018 Vies en ville

Lettre de Jean-Pierre Mignard aux adhérents :

« Les élections municipales seront un rendez vous politique important.
Des villes aux villages, de l’urbain au rural en passant par le péri-urbain, les communes sont l’échelon premier de l’exercice de la citoyenneté. Voilà pourquoi dans un monde ouvert et bousculé, à la fois prodigue en opportunités et menaçant, dans une nation en recherche de nouvelles définitions, la ville est le lieu par excellence de la solidarité.

« La Ville pour tous » voici le thème de travail que je propose à tous les comités à travers trois déclinaisons ;

1/ « La Ville contre la vie chère »

C’est-à-dire les moyens dont se dote la Ville pour réduire les contraintes d’une vie rendue difficile par le coût des produits et des prestations, une ville hospitalière à l’innovation économique et à la création des richesses, une ville qui, des transports à la cantine
scolaire, des services à la personne à l’habitat, doit garantir les conditions de vie ensemble.

2/« Le droit au développement durable pour tous dans la Ville ».
C’est à dire comment éviter que la protection des humains contre la pollution et le réchauffement climatique ne soit dépendante des
conditions de ressources, d’âge ou d’habitat ?. Le souvenir de l’été 2003 ne s’efface décidément pas.

3/« La démocratie participative au service de la Ville ».

C’est-à-dire comment associer toutes les catégories de la population, des élections qui ratifient les programmes à la mise en œuvre des politiques locales ?
En bref la démocratie participative, comme outil de l’imagination et de la fédération des énergies et des idées de tous, brisant les barrières qui dressent les jeunes contre les anciens, les quartiers populaires contre les quartiers résidentiels, les villes contre les campagnes.

N’oublions pas dans les propositions les jurys citoyens qui seront le plus sûr allié des élus pour évaluer la pertinence de leurs choix. Nous aurons besoin de l’apport des expériences européennes en Grande Bretagne, à Berlin, au Danemark, et tout simplement besoin de connaître tout ce qui se fait et se prépare afin de le redistribuer, de le théoriser, de le valoriser, d’en faire une politique.

Fixons nous une date utile car tout ce travail ne doit pas être perdu et devra être mis au service des listes et des citoyens : le 15 janvier,
chaque comité concerné fera circuler le résultat de sa recherche et de ses propositions.
Une journée conclusive des travaux sera organisée fin janvier ou début février avec Ségolène.

Les coordinateurs thématiques sont :

– Christine Frey avec l’aide de Majid El Guerrab et Bernard Vigreux sur « La démocratie participative au service de la Ville » :
demparticipativeville@gmail.com

– Loly Clerc avec l’aide de Fabien-Pierre Nicolas et Razak Ellafi sur « La Ville contre la vie chère » : villecontreviechere@gmail.com

– Damien Chardonnet et Nicolas Ferré sur « Le droit au développement durable pour tous dans la Ville» : devdurabletousville@gmail.com

Faites-leur connaître en retour les choix de thèmes de débat qui sont les vôtres.

Bon courage et à très bientôt,

Jean Pierre Mignard


Bonjour et Bonne Année à tous !

Pour bien commencer cette nouvelle année nous invitons le 8 janvier tous les adhérents DA Paris à un débat sur l’un des thèmes de travail proposés par Jean-Pierre Mignard, président de Désirs d’avenir :
« La Ville contre la vie chère ».

La réunion sera introduite par les trois référents parisiens pour ce thème : Charlotte Clerc, Razak Ellafi et Fabien-Pierre Nicolas.
Un expert présentera un exemple d’implication dans la lutte contre la vie chère (nom à confirmer).
Puis suivra un débat participatif afin de mettre en commun nos réflexions et recueillir vos propositions.

Nous vous attendons donc nombreux pour participer à la réflexion et faire remonter vos idées sur cette question, le mardi 8 janvier, à 20h, à l’AGECA (177 rue de Charonne 75011 Paris, métro Alexandre Dumas ou Charonne).

Merci de confirmer votre participation à eve.derriennic@yahoo.fr

Amitiés,

Eve Derriennic et Thierry Perran
Co-animateurs DA 13ème Est


Patrice :
Voici ma proposition de trame pour la rédaction de la partie « Vies en Villes ».

