
Nous avons un garde des sceaux qui batifole en toute indépendance dans les Palais de « justice », pour y appliquer les instructions reçues, en toute humilité, du chef de l’exécutif, comme ministre de la justice : supprimer les juges d’instruction, par exemple (pas physiquement). Ou carrément des tribunaux (là, physiquement).
Les représentants syndicaux sont muselés. Leurs bases osent dire « achetés ».
Karl Marx était un génie pour ses analyses du rapports capital / travail, mais pas un visionnaire.
Pourtant les marxistes avaient des indices qui leur crevaient les yeux, la faucille et le marteau.
Ils n’imaginaient pas plus que les capitalistes la raréfaction des ressources naturelles. Et l’expansion infinie (?!) de l’humanité.
Alors ils vous parlent d’aller sur Mars.
La banquise fond ? Cela découvre de nouveaux gisements fossiles, on continue de plus belle, la machine doit tourner, pour le bénéfice immédiat. Faites des enfants, pour le plaisir, immédiat. Ne pensez pas à leur avenir.
Un leader d’Europe-écologie, celui qui traite tout le monde (Sarkozy, Bayrou) de minable, affirme « on ne peut pas faire d’écologie sans l’Europe« . Pour pousser son raisonnement jusqu’à l’absurde, une gouvernance mondiale serait-elle donc encore plus efficace pour traiter de ces problèmes planétaires ?
Or, je reste persuadé que l’écologie est nécessaire à tous les niveaux, à commencer par les collectivités locales.
Confirmé lors de ce meeting de la liste « Votez pour Vous !« , de Nicolas Dupont-Aignan, j’apprends que sa commune, Yerres, a obtenu un premier prix pour l’environnement. Il ne parle pas d’écologie, il en fait. Pas très minable.
Leur Europe contraint nos pêcheurs à ne plus pêcher pour livrer localement, mais reste impuissante à stopper les bateaux usines qui enrichissent les multinationales en éliminant les espèces.
Décidément, pour paraphraser Georges Clémenceau, l’écologie est une affaire trop sérieuse pour être confiée à des écologistes !
Quant à ce Nouveau Parti Anti-Capitaliste, nouveau depuis des années, son service postal européen avec des millions de postiers, est ingérable, ce n’est pas le meilleur service à rendre aux peuples d’Europe, qui ont leurs choix particuliers, comme en tout.
Le NPA présente une femme voilée aux régionales de la région Paca (Provence-Alpes-Côte d’Azur), c’est pour mieux afficher sa laïcité !
Le 29 novembre 2008, j’ai écouté le leader de ce Parti de Gauche si prometteur, si rassembleur, je l’ai entendu s’exclamer « nous sommes tous des socialistes, nous sommes tous des communistes, nous sommes tous des anti-capitalistes, nous sommes tous des alternatifs, etc. » Il n’a pas pu mentionner que nous étions tous des fils de charpentier, il connaît l’importance de la laïcité.
Question sémantique, le Parti de Gauche n’est donc rien. Question politique, rien d’autre qu’une construction électorale à usage privé. Les indemnités d’un euro-député, c’est 8 000€, jusqu’à 15 000€ pour les précieux assistants.
Non, à ce monsieur qui veut apprendre où est la gauche à tous les autres, c’est la République française qui peut dire cela : il y a des communistes, socialistes, homosexuels, musulmans, facteurs, sénateurs, qui s’expriment, se battent pour leurs idées, leurs solutions, mais il n’y a plus de République, éteignez votre TV, regardez mieux, écoutez.
Moi, je ne suis pas gauche, mais adroit.
Il est urgent, vital, de sauver notre République. Je demande à tous les militants de tous bords de voter pour eux-mêmes, pour une fois, pas de se rallier pour se fondre dans un parti unique, le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre.
VOTEZ POUR VOUS !
Si je vous dis que chacun est unique, vous entendrez un truisme.
Ségolène Royal disait que « chacun est expert de lui-même« . Je préfère une formule qui fonctionne dans les deux sens :
il y a en chacun de nous quelque chose que les autres n’ont pas.
Ce constat justifie la démocratie, l’explique. Une élite, fusse-t-elle de gouvernance mondiale, n’a aucune légitimité. Elle n’aura jamais rien à voir avec l’intérêt général, c’est tellement évident.
Les lois doivent être constitutionnelles ? Mais l’assemblée constituante s’est fondée sur les us et coutumes pour rédiger ses textes. Ceux-ci priment sur la constitution.
Tout le monde l’a oublié.
On ne peut donc pas imaginer une constitution pour l’Europe, avec une telle richesse d’us et coutumes. Pas plus que la burka en France.
Écoute ce silence,
qui s’efface.
Regarde cette nuit,
qui blêmit.
Ami, entends-tu le vol noir
des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu ces cris sourds
du pays, qu’on enchaîne ?
Ohé partisans, ouvriers et paysans,
c’est l’alarme !
Ce soir, l’ennemi connaîtra le prix du sang
et des larmes.

Montez de la mine, descendez des collines,
camarades.

Sortez de la paille les fusils,
la mitraille, les grenades.
Ohé les tueurs à la balle au couteau
tuez vite !
Ohé saboteur attention à ton fardeau :
dynamite !
C’est nous qui brisons les barreaux des prisons
pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim
qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens
au creux des lits font des rêves.
Ici nous sais-tu, nous on marche
et nous on tue,nous on crève.
Ici chacun sait ce qu’il veut,
ce qu’il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes
un ami sort de l’ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera
au grand soleil sur les routes.
Chantez compagnons dans la nuit
la liberté nous écoute.
Ami entends-tu les cris sourds
du pays qu’on enchaîne.
Publicités

A propos patricehenin

en retraite sans capitulation
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 023 La République d’abord

  1. Bonjour,En effet comme vous l'avez signalé, aucun parti ne pourra nous convenir à 100 % à moins d'être un fanatique. Au delà de tout ceci, il est essentiel de changer la politique et davantage donner de pouvoir aux citoyens pour qu'ils puissent être consultés sur tous les domaines et que leurs avis soient tenus en compte.

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s