Toutes les modules (les solutions apportées aux problèmes rencontrés ou évoqués au cours du récit), les matières à réflexion, entre crochets [insérer…] sont à chiffrer en fonction du coût par rapport au pouvoir d’achat de la personne, ou de la participation de l’employeur, de la municipalité, de la région, ou de l’état, en précisant « qui paye et pourquoi, comment baisser les coûts ? »

Pour la forme et en donner une lecture agréable, ces textes entre crochets sont à fondre dans le récit du parcours quotidien d’une jeune femme professeur en économie, ou assistante sociale (Sophie), 3 enfants : Théa (futur médecin), Sylvie (future artiste) et Alex (futur ingénieur-chercheur en recyclage).
Elle est divorcée d’un ex-mari (banquier), puis sera pacsée avec son nouveau compagnon Xavier (entrepreneur voyageant souvent). Elle pourrait être une parisienne travaillant en banlieue.
Elle aura à s’occuper d’une grand-mère (Renée), de ses enfants, écoliers puis étudiants. Puis de ces petit-enfants.

Elle est syndiquée, pratiquera le télé-travail en cours de carrière. En début de journée, elle aurait la trentaine. Pacsée et la quarantaine vers midi, et prendra sa retraite le soir.

Le récit se déroule au printemps 2014 (2 ans de cicatrisations de l’ancienne politique désastreuse, remises à niveau, et campagne municipale).
Pour couvrir à la fois une journée et aussi une vie complète, la famille vieillit en accéléré au cours de la « journée-vie ».

TRAME
Notre amie du futur, la trentaine, part de chez elle,
[insérer un paragraphe, ou pages sur les solutions mises en oeuvre en 2014 aux problèmes de logement, privés, sociaux, le saupoudrage des communautés dans la mer des habitations, disparition des cités-ghettos et réduction des quartiers communautaires, création de grands logements pour favoriser la vie familiale et son évolution dans le temps, etc.]

[Quelles sont les opportunités des communes pour le développement d’une politique locale de logement ? Quels partenariats visant introduire des logements à faible coût dans tous les nouveaux programmes ou dans les structures existantes ? Quels moyens de régulation (mettre en balance la préemption) ? Quelle aide pour l’accession à la propriété ?]
[insérer le volet Ville et DD : politique HQE, isolation, etc.]

pour aller à pied déposer son enfant à l’école au coin de la rue.
[insérer sur l’urbanisme, mobilier urbain, voirie, écoles, mixité scolaire]
[Quelles sont les opportunités pour mettre fin à la vie chère grâce* à l’école, * un des domaines d’intervention possible des communes? La gratuité & la qualité des cantines scolaires, les fournitures (développement des centrales d’achat), l’intervention sur péri-scolaire ou le soutien scolaire…]
[insérer : végétations, espaces verts, poubelles de trottoir permettant le tri, éco-quartiers, etc.]

Elle discute quelques minutes avec d’autres parents d’élèves,
[insérer les solutions apportées aux problèmes de crèches, éducation, aide scolaire, cantine, etc.]

et la maîtresse, et repart souriante.
[insérer solutions pour l’aide scolaire, cantine bio, éducation civique, périscolaire, carte scolaire, etc.]

Elle attrape le tramway
[insérer des transports de rêve mais probables pour 2014 : tout électrique, autos à air comprimé (c’est nouveau, ça vient de sortir !), vélos électriques, tramways, transports 24/24, 7/7, en banlieue aussi bien qu’à Paris]

qui la conduit au bureau.
[insérer solutions d’entente entre salariés, municipalités ou régions et entreprises pour rapprocher l’habitat du travailleur de son lieu de travail, ou l’inverse, expansion du télé-travail, etc.]

Étant syndiquée, comme presque tous les salariés, elle lit le compte-rendu des dernières négociations sur les pouvoirs d’achat (on ne parle plus de salaire brut, mais de seuil de rentabilité incluant les coûts sociaux, environnementaux) octroyés par son entreprise.
[introduction temps de travail, RTT, niveau du salaire, chèque-transport, partage du travail donc heures supplémentaires très exceptionnelles, médecine du travail]

[Quels développements futurs des *crèches municipales* ou des communautés de communes? Ces outils permettant à l’émancipation des familles par l’apport d’un ou 2 salaires qui permettent de lutter directement contre la vie chère et l’intégration de tous à la vie économique du pays?]
[insérer impossibilité de créer une entreprise qui a des effets irréversibles sur l’environnement : eau, air, pollution. A court terme, il s’agit d’arrêter toute combustion d’énergies fossiles, débat sur le nucléaire : http://www.manicore.com/]

Arrive l’heure du déjeuner. Pour des raisons diététiques, le self d’entreprise est dorénavant remplacé par un restaurant subventionné par le Comité d’entreprise par les chèques restaurants, à l’extérieur pour convivialité et rencontre d’employés d’autres entreprises.
Les repas se prennent dans l’un des nombreux restaurants du quartier de son entreprise, où se trouvent bureaux et résidences, avec commerces et services.
[insérer Développement durable : les entreprises sous-traitent leur services généraux, en particulier la reprographie dans des TPE-PME 100% écolos (90% du papier est consommé en reprographie, il était urgent de confier ces travaux à des spécialistes de l’économie, des réparations et du recyclage). De même pour la restauration bio.]

Il est midi, notre dame a maintenant la quarantaine, n’est plus seule mais pacsée, un de ses enfants est encore chez elle, étudiant préférant rester à la maison plutôt que de tenter l’aventure de la sous-location avec petit boulot obligatoire.

De plus, sa nouvelle belle-mère de 99 ans refuse elle aussi d’aller en maison de retraite, prétextant que le sens de la famille étant réhabilité, maintenant que les partenaires sociaux négocient l’aide que les municipalités, l’état, les entreprises doivent apporter à notre Sophie. « Si je n’était pas là, tu ne toucherait pas ces compensations ! Et qui garderait les petits-enfants ?« 
Le terme « aide » a été remplacé très justement par le mot « compensation », la famille qui entretient son étudiant et sa mémé fait économiser à la société une place de logement étudiant et une autre en maison de retraite).

Cette réhabilitation de la famille a entraîné le déclin du découpage des logements en mini-studios, « découper un logement c’est découper une famille au profit du profit, pour en jeter les membres épars vers un assistanat coûteux pour la société ».

[Quelle politique pour offrir *la santé pour tous* ? Par le biais de dispensaires ruraux ou communaux évoqués par Ségolène Royal pendant la campagne, notamment pour éviter les surcoûts liés à la distance ou aux coûts élevés pour trouver une médecine abordable et de qualité ou par un autre type d’action ?]
Vers les 17 heures, j’ai la cruauté de programmer un accident grave à notre pauvre Sophie.
Il est préférable de ne pas raconter la « journée-vie » d’une personne handicapée dès le départ, pour faire ressentir au lecteur que le handicap concerne tout le monde.
Notre amie fait un petit bilan de sa vie. Pas toujours heureuse, si on pense à cet accident qui l’a rendue handicapée moteur. Cela n’a rien changé à ses déplacements, la plupart des moyens de transport étant maintenant accessibles. Et les services comme Paris Accompagnement Mobilité (PAM) ayant été remaniés en profondeur, avec plus de moyens (les handicapés existent, j’en ai rencontré au boulot, partout !), ses amis et collègues la jalousent : « toi et ton bus perso à la carte ! ».

[Quelles partenariats avec les *entreprises locales* afin qu’elles proposent formation et augmentation de salaires et investissement locaux garantissant la croissance et le développement des territoires?]
Mais cela a entraîné un reclassement professionnel, qui a bousculé son plan de formation continue, sa Sécurité Professionnelle.
Désormais assise à vie, elle envisage de repousser son départ à la retraite, puisque de toute façon, son entreprise délègue déjà du télé-travail, et pas uniquement pour les handicapés.
Elle fera donc glisser ses doigts sur la tablette tactile de son ordinateur, à domicile, jusqu’à la retraite au moins, au-delà sûrement.

A la fin de la journée, notre amie a fêté son départ à la retraite.
[insérer un module retraite, régimes spéciaux] Elle rentre chez elle passer prendre son panier d’achat (un accessoire de son fauteuil, autre privilège réservé aux handicapés), sans oublier les bouteilles en verre consignées. Mémé lui avait expliqué que cela lui rappelait sa jeunesse, cette histoire de bouteilles que l’on ramène chez le commerçant pour les déconsigner : lait, eaux, vins, etc.
Bien entendu, Sophie participe activement à son Conseil de quartier, d’où émergent les élus de son arrondissement, de sa ville.

[Quelle politique municipale vis-à-vis des circuits de *distributions* en vue d’une baisse des prix, de l’ouverture à l’approvisionnement local ainsi que pour un mieux consommer (lien avec développement durable) ?]
Demain, jour de marché, elle ira chercher son panier préparé avec le concours de son AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne : http://alliancepec.free.fr/Webamap/)

Dimanche, place à la culture, au sport, aux loisirs, le tout en ville !
[insérer ces modules]
Même les jardins se rapprochent de la ville.
Comme du temps de Berlin-Ouest, alors emmuré, beaucoup de berlinois entretenaient avec ferveur un petit bout de potager, ceux-ci étant regroupés dans la meilleure zone de la ville, avec des allées et clôtures qui dessinaient un étrange village de jardinets.

Mars 2014 : Bertrand Delanoë fait place à un nouveau maire de Paris.
Les français n’étaient déjà pas prêts pour une femme présidente en 2007…
Mais ils ont voté Ségolène Royal.

Le premier acte de ce nouveau maire fut de redonner son nom à la place Nicolas Sarkozy : place Charles de Gaulle.
Puis vint la restauration du principe de la Sécurité Sociale par Ségolène Royal : chacun paye selon ses moyens et reçoit selon ses besoins.

Pour tous les modules qui ne trouvent pas place dans la « journée-vie », on fait écouter la radio, la TV à Sophie ou un autre personnage, et elle surfe sur l’Internet : politique étrangère, institutions européennes, innovations, etc.

Les rapports à l’économie, à la vie furent grandement révolutionnés depuis la généralisation systématique des principes du développement durable.
La vie citoyenne a aussi été influencée par la démocratie participative, ainsi que les habitudes de consommation : « non à la société de consommation » (mai 68, déjà !)

ADDENDUM

Un élu de Paris (logement, vie étudiante) m’a fait remarquer qu’il faut souligner le côté vulnérable de la cité : il y a 100 ans, 90% de la population française était rurale, aujourd’hui c’est exactement l’inverse !

Au cours de mon intervention mardi, j’ai fait allusion à la ceinture de lait et à la ceinture maraîchère autour de Paris dont on me parlait en classe de géo à l’école (années 1960). Il faut les recréer.
Nous sommes à la merci de la moindre catastrophe, en ville : une panne géante d’électricité.
On peut aussi se pencher sur l’actualité en Italie, par exemple, pour les déchets et la mafia.

Dans la trame, pendant la pause déjeuner, l’héroïne de notre histoire peut évoquer les changements qui se sont produits dans son entreprise.
Les contrôleurs de gestion parlaient de seuil de rentabilité à atteindre avant de parler profit. Les taxes étant proportionnelles aux profits, la fiscalité s’applique ensuite.

Par exemple, notre héroïne pourrait nous parler :
a) d’un seuil écologique à atteindre (interdiction absolue de porter atteinte aux ressources de la planète de façon irréversible, exploitation durable des ressources naturelles et de l’énergie).

b) d’un seuil social à atteindre, car le marché du travail n’est pas constitué uniquement de travailleurs tous prêts à l’emploi, mais aussi de travailleurs en cours de préparation : bébés, enfants scolarisés, étudiants, et ensuite de retraités.

c) d’un seuil de civilisation financé par la fiscalité, ou les « pouvoirs d’achats personnalisés », anciennement appelés « primes ». On y trouve le financement des retraites, des personnes à charge.

Etc…

Cette méthode de travail pourrait permettre d’organiser la coordination d’un vaste groupe de participants, et même de fusionner le travail de plusieurs groupes sur un même module. Les idées doivent surgir de toutes parts, être confrontées, débattues et finalisées dans les modules du récit.

Ce récit ne peut être le fruit d’un seul : il empêche toute atteinte de bessonite (du type : « c’est moi ! C’est mon idée à moi tout seul !).
Il peut permettre la rédaction d’un programme présidentiel sous forme d’un livre, et chaque module peut en être extrait pour détailler un sujet ponctuel, précis.
Etant l’œuvre de groupes ayant étudiés à fond des solutions à un problème, et agréable à lire, d’un abord facile, il n’en sera que plus crédible pour un électorat fatigué des documents politiques écrits dans un langage trop « politicien ».

Il peut servir de scénario pour un film.

Patrice Hénin

Publicités

A propos patricehenin

en retraite sans capitulation
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 018 Vies en ville

  1. * J'ai posé la question à un proche de Mme Royal pour savoir si ma contribution sur les valeurs socialistes a bien été transmise à Ségolène :- est-ce que ma contribution "repenser les valeurs de la gauche" a été remontée, comme promis par Eliza. C. ? En pièce jointe.http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2007/10/31/mon-credoen-neuf-verbes.htmlC'est du pur "fondamental", argumentaire volontairement simple à l'usage des badauds lorsqu'on distribue des tracts dans les marchés.Ainsi que ma proposition de lier tous les sujets sur la ville (Dév Durable, Vie chère, Démocratie), avec participation d'un grand nombre de personnes ?Un cadre commun qui n'est pas un cadre, mais une histoire avec des personnages à faire vivre, confrontés aux problèmes politiques ("politique" = gestion de la cité, en grec antique). En pièce jointe. http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2008/02/16/vies-en-ville.htmlSi c'est merdique, oublie. ——————————————————————————Réponse de P. T. :Le premier document oui a été transmis.(et apprécié)L'idée des personnages et de raconter leurs histoires je trouve ça super.C'est une vraie idée forte je trouve. Tu as rédigé quelque chose ? Tu as fait un essai ?On se voit bientôt l'espère. Je t'embrasseP. T.

  2. Bonjour Patrice,Je vais citer prochainement ton blog dans le mien, toi qui connais bien tes textes, lequel serait le mieux à mettre en avant, intéressant TOUS, et bien politique ? Je t'embrasse amicalement Evadis-moi sur evaresis@yahoo.fr

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